Affaire Grégory : Murielle Bolle remise en liberté sous contrôle judiciaire

Publié le 04/08/2017 - 17:34
Mis à jour le 04/08/2017 - 17:50

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Dijon a accepté ce vendredi 4 août 2017 la demande de remise en liberté de Murielle Bolle,témoin clé de l’affaire Grégory, en l’assortissant d’un contrôle judiciaire strict, ont annoncé les avocats des deux parties.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Mme Bolle devra "résider dans la Nièvre et pointer deux fois par semaine", a indiqué Me Marie-Christine Chastant-Morand, avocate des parents de l'enfant assassiné en 1984.

Elle a également interdiction de tout contact avec la presse. "Si on voit son visage à la télévision, elle retourne en prison", a résumé l'un de ses avocats, Me Jean-Paul Teissonnière, qui s'est déclaré "satisfait" de la décision de la cour.

Rappel des faits

Âgée de 48 ans, Mme Bolle avait été mise en examen le 29 juin pour enlèvement suivi de mort et placée en détention provisoire. Adolescente à l'époque des faits, elle avait accusé son beau-frère Bernard Laroche du rapt du garçon de quatre ans retrouvé mort dans la rivière Vologne, avant de se rétracter.

"C'est la raison juridique qui l'emporte", s'est félicité Me Teissonnière."C'est pour nous un soulagement." "La détention de Mme Bolle était un scandale, sa remise en liberté est normale", a-t-il encore estimé, ajoutant que sa cliente "maintient ses déclarations". Pour l'accusation, Mme Bolle, qui avait 15 ans à l'époque de la mort du petit Grégory, aurait changé son témoignage en 1984 après avoir subi des violences familiales.

Le 4 juillet, la chambre de l'instruction avait ainsi décidé de la maintenir en prison en attendant notamment qu'une solution d'hébergement sans contact avec sa famille puisse être trouvée.

"Pas d'éléments suffisants"

Pour ses défenseurs, il n'y a pas "d'éléments suffisants" pour la maintenir en détention, avait indiqué vendredi à la sortie de l'audience Me Thierry Moser, autre avocat des époux Villemin, disant  s'en remettre "à la sagesse des magistrats".

Le procureur général Jean-Jacques Bosc s'était quant à lui opposé à la remise en liberté "pour les nécessités de l'enquête et l'efficacité des actes à venir", arguant que Mme Bolle ne serait pas à l'abri de pressions, "compte tenu de ce qui s'est passé en 1984."

Source : AFP

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.32
légère pluie
le 25/04 à 9h00
Vent
1.77 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
85 %