Après "Martin & Muller", c'est au tour d'"In Fine" de continuer la tradition...

Publié le 02/04/2015 - 17:23
Mis à jour le 03/04/2015 - 15:48

Après Lombardelli dans les années 80, puis Martin, & Muller, c’est au tour d’un nouveau duo de faire perdurer l’épicerie italienne du 39, rue de Belfort à Besançon : Jacqueline et Jean-Jacques Pichon, deux clients depuis 30 ans et amoureux de l’Italie et de ses spécialités. Depuis le 1er février 2015, on ne dit plus qu’on va « chez Martin & Muller », mais chez « In fine »! Rencontre… 

Si vous vous faites du souci quant à l'après Martin & Muller, ce n'est la peine puisque "Rien n'a changé !" nous confirme Jean-Jacques Pichon, le nouveau gérant. En effet, In Fine propose les mêmes services qu'auparavant : pizzas faites "maison" avec des produits frais à emporter, vins, spiritueux, friandises, chocolat, pâtes, mozzarella fraîche et autres fromages italiens, charcuterie italienne… L'odeur de l'épicerie est la même, on n'y perd pas ses repères! "J'ai acheté cette boutique pour son savoir-faire donc ce n'était pas pour la changer" précise le nouveau gérant. 

Reconversions professionnelles radicales… 

Avant d'acheter l'épicerie, Jean-Jacques Pichon était président de la compagnie régionale des commissaires aux comptes et partageait son emploi du temps entre Besançon et Paris. Quant à son épouse, Jacqueline, elle était commerciale dans une entreprise de transport.

"Ce n'était pas prémédité" nous raconte le nouvel épicier, "il y a un an, je venais toutes les semaines et j'ai toujours dit en rigolant : j'aimerais bien racheter Martin & Muller pour développer quelque chose. Et puis j'ai pensé qu'à ça pendant plusieurs jours, et après vérification, on s'est rencontré le 1er avril 2014. À l'époque, ils étaient éventuellement vendeurs et on a commencé à en discuter avec mon épouse qui était partante… Et quand tout a été négocié l'été dernier, j'ai réalisé que c'était un mon projet et j'ai tout lâché pour acheter l'épicerie". 

Il ajoute que "Si ça peut vous rassurer, je suis passionné de cuisine, je maîtrise le savoir-faire, je sais faire les pizzas" plaisante-t-il, mais aussi "les petits pains italiens, la focaccia, les lasagnes, les cannelloni, les tiramisus dont j'ai des éloges et je suis amateur de vins, je suis dans l'œnologie depuis 13 ans". 

In Fine mais pas une fin en soi ! 

En effet, l'épicerie est reprise, mais Jean-Jacques et jacqueline ne comptent pas s'arrêter là. Cet achat "n'est pas une finalité" nous confie Jean-Jacques Pichon. "Je suis passionné de cuisine italienne, il y a un excellent savoir-faire ici, donc j'ai d'autres projets en tête après cette étape-là en lien avec ce savoir-faire à Besançon et en dehors de la ville". Pour le moment, le gérant reste discret mais nous en apprendrons davantage ces prochains mois. 

En attendant, les jours et les horaires d'ouverture de l'épicerie ne changent pas. Et malgré les aprioris pécuniaires que l'on peut avoir sur les produits en vente chez In Fine, il y en a pour toutes les bourses y compris pour les vins (à partir de 5 euros). 

En exclusivité, vous pouvez voir la future devanture de l'épicerie (photo 12 du diaporama)

Infos pratiques

  • In Fine
  • 39, rue de Belfort – 25000 Besançon
  • Ouvert du mardi au samedi de 8h30 à 12h30 et de 15h00 à 20h00
  • Ouvert le dimanche de 10h00 à 13 heures.

Les nouvelles de Martin & Muller 

Pour l'instant, Frank Muller et Laurent Martin n'ont pas de "projet précis" malgré les multiples rumeurs qui courent à leur sujet. "On va faire une pause, on va se reposer et réfléchir" nous informe Frank, "Nous avons accompagné Jean-Jacques et Jacqueline Pichon pendant deux mois intensément pour leur transmettre les informations, le savoir-faire etc." Les deux anciens épiciers n'excluent aucune éventualité quant à leur carrière...

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Le stade Léo Lagrange bientôt équipé de 800 m2 de panneaux photovoltaïques

Le chiffre n’est pas négligeable. Si l’installation des panneaux photovoltaïques a un coût : 300.000 euros, elle permettra, à terme, d’économiser entre 30 à 35.000 euros par an, a précisé Anne Vignot, la maire de Besançon. Le projet sera soumis au vote des élus lors du Conseil municipal du 20 juin 2024.

La Région Bourgogne Franche-Comté lance une opération séduction pour attirer de nouveaux habitants

En ce premier semestre 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté préfigure une initiative inédite pour renforcer son attractivité résidentielle. Cette opération sans précédent vise concrètement à recruter dès le mois de septembre 2024 de futurs habitants. Prévu sur une première période de trois années, ce programme repose sur une dynamique collaborative initiée par la Région et de nombreux acteurs du territoire, et s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’attractivité globale initiée depuis 2017.

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 18.97
légère pluie
le 21/06 à 15h00
Vent
3.98 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
93 %