Armer la police municipale : Jacques Grosperrin estime que  le maire de Besançon "ne peut plus reculer"

Publié le 08/10/2018 - 15:17
Mis à jour le 16/04/2019 - 14:11

Ce samedi 6 octobre 2018, des policiers municipaux sont intervenus dans le quartier Planoise suite à un coup de feu. Pour le président du groupe LR  au conseil municipal de Besançon, le maire En Marche  "ne peut plus reculer" et indique que "le port d’armes à feu est une revendication de 95 % des policiers municipaux de Besançon".

police_municipale-001.jpg
©damien poirier
PUBLICITÉ

« Samedi 6 octobre les policiers municipaux ont, une nouvelle fois, été confrontés à des coups de feu dans le quartier de Planoise. Ils sont de plus en plus souvent les premiers intervenants lors d’actes de violences et lors de fusillades sur la voie publique. La police municipale n’est toujours pas armée, malgré la montée des violences et des agressions.

Le port d’armes à feu est une revendication de 95 % des policiers municipaux de Besançon. Ce n’est pas surprenant, tant ils ont devenus des cibles. Ils doivent pouvoir se défendre et assumer les missions qui sont les leurs.

La police municipale n’est toujours pas armée, malgré nos demandes réitérées à maintes reprises depuis 2014 au Maire de Besançon. Pour mieux nous protéger ils doivent eux-mêmes être protégés.

Les policiers municipaux sont partie intégrante du Groupe local de traitement de la délinquance et ils effectuent un travail remarquable : depuis le début de cette année ils ont procédé, avec la police nationale, à une cinquantaine d’interpellations, à la mise à jour de planques de stupéfiants et de caches d’armes.

Face à ces situations et à ces demandes, le Maire de Besançon, jusqu’à peu, ne voulait rien entendre. Lors du dernier Conseil municipal, il semblait moins ferme sur sa position. En effet, je lui ai rappelé qu’un rapport parlementaire commandé par le Ministère de l’Intérieur a été remis au Premier Ministre le 11 septembre dernier qui préconise de rendre l’armement des policiers municipaux obligatoire.

Aujourd’hui c’est le Maire qui décide ou non d’armer sa police municipale. Avec ce rapport c’est l’inverse qui va se passer : les policiers seront armés par principe et le Maire sera tenu de se justifier de ne pas les armer. Il devra le faire devant les policiers municipaux et devant les Bisontins« .

Jacques Grosperrin

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Lundi 17 juin 2019, Jonathann Daval a livré des aveux complets lors d'une reconstitution qui s'est déroulée pendant sept  heures à Gray en Haute-Saône, reconnaissant avoir lui-même "procédé à la crémation du corps" de sa femme Alexia et lui avoir porté des coups violents, a déclaré le procureur de Besançon Etienne Manteaux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.95
couvert
le 20/06 à 9h00
Vent
2.59 m/s
Pression
1015.18 hPa
Humidité
85 %

Sondage