Vous avez du psoriasis ? Aidez le CHU à mieux comprendre cette maladie

Publié le 31/10/2012 - 11:17
Mis à jour le 31/10/2012 - 11:24

Le Centre d’Etude et de Recherche sur le Tégument (CERT) au sein du CHRU de Besançon Minjoz recherche des volontaires atteints de psoriasis pour une étude de recherche clinique

sni_psoriasis-600x367.jpg
sni_psoriasis-600x367.jpg
PUBLICITÉ

Afin de connaître plus en détail les caractéristiques de cette maladie inflammatoire chronique, une observation de l’aspect des capillaires cutanés au sein d’une plaque de psoriasis et sur la zone périphérique sera réalisée au cours de l’évolution de la maladie.

Une étude observationelle

Cette étude observationnelle cherche à étudier les différences capillaires entre les zones saines et les zones pathologiques et à déterminer jusqu’où les capillaires pathologiques s’étendent au-delà de la fin de la plaque.

L’étude se déroulera en plusieurs étapes :

  • une première visite de selection sera réalisée avec le médecin,
  • une visite de mesure d’environ 45 minutes avant traitement,
  • une visite  au stade blanchi puis jusqu’au retour à la normale des capillaires.

Pour pouvoir participer à l’étude, il faut présenter au moins un plaque de psoriasis bien distincte sur le corps, avoir un traitement local de la plaque ou une prescription pour un traitement local, il ne faut pas s’exposer aux UV pendant l’étude et ne pas avoir appliqué de traitement au cours des 3 dernières semaines précédant le début de l’étude.

 Si vous êtes intéressés par cette étude contactez Mlle Ecarnot

  • 03 81 21 82 80
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.31
partiellement nuageux
le 24/05 à 15h00
Vent
2.35 m/s
Pression
1013.1 hPa
Humidité
57 %

Sondage