Zepeda dit avoir été agressé en prison et s'effondre dans son box, audience suspendue

Publié le 15/12/2023 - 08:30
Mis à jour le 15/12/2023 - 08:30

Coup de théâtre devant la cour d'assises de la Haute-Saône : l'audience au procès de Nicolas Zepeda a été suspendue après que le Chilien ait affirmé avoir été agressé à la prison de Besançon par un surveillant, avant de s'effondrer en larmes dans son box jeudi 14 décembre 2023.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

L'audience a été suspendue un quart d'heure, a indiqué le président de la cour d'assises de la Haute-Saône, François Arnaud. L'incident est arrivé alors que l'accusé, qui est rejugé en appel pour l'assassinat de son ex petite amie Narumi Kurosaki en décembre 2016 à Besançon, était interrogé sur sa personnalité et expliquait les conditions de sa détention lorsqu'il était à l'isolement, à la maison d'arrêt de la ville.

"J'ai entendu qu'on lisait ma lettre dans le couloir les salauds!"

"J'ai vécu des choses horribles, j'ai vu des choses horribles que je ne cautionne pas", a-t-il expliqué. Il a notamment affirmé qu'un auxiliaire, un détenu qui travaille pour l'administration pénitentiaire, aurait été tapé par des surveillants "simplement parce qu'il ne voulait pas nettoyer la cellule où il y avait eu une tentative de suicide". "Avez-vous subi des pressions après cela?", questionne le président.

Nicolas Zepeda se prend la tête, dit qu'il a écrit à deux reprises à son avocate de l'époque pour dénoncer ces faits allégués mais que la deuxième lettre a été ouverte par les surveillants qui l'auraient lue dans le couloir : "J'ai entendu qu'on lisait ma lettre dans le couloir les salauds!", s'est exclamé  l'accusé. "De ce moment-là, ils m'ont pas lâché (...) ça a fini par une agression, un surveillant m'a donné un coup de poing", a-t-il ajouté.

"Et les droits humains ? Ils ont traité mon fils comme un chien!"

Il se prend alors la tête et pleure bruyamment, avant de s'écrouler dans le box, devant une salle d'assises médusée. Après un moment de flottement et de confusion, son père Humberto se lève et sa mère Ana lance à la cour : "Et les droits humains ? Ils ont traité mon fils comme un chien!", avant que le président ne suspende l'audience et que l'accusé ne soit sorti du box.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Attaque à la machette à Besançon : un père de famille interpellé

Alexia Marquis, substitut du procureur à Besançon et David Tognelli, chef de la filière judiciaire (DIPJ), sont revenus jeudi 27 juin 2024 sur les faits commis vendredi dernier. Une commerçante avait été gravement blessée non pas la machette, mais au couteau vers 05h10 du matin Avenue Denfert-Rochereau à Besançon. Quelques minutes plus tôt, c’est un homme qui a échappé de peu à une agression similaire rue de Belfort…

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.86
légère pluie
le 13/07 à 09h00
Vent
2.17 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
82 %