Violences conjugales : 121 femmes et 25 hommes décédés en 2013

Publié le 07/05/2014 - 11:18
Mis à jour le 16/04/2019 - 17:42

La violence conjugale, en baisse en 2013 par rapport à l’année précédente, a fait 146 morts : 121 femmes et 25 hommes, victimes de leurs compagnons ou ex-compagnons, selon une étude publiée mercredi 7 mai par les ministères de l’Intérieur et des Droits des femmes.

 ©
©

en France

En 2012, 148 femmes et 26 hommes avaient péri, soit au total 174 victimes de la violence conjugale. Les victimes de la violence conjugale ont représenté près de 20% des homicides de toute nature répertoriés au cours de l'année écoulée, selon cette étude du ministère de l'intérieur. Par ailleurs, 13 enfants ont été victimes de violences mortelles exercées par leur père ou leur mère (contre 9 en 2012) et 23 enfants ont été témoins d'un tel crime (20 en 2012).

Violence sur les hommes, toujours un tabou

La baisse encourageante constatée en 2013 concerne donc essentiellement les femmes, car le nombre d'hommes décédés n'a pour sa part pas diminué. "On a toujours considéré que seuls les hommes seraient des agresseurs. Jamais les hommes ne sont présentés comme des victimes potentielles", déplore l'association SOS Hommes battus qui évoquent le chiffre de 110.000 victimes masculines chaque année.

"La violence féminine traîne beaucoup plus sur le long terme. Il y a d’abord toute une violence psychologique qui va se mettre en place. Le conjoint va passer par une longue phase de dénigrement, d’insultes, d’humiliations... C’est au bout de quelques années que se manifestent alors les premières agressions physiques", explique à Rue89, Sylvianne Spitzer, la fondatrice de l'association.

Confirmation avec Pierre Bertrand, un universitaire à la cinquantaine. En 2012, il témoignait de son expérience et expliquait avoir mis dix ans à se rendre compte qu'il était victime de violences. "J'ai eu beaucoup de mal à mettre des mots sur les actes", disait-il en racontant aussi son souvenir quand il a tenté de porter plainte après que son épouse l'a mordu. "Le policier, goguenard, me faisait comprendre que si j'avais été un vrai homme, je me serais défendu", disait-il.

"Une prise de conscience de la société"

"Dans plus de trois quarts des cas, les agresseurs ont utilisé une arme, blanche ou à feu", et "dans 50% des cas, la victime avait déjà subi des violences sous diverses formes au sein du couple", selon le communiqué commun des deux ministères. Dans plus de la moitié des cas, "la présence de substances (alcool, stupéfiants, médicaments psychotropes) susceptibles d'altérer le discernement de l'auteur ou de la victime au moment des faits" a été constatée.

"Ces chiffres en baisse sont le signe d'une prise de conscience de la société" et "encouragent le gouvernement à poursuivre son action", affirme le communiqué. La nouvelle secrétaire d'Etat à la Famille, Laurence Rossignol, a elle-aussi saluer les résultats et appelé à poursuivre les actions.

Avec le 4e plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes du 22 novembre dernier, le gouvernement "met en pratique des principes d'action simples et structurants et double les moyens spécifiques consacrés aux violences faites aux femmes - 66 millions d'euros de 2014 à 2016".

L'utilisation du numéro gratuit en hausse

Les appels mensuels au 3919, numéro gratuit destiné aux femmes victimes de violences, sont passés de 4.000 à 7.000 en six mois. Ce numéro gratuit est désormais accessible 7 jours sur 7, depuis le 1er janvier, souligne le ministère des Droits des femmes.

Le projet de loi pour l'égalité femmes-hommes généralise aussi "le téléphone grand danger", permettant aux victimes de violences d'accéder rapidement aux forces de l'ordre, rappelle-t-on. Ce dispositif de téléphone portable d'urgence pour les femmes en très grand danger est déjà déployé dans dix départements.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Ancienne maternité La Mère et l’Enfant à Besançon : des architectes s’élèvent contre sa démolition

Alors que l’anciennne maternité La mère et l’enfant située sur le site de l'hôpital Saint-Jacques à Besançon va être démoli à partir du 25 mai 2024, des architectes et membres de la Maison de l’architecture de Franche-Comté s’élèvent contre sa disparition dans un communiqué du vendredi 24 mai. Il considère que ce bâtiment comme remarquable.

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

“La question n’est pas uniquement la défense des droits, mais aussi leur promotion” (Amnesty International)

Du 17 au 20 mai 2024, l’hôtel de Ville de Besançon accueille l’exposition "We want to break free*". Elle sera ensuite déplacée à la médiathèque Pierre Bayle jusqu’au 1er juin. Sébastien Tüller, responsable de la commission orientation sexuelle et identité de genre d’Amnesty International, nous en parle…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.39
légère pluie
le 24/05 à 21h00
Vent
1.17 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
87 %