Alstom Belfort : inquiétudes sur l'avenir d'un important contrat avec l'Ukraine

Publié le 07/03/2022 - 17:02
Mis à jour le 07/03/2022 - 17:02

La guerre en Ukraine fait craindre aux syndicats du site d’Alstom à Belfort la remise en cause d’un important contrat qui devait être finalisé dans les prochains jours et prévoyait la livraison de 130 locomotives doubles à l’Ukraine.

"Avec ce qui se passe en Ukraine, il y a de grandes chances pour que le contrat soit abandonné", estime André Fages, délégué CFE-CGC et élu du CSE central d'Alstom.

"La direction étudie deux scénarios", selon lui: soit "on arrête tout d'ici la fin du mois", soit "on attend de voir comment les choses vont évoluer d'ici l'été" et "on laisse une équipe réduite assurer la continuité".

Ce contrat, d'un montant de 880 millions d'euros, devait assurer du travail au site de Belfort "jusqu'à la fin de la décennie" et "nous donnait une visibilité à huit ans", souligne M. Fages. "Mais là on va devoir travailler avec une visibilité à deux, trois ou quatre ans, donc c'est beaucoup plus angoissant".

Le délégué CGT Eddy Cardot confie également son "inquiétude sur l'avenir du site de Belfort": outre les dix ans de charge de travail, ce contrat prévoyait "énormément de recrutements".  "Les recrutements ont été gelés et les salariés ont peur de revivre 2016, quand il était question de fermer le site de Belfort, qui compte près de 500 salariés", confie M. Cardot pour qui "tout dépend de la tournure des évènements".

"Alstom suit très attentivement la situation dramatique en Ukraine", mais "il est encore trop tôt pour spéculer sur d'éventuels impacts commerciaux ou industriels, que ce soit à Belfort ou ailleurs, si ce contrat n'était finalement pas signé", a fait savoir de son côté auprès de l'AFP un porte-parole du constructeur ferroviaire français.

Le PDG d'Alstom Henri Poupart-Lafarge a signé le 8 février à Kiev, sous les yeux d'Emmanuel Macron, un protocole d'accord sur l'achat de ces 130 locomotives destinées au fret, qui prévoyait la signature du contrat avant le 31 mars.

Ce contrat, dont le financement a fait l'objet d'un accord intergouvernemental lors de la visite de Bruno Le Maire en Ukraine en mai dernier, doit s'élever au total à 2,4 milliards d'euros, si l'on prend en compte la maintenance des locomotives sur 40 ans, a précisé le porte-parole.

Le maire LR de la ville, Damien Meslot, s'est dit "très inquiet" pour le site d'Alstom Belfort: "Il faudra trouver de nouveaux marchés pour compenser en cas d'annulation".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Bourgogne Franche-Comté : 3 millions d’euros pour soutenir les boulangeries et les boucheries

CRISE ÉNERGÉTIQUE • En raison de crise énergétique qui sévit actuellement en France comme dans de nombreux pays européens, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté a annoncé mercredi 25 janvier un coup de pouce pour soutenir les boulangeries-pâtisseries et les boucheries-charcuteries à hauteur de 3 millions d’euros.

Région Bourgogne Franche-Comté : un budget à 2 milliards d’euros pour 2023

La présidente de Région, Marie-Guite Dufay, a réuni les élus du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté en session plénière mercredi 25 et jeudi 26 janvier 2023. Principal dossier à l’ordre du jour de l’assemblée : le vote du budget régional 2023 d’un montant de 1,967 milliard d’euros (hors gestion active de la dette) dont plus de 1,6 milliard d’euros est dédié au financement des politiques publiques, soit plus de 81 % du budget régional.

La Banque Populaire Bourgogne-Franche-Comté réaffirme ses ambitions pour 2023

Dans un contexte économique peu engageant, la Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté (BP BFC) a tenu une conférence de presse présidée par son directeur général Jean-Paul Julia, afin de dresser le bilan de l’année écoulée et de faire le point sur les ambitions portées par la banque en 2023. 

Bourgogne Franche-Comté : la filière automobile, un secteur encore perturbé en 2022

ÉTUDE INSEE • À la mi-2022, les 370 établissements de la filière automobile de Bourgogne-Franche-Comté employaient 38.530 salariés et 5.540 intérimaires. Malgré une reprise en 2021, cette filière reste perturbée en 2022 par le contexte économique et les mutations en cours du secteur. L’emploi salarié est en baisse sur un an, avec davantage de départs que d’embauches.

Prêt : un ajustement mensuel pour mieux " lisser " les relèvements du taux d’usure dès février

Les taux de l’usure sont, selon la loi, calculés à partir des données collectées sur les taux de crédit au cours du trimestre précédent, comme les 4/3 des taux moyens pratiqués. Ces dispositions permettent de protéger les emprunteurs de taux excessifs et de préserver ainsi un large accès au crédit. La Banque de France, à titre exceptionnel pendant la période de plus forte remontée des taux, propose un ajustement technique pour mieux "lisser" les relèvements du taux de l’usure à partir du 1er février 2023.

Nouveau resto, nouveaux dinos… Le Dino Zoo entre dans une nouvelle ère

Après une saison 2022 record avec 134.200 visiteurs, le parc Dino-Zoo à Étalans et ses célèbres dinosaures vont faire écaille neuve en 2023. Un chantier d’envergure et des investissements conséquents qui vont permettre au célèbre parc du Doubs, d’entrer dans une nouvelle ère et de rivaliser avec les grands sites touristiques nationaux…

Rejets dans les milieux naturels : dans le Doubs, 9 fromageries sur 10 respectent désormais la réglementation

Annoncé et signé à l’automne 2022, à l’initiative de Jean-François Colombet, préfet du Doubs, et de Christine Bouquin, présidente du conseil départemental du Doubs, le plan rivières karstiques 2022 - 2027 est une démarche de reconquête de la qualité de l’eau des rivières du Doubs, regroupant l’ensemble des partenaires publics du département.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -1.26
peu nuageux
le 27/01 à 9h00
Vent
3.95 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
81 %