Un moine bouddhiste condamné à douze ans de prison pour viols

Publié le 19/12/2018 - 16:28
Mis à jour le 19/12/2018 - 16:28

Un moine bouddhiste a été condamné dans la nuit de mardi 18 à mercredi 19 décembre 2018 par la cour d’assises de la Saône-et-Loire à douze ans de réclusion criminelle pour des viols et agressions sexuelles, notamment sur mineurs, dont certains remontent aux années 1990.

Le jury a suivi les réquisitions du ministère public en prononçant vers deux heures du matin ce verdict à l'encontre d'un lama originaire du Bhoutan, à l'issue d'un procès à huis clos qui avait commencé le 10 décembre, a-t-on appris de l'un des avocats des parties

La cour a en revanche acquitté un second religieux

Trois victimes, qui s'étaient constituées parties civiles, ont obtenu des dommages et intérêts à hauteur de 12.000 euros pour l'une et 15.000 euros pour les deux autres, a précisé Me Alain Guignard à l'AFP.

La cour a en revanche acquitté un second religieux, lui aussi d'origine bhoutanaise, qui se trouvait poursuivi pour "agressions sexuelles sur mineur de (moins de) 15 ans". Quatre ans de prison dont deux avec sursis avaient été requis à son encontre.

Karma Tshojay, 56 ans, a été reconnu coupable de viols et agressions sexuelles dénoncés par quatre femmes, disciples ou enfants de disciples au sein de la communauté du temple bouddhiste "des mille Bouddhas", à La Boulaye (Saône-et-Loire), entre les années 1990 et les années 2000.

Plusieurs victimes

Parmi les faits reprochés à cet homme appelé lama Tempa figurent des viols sur plusieurs victimes dont une mineure, âgée de 11 à 13 ans, et des attouchements sexuels sur une autre, alors qu'elle était âgée de neuf ans et vivait dans la communauté avec ses parents.

Karma Tshojay, mis en examen le 27 mai 2012, avait été placé en détention provisoire pendant deux ans avant d'être remis en liberté sous contrôle judiciaire. Marié, il résidait toujours en Saône-et-Loire mais avait été exclu de la communauté. Il conteste depuis le début de la procédure les faits qui lui sont reprochés.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.64
légère pluie
le 19/06 à 3h00
Vent
1.1 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
93 %