U-Shin à Nevers : négociations début janvier sur un important plan social

Publié le 22/12/2020 - 11:29
Mis à jour le 22/12/2020 - 10:15

Des négociations vont démarrer le 7 janvier sur la suppression par U-Shin, détenu par le japonais MinebeaMitsumi, d'un maximum de 220 emplois en France, en majorité sur le site de Nevers qui en compte 410, a-t-on appris mardi 22 décembre 2020 de source syndicale.

La direction de l'équipementier automobile (antivols,verrous...) a communiqué les chiffres. Ils annoncent 220 emplois supprimés sur la France mais c'est 220 emplois maximum et au regard de la loi, ils ne pourront pas faire plus mais peuvent très bien faire moins", a expliqué à l'AFP Laurent Blanchet, secrétaire du comité social et économique chez U-Shin Nevers. Selon ce délégué syndical central CGT, les négociations à ce sujet doivent démarrer le 7 janvier pour durer jusqu'à la fin mars.

"La base de discussion est de 220 emplois en France et inclut aussi le site de Créteil, siège de l'entreprise (qui emploie une trentaine de personnes, ndlr). Mais l'essentiel des postes impactés seraient à Nevers", a précisé la communication d'U-Shin France. Selon elle, les suppressions de poste sont dues à l'arrêt de production des verrous et antivols, fabriqués à Nevers. "Avant, il y avait six ou sept verrous par véhicule, sur les quatre portes, le coffre, l'antivol, le démarreur, la boîte à gants mais c'est un produit qui disparaît sur les nouveaux modèles de véhicules. Ça n'est plus un marché d'avenir", selon la même source.

"Il n'y a pas de raison de fermer"

"Mais il n'y a pas de raison de fermer, d'autant qu'il y a une production pour les pièces de rechange qui resterait en place parce qu'elle est viable", assure U-Shin, qui promet que "l'objectif reste le maintien du site". "La direction explore avec les syndicats tous les projets qui pourraient permettre de maintenir l'emploi au maximum. Nous envisageons ainsi de développer d'autres activités pour lesquelles il y a un vrai savoir-faire sur le site de Nevers", poursuit la communication d'U-Shin, précisant que le projet devrait être mis en oeuvre d'ici "à décembre 2022".

Infos +

U-Shin France emploie près de 500 salariés répartis entre les sites de Créteil, Abbeville (Somme) et Nevers, pour un chiffre d'affaires de 104 millions d'euros sur le dernier exercice de 15 mois (de janvier 2019 à mars 2020). Il appartient au groupe de composants mécaniques et électronique japonais MinebeaMitsumi, qui emploie 92.000 personnes dans le monde pour un chiffre d'affaires de 8 milliards d'euros (exercice clos en mars 2020).

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Crise et enjeux environnementaux : le Grand Besançon et la FRTP Bourgogne-Franche-Comté main dans la main

Une rencontre s'est déroulée mardi 20 juillet entre représentants de la Fédération Régionale des Travaux Publics de Bourgogne-Franche-Comté et de Grand Besançon Métropole. Objectif : faire le point sur la situation des entreprises des travaux publics et leurs inquiétudes alors que la crise économique affaiblit lourdement les entreprises dans ce domaine.

102 M€ d’aides régionales votés par les élus de la Région Bourgogne Franche-Comté

Réunis en commission permanente, vendredi 23 juillet, les élus régionaux ont voté plus de 102,2 M€ d’aides régionales. Une partie de ces crédits concerne des aides d’urgence et le Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR) mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de COVID-19.

France Relance : la transformation du plus grand campus de Besançon pour 80 millions d’euros

La présidente de l’université de Franche-Comté Macha Woronoff, a reçu le 22 juillet dernier le recteur de l'académie de Besançon, Jean-François Chanet ainsi que la maire de Besançon, Anne Vignot, pour une visite et une projection des deux opérations labellisées France Relance dans le cadre du projet de réhabilitation du campus Bouloie - Temis.

La chambre d’agriculture de Bourgogne Franche-Comté demande l’abattage « systématique » du loup près d’un élevage

Suite à plusieurs attaques de loups sur des élevages de bétails, la chambre d'agriculture de Bourgogne Franche-Comté, dans un communiqué du 23 juillet, demande aux pouvoirs publics de prendre "toutes les mesures nécessaires" pour stopper le retour du loup et l'abattage "systématique" de cet animal dès les premiers signes de présence à proximité d'élevages.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.96
légère pluie
le 28/07 à 0h00
Vent
1.43 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
100 %

Sondage