Un avocat de Saône-et-Loire revendique son droit à l’humour

Publié le 24/09/2015 - 14:16
Mis à jour le 24/09/2015 - 18:38

Son conseil de l'ordre l'a invité à cesser de tweeter car il ne serait pas respectueux des principes de courtoisie et de respect de la profession. L'avocat bourguignon, qui twittait sous le pseudonyme d'Herminator71, s'y est finalement résigné.

Capturedcran2013121816.50.03.png
©Alexane Alfaro

Soutenu par d’autres confrères

PUBLICITÉ

Il a donc mis fin à son activité sur les réseaux sociaux, tout en revendiquant « le droit à l’humour ». Dans un procès-verbal du conseil de l’ordre de Mâcon validé vendredi dernier, le barreau estimait que « les twetts (sic), blogs et autres distractions infantiles de Me X ne sont pas respectueux des principes de la profession: courtoisie et respect ». « Le Bâtonnier le convoquera pour lui faire part de la nécessité de mettre fin, sans délai, à ses pratiques », poursuit le texte.

L’avocat visé s’est dit « extrêmement choqué ». Malgré plusieurs tentatives, le bâtonnier n’a pas pu être joint par l’AFP. « Je ne sais pas quels sont les tweets qu’on me reproche et qui a porté plainte contre moi », a déclaré l’avocat à l’AFP, assurant que ses messages sur Twitter et sur son blog ne sont « pas diffamants et pas insultants ». « Je tweete léger: des réflexions humoristiques entendues au tribunal ou sur des émissions de télévision », a-t-il ajouté, affirmant « revendiquer le droit à l’humour ».

L’avocat a annoncé son intention de cesser de tweeter, estimant que le barreau l’a « eu à l’usure ». « Il y a deux ans, on m’a demandé de tweeter sous pseudo, de changer de compte, de verrouiller mes tweets et on m’avait déjà reproché de me moquer des policiers car je disais qu’il y avait des fautes d’orthographe dans les PV », a-t-il raconté. Sur Twitter, des internautes, dont des avocats comme les parisiens Me Thibault de Montbrial ou Me Eric Morain, ont apporté leur soutien à leur confrère bourguignon.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.94
ciel dégagé
le 22/05 à 15h00
Vent
3.57 m/s
Pression
1019.02 hPa
Humidité
61 %

Sondage