Vaccination : nette amélioration, mais des retards en Franche-Comté

Publié le 25/04/2019 - 16:00
Mis à jour le 10/05/2019 - 11:43

L’ARS Bourgogne Franche-Comté a dressé un bilan de la couverture vaccin dans la région. Si elle constate une « nette amélioration », trois départements de Franche-Comté accusent des retards…

vaccination_grippe_5115654021.jpg
© Daniel Paquet CC0
PUBLICITÉ

Pour rappel, la loi mise en œuvre début 2018 oblige désormais la vaccination des nouveau-nés et du vaccin de la grippe chez les sujets à risque.

Un an et quatre mois après sa mise en œuvre, l’ARS constate « une nette amélioration des couvertures vaccinales tant au niveau national qu’en région Bourgogne-Franche-Comté ». De façon « spectaculaire pour le vaccin contre le méningocoque C chez le nourrisson », de façon « plus discrète » pour le vaccin hexavalent incluant le vaccin contre l’hépatite B ainsi que pour le vaccin contre le pneumocoque, ces derniers ayant « déjà atteint des taux de couverture élevés« .

En région Bourgogne-Franche-Comté, les gains sont de :

  • + 41,6 points de couverture vaccinale de la première dose du vaccin contre le méningocoque C (couverture vaccinale en 2018 : 71,5 % ; 2017 : 29,9 %)
  • + 5,2 points pour l’utilisation du vaccin hexavalent incluant le vaccin contre l’hépatite B pour les nourrissons vaccinés contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (pourcentage d’utilisation en 2018 : 98,5 % ; 2017 : 93,2 %)
  • + 1,7 points pour la couverture vaccinale de la première dose du vaccin contre le pneumocoque (couverture vaccinale en 2018 : 99,3 % ; celle de 2017 : 97,6 %)

Les couvertures vaccinales augmentent aussi chez les enfants nés avant l’entrée en application de la loi :

  • + 0,6 à + 2,8 points selon les départements pour la couverture de la première dose du vaccin ROR chez les enfants ayant eu 12 mois en 2018 (85,3 % à 89,1 %) en comparaison avec celle des enfants ayant eu 12 mois en 2017 (83,1 % à 88,3 %)
  • + 3,6 points pour la couverture vaccinale de la première dose du vaccin HPV chez les jeunes filles de 15 ans nées en 2003 (31,3 %) en comparaison avec celle des jeunes filles nées l’année antérieure (27,7 %)

Des retards en Franche-Comté

Malgré ces points positifs, l’ARS rappelle que « les efforts doivent être poursuivis ». Notamment en ce qui concerne les vaccinations contre le méningocoque C, la rougeole et les papillomavirus dont les couvertures sont encore « bien en deçà des objectifs. »

Trois départements en particulier accusent un retard systématique de couverture vaccinale par rapport aux autres dans la région :

  •  le Jura,
  • la Nièvre (sauf pour le vaccin contre le méningocoque C)
  • et le Territoire de Belfort,

Plus la Haute-Saône pour le vaccin méningocoque C.

Si ces retards de couverture « tendent à se minimiser avec l’obligation vaccinale« , il est nécessaire d’être attentifs pour les rattrapages vaccinaux au delà de 18 mois (rougeole et méningocoque C), ainsi qu’au vaccin HPV, ceci pour tous les départements.

Infos +

Retrouvez toutes les données de cette étude sur le site de l’ARS Bourgogne Franche-Comté.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.07
légère pluie
le 21/05 à 0h00
Vent
1.72 m/s
Pression
1013.75 hPa
Humidité
98 %

Sondage