Une conférence organisée par la Ligue islamique mondiale à Paris suscite des critiques

Publié le 14/09/2019 - 08:17
Mis à jour le 14/09/2019 - 08:17

La tenue mardi à Paris d'une "conférence internationale pour la paix et la solidarité", coorganisée par l'organisation saoudienne de la Ligue islamique mondiale (LIM), suscite des critiques, notamment au sein du Conseil français du culte musulman (CFCM).

La FIF, fondée par Jean-Pierre Chevènement en 2016, est une instance laïque, destinée, via des projets en matière profane, à mieux faire connaître religion et civilisation musulmanes.

Principal interlocuteur de l’Etat depuis 2003 pour l’organisation du culte musulman, le CFCM représente un peu moins de la moitié des mosquées de France.

L'ex-ministre saoudien de la Justice Mohammed Al-Issa, secrétaire général de la LIM depuis 2016, et Ghaleb Bencheikh, président de la Fondation de l'Islam de France (FIF), coorganisateurs, ont prévu de réunir mardi au Palais Brongniart plusieurs responsables religieux français.

La LIM est souvent considérée comme le bras diplomatique du royaume saoudien, financé par ses pétrodollars, instrument de diffusion du wahhabisme, version saoudienne et très puritaine de l'islam.

Sont notamment annoncés lors de l'évènement parisien le grand rabbin de France Haïm Korsia, le président de la Fédération protestante de France François Clavairoly, l'archevêque émérite de Lille Mgr Gérard Defois, l'imam de la mosquée de Bordeaux Tareq Oubrou ou encore le président de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France Mgr Emmanuel.

En fin de journée doit être signé un "mémorandum de compréhension et d'amitié entre les trois religions monothéistes", avec engagements précis et clause de revoyure. "Pour la première fois dans la Ville Lumière, va être proclamé haut et fort une condamnation sans équivoque du terrorisme islamiste, de l'obscurantisme, du salafisme", a affirmé à l'AFP Ghaleb Bencheikh.

L'Observatoire de lutte contre l'islamophobie, instance liée au Conseil français du culte musulman (CFCM) a fait part jeudi de son "étonnement", dans un communiqué. Son président Abdallah Zekri, délégué général du CFCM, y regrette une "marginalisation des instances officielles, représentatives du culte musulman" français.

Il dénonce aussi une organisation (la LIM, ndlr) qui incarne un islam "pas représentatif des musulmans de France et qui n'est (pas) compatible (...) avec les valeurs de la République". Et d'appeler "les responsables des autres cultes à ne pas cautionner, par leur présence, cette initiative".

Vendredi, le président par intérim du CFCM, Dalil Boubakeur, recteur de la Mosquée de Paris, est venu le soutenir, affirmant, dans un texte : "l'instrumentalisation du dialogue inter-religieux dans notre pays par des organisations étrangères est un fait assez grave pour le dénoncer".

Auprès de l'AFP, il a fustigé "l'organisation, les principes et les objectifs" de la LIM, se disant "surpris" que l'événement ait eu "l'autorisation" de se tenir "en plein Paris". A la Fondation de l'Islam de France, M. Bencheikh répond: "Il y a deux positions: soit on dit que le passif de la LIM est lourd, et on ne fait rien, soit on dit + avec le nouveau secrétaire, il y a un changement de cap+, et on l'accompagne", a-t-il affirmé auprès de l'AFP.

De passage à Paris en novembre 2017 M. Al-Issa avait affiché son hostilité à "l'extrémisme idéologique", prônant un "message de modération". Emmanuel Macron et Édouard Philippe, annoncés dans une première version du programme de la rencontre, ont démenti toute participation.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Religion

Messes suspendues : l’épiscopat espère pouvoir « trouver un protocole satisfaisant »

Le président de la Conférence des évêques de France, a exprimé dimanche sa déception de voir les messes suspendues en raison du reconfinement, mais espéré pouvoir trouver "un protocole satisfaisant" avec les pouvoirs publics pour pouvoir les célébrer à nouveau. En attendant, l’archevêque de Besançon, Mgr Jean-Luc Bouilleret, a célébré dimanche 8 novembre une messe retransmise en direct de la cathédrale St-Jean.

Besançon : les responsables des mosquées déposeront une gerbe aux pieds de cathédrale Saint-Jean en signe de paix

Ce dimanche 1er novembre 2020, les responsables des mosquées de Besançon déposeront une gerbe devant la cathédrale Saint-Jean de Besançon vers 19h00 juste après la messe de 18h15, dirigée par Mgr Jean-Luc Bouilleret, l'Archevêque de Besançon. Ils seront accompagnés par un certain nombre de fidèles pour ce geste symbolique...

Hommage à Samuel Paty : la maire d’Ornans invite les habitants à poser une bougie sur leur fenêtre

Isabelle Guillame a décidé de mettre les drapeaux de la mairie d'Ornans en berne jusqu'à la fin de la semaine. Ce mercredi 21 octobre 2020, jour d'hommage national, les conseillers observeront une minute de silence. La maire d'Ornans invite les habitants "à s’associer à cet hommage et à poser une bougie sur leur fenêtre dès ce soir".

Samuel Paty tué : « Nous sommes scandalisés que des gens emplis de haine associent l’Islam à leur folie meurtrière » (Mosquées de Besançon)

Suite à l'assassinat du professeur d'histoire-géographique Samuel Paty vendredi dernier, les responsables des mosquées de Besançon dénoncent un acte "odieux" qui vient "remettre en question l'exercice du métier noble d'enseignant". Ils appellent "à la vigilance et à l'unité pour faire front contre l'extrémisime et toutes les tentatives de division de notre pays."
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.99
ciel dégagé
le 26/11 à 12h00
Vent
0.58 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
72 %

Sondage