Municipale 2020 : E. Alauzet souhaite que la police municipale porte "une arme létale"

Publié le 03/12/2019 - 16:41
Mis à jour le 03/12/2019 - 16:47

Lors d'une conférence de presse ce mardi 3 décembre après-midi à Besançon, le candidat la République en marche Eric Alauzet a déclaré vouloir que les agents de la police municipale portent "une arme létale".

Dans le cadre de sa campagne pour l'élection municipale 2020 à Besançon, Eric Alauzet anime en cet après-midi à son local de campagne, une conférence de presse sur le thème de la sécurité et de la tranquillité publique.

Il y dévoile les grandes lignes de son programme sur ce thème y compris celle concernant l'armement de la police municipale, un sujet sensible à Besançon. Si le maire sortant LREM s'est toujours opposé à l'armement des agents de la police municipale, Eric Alauzet met les deux pieds dans le plat en annonçant clairement sa position sur cette question. "Je réfléchis depuis longtemps à cette problématique", indique-t-il en précisant être "un homme libre sur tous les sujets" : "Je suis un patricien. Je veux faire des choses qui marchent".

Éric Alauzet précise que le port de l'arme létale n'empiétera pas sur le travail de la police nationale : "tout sera dans le cadre de la loi. Il est question de coopération dans une brigade commune et pas de se substituer à la police nationale".

Autre mesure : un élargissement des heures de travail de la police municipale

Si le candidat souhaite armer la police municipale, il envisage également d'élargir les horaires de travail des agents. Il s'agira "d'adapter les horaires aux besoins des habitants donc d'élargir les horaires avec une présence au centre-ville le jeudi, vendredi, samedi jusqu'à 4h du matin et le dimanche jusqu'à 20h". En soirée et en journée, les patrouilles seront aussi renforcées dans "tous les quartiers où c’est nécessaire y compris dans les transports".  Le député souhaite également renforcer la coopération entre la police municipale et nationale ainsi qu'avec le Samu et les sapeurs-pompiers.

Derniers souhaits du candidat sur la sureté : relocaliser le centre de surveillance vidéo (CSU), avoir recours aux drones et améliorer, avec l'aide du préfet, le repérage des personnes fichées S.

"Je serai le maire de l'ordre républicain", Eric Alauzet.

Le candidat souhaite également "incarner l'autorité" : "Je serai le maire de l'ordre républicain", annonce-t-il ce mardi. La tolérance zéro serait donc appliquée dans certains cas notamment concernant les "troubles à ordre public, les incivilités". À titre d'exemple, Éric Alauzet a indiqué que les incivilités qui se produiraient à la piscine municipale pourraient amener à l'exclusion ou à des "TIG volontaires" (travail d'intérêt général) ou à des courriers d'excuses. À ce même titre, il indique que les frais de nettoyage des "affichages sauvages" seraient facturés aux auteurs.

Autre point abordé : l'éducation. Éric Alauzet souhaite "donner des moyens financés" aux acteurs populaires (référents et associations) pour accompagner les collégiens sur les temps hors scolaire "c'est à ce moment-là que les enfants peuvent basculer", précise-t-il.

Propos recueillis par Hélène L.

1 Commentaire

Il a bien changé, il y a quelques années il s'opposait aux caméras de surveillance, et pour les retraités qu'il considère comme nantis pas d'évolution.
Publié le 8 décembre 2019 à 09h09 par gaucher • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

arme police municipale

« Sécurité globale »: Darmanin écarte l’armement obligatoire des polices municipales

Le ministre de l'Intérieur Gérard Darmanin a écarté l'hypothèse d'un armement obligatoire des policiers municipaux, une proposition d'un rapport des députés Jean-Michel Fauvergue et Alice Thourot mais qui n'avait pas été retenue dans leur proposition de loi controversée sur la "sécurité globale".  Le ministre s'est engagé par ailleurs à élargir l'accès à d'autres fichiers pour les policiers municipaux (contraventions, engins motorisés...). A  Besançon, Force Ouvrière réclame à nouveau l'armement de la police municipale alors que la maire EELV y est opposé.

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : « Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition »

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l'élection municipale. Dans un style bien à elle, s'éloignant volontairement des clichés traditionnels des "hommes politiques", elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d'une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L'abstention frôle les 61 %  

Politique

« Mise en difficulté par la crise sanitaire, la culture ne doit pas devenir l’enjeu de polémiques stériles » selon Marie-Guite Dufay

Interpellée sur les lieux culturels par François Sauvadet, président du département de la Côte-d'Or et président de l'opposition de droite à la Région, la présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté Marie-Guite Dufay, lui répond dans un communiqué ce mercredi 20 janvier.

2022 : Engageons-nous présente ses premières propositions de « transformation » de la société

Élections législatives et présidentielle le même jour, un référendum d'initiative populaire moins restrictif, ou encore un "indicateur de bien être" au côté du PIB:L'association Engageons-nous, créée en septembre par Laurent Joffrin, ex-directeur de Libération, a présenté  ses propositions en vue de 2022.

Covid-19 : jeunes de Bourgogne Franche-Comté, « ne restez pas seuls ! »

Dans un communiqué du 13 janvier 2021, Denis Lamard, conseiller régional Bourgogne Franche-Comté délégué à la jeunesse et la vie associative et président du CRIJ de Bourgogne Franche-Comté, appelle les jeunes à ne pas rester seuls en cette longue période de crise sanitaire et de travail à distance…
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.45
partiellement nuageux
le 20/01 à 21h00
Vent
2.75 m/s
Pression
1004 hPa
Humidité
68 %

Sondage