Alerte Témoin

Vous saurez tout sur La Vache qui rit

Publié le 18/07/2008 - 15:42
Mis à jour le 18/07/2008 - 15:42

Avec le soutien des collectivités locales, le groupe Bel va ouvrir en 2009 à Lons-le-Saunier un musée consacrée à la plus célèbre vache du monde.

La Maison de La Vache qui rit va ouvrir au printemps 2009 à Lons-le-Saunier où elle est née il y a 87 ans. Depuis, elle a parcouru le monde et le groupe Bel a décidé de consacrer à cette star un musée rien que pour elle. Elle mérite bien ça cette fameuse Vache Qui rit, véritable « portion magique » qui est devenue un personnage mythique avec son sourire et ses boucles d’oreilles imaginée en 1921 par l’illustrateur Benjamin Rabier.

Plus de 10 millions d’euros seront consacrés à la construction de cette Maison avec le soutien des collectivités locales sur le lieu même de la première usine de fabrication. Le groupe Bel va investir 9 millions d’euros, le conseil régional 500 000 euros, le conseil général du Jura 500 000 euros et la Ville de Lons-le-Saunier l’équivalent de 250 000 euros.

Une maison économe en énergie 

Le chantier bat son plein et les responsables de l’opération ont fait récemment le point sur son état d’avancement. « Nous sommes sur quelque chose de sensible car emblématique », a souligné Alain Just, architecte de l’ensemble alliant anciennes structures de l’usine et partie nouvelle mélangeant bois, béton et verre. « On ne voulait pas qu’une partie de l’histoire écrase l’autre », a-t-il fait remarquer en insistant sur le fait que ce sera « une maison économe en énergie avec une des plus grandes surfaces de panneaux photovoltaïques de la région ».

Le directeur du futur musée, Philippe Markarian, est chargé d’imaginer « un véritable lieu d’animations et de vie » qui s’implique dans la région. Il lui reste neuf mois pour mettre en place les deux parcours de visite simultanés destinés aux parents et aux enfants. « Chaque espace sera animé pour mieux rendre compte de l’impact de La Vache qui rit sur notre quotidien. Objets, publicités, souvenirs… tout sera mis en scène dans différents tableaux de la vie de tous les jours ».

La visite du musée, qui sera conviviale et interactive, constituera selon ses initiateurs « un moment de convivialité et de partage entre générations ».  

60 000 visiteurs attendus 

Le musée créera environ dix emplois et escompte quelque 60 000 visiteurs par an. L’entrée sera payante, mais même en chatouillant la Vache qui rit sous les bras nous n’avons pas pu savoir combien devront acquitter les visiteurs. La Maison de La Vache qui rit se situe sur un terrain de 3450 m2 en plein cœur historique de Lons-le-Saunier avec un parc et une terrasse. Une boutique et une cafétéria seront à disposition. Attention, l’adresse de la Maison n’a rien à voir avec la tour affublée d’une Vache qui rit qu’on voit sur le périphérique de la ville. Le musée se trouve en fait au 25, rue de Richebourg.

Une sucess-story jurassienne 

Le groupe Bel compte aujourd’hui 11500 collaborateurs de 36 nationalités dans le monde entier. Outre La Vache qui rit, le groupe dispose d’autres marques comme Leerdammer, Kiri, Babybel, Boursin… qui sont fabriquées dans 25 sites de production répartis dans le monde entier dont deux en Franche-Comté à Lons-le-Saunier et à Dole.

L’entreprise peut également compter sur  quatre centres de recherche et développement. En 2007, Bel, qui est le premier fabricant de fromage fondu en Europe, a fait un chiffre d’affaires consolidé de près de 2 milliard d’euros en progression de 10%.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Sécurité à Planoise : le préfet du Doubs saisit l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     19.58
    nuageux
    le 10/08 à 3h00
    Vent
    1.39 m/s
    Pression
    1014 hPa
    Humidité
    80 %

    Sondage