Armement de la police municipale à Besançon : la CFTC écrit une lettre au ministre de l'Intérieur

Publié le 17/12/2018 - 15:43
Mis à jour le 18/04/2019 - 13:43

Dans une lettre ouverte en date du 17 décembre 2018, Jacques Desoche, président du syndicat CFTC du Doubs, de la Ville de Besançon, du CCAS et de la CAGB, alerte le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner "sur l’urgente nécessité de généraliser le port d’armes à feu pour tous les policiers municipaux de notre pays".

2014-07-13-police_municipale_besancon_velo.jpg
©miss dom (photo d'illustration)
PUBLICITÉ

Lettre ouverte :

« Monsieur le ministre

Le récent attentat terroriste commis à Strasbourg nous rappelle à quel point nous restons fragiles et démunis face à des actes aussi meurtriers qu’imprévisibles.

Si l’heure n’est pas à la polémique, des questions se posent sur les moyens donnés à « toutes » celles et ceux qui portent un uniforme et qui par le fait garantissent l’ordre et la sécurité dans notre pays.

Les policiers municipaux, notamment ceux de Besançon, se sont vus refuser d’être dotés d’armes létales malgré une demande formulée par 96 % d’entre eux.

Au regard de la législation en vigueur, la décision d’accorder cette autorisation revenant  « uniquement » aux maires de chaque ville, le débat fut clos malgré une argumentation solide.

Pourtant, plus que jamais, la France ne peut se priver de forces vives en capacité d’intervenir à tout moment,  et cela sur tout le territoire.

La police municipale (troisième composante des forces de sécurité intérieure avec la gendarmerie et la police nationale) demeure un « acteur » incontournable des villes en termes de proximité, connaissance du terrain, présence quotidienne, et plus précisément prévention, surveillance du bon ordre, de la tranquillité publique, de la sécurité et de la salubrité publique.

Autant dire un champ d’action important qui est proche et complémentaire des fonctions de la police nationale.

Dans le contexte actuel, qui voit le plan « Vigipirate » activé régulièrement, évoluant de vigilance à sécurité renforcée, quand ce n’est pas risque d’attentat voire urgence attentat, les missions des policiers municipaux ne peuvent s’arrêter là où la confrontation à un ou des individus armés commettant ou ayant commis un homicide ou un attentat terroriste est inévitable.

D’autant, Monsieur le Ministre, que le fait pour ces policiers d’être régulièrement primo-intervenants accroit fortement les risques d’une mise en danger de leur vie et l’impossibilité de défendre la vie de nos compatriotes.

Ce courrier, qui se veut citoyen avant tout, a donc vocation à vous alerter sur l’urgente nécessité de généraliser le port d’armes à feu pour tous les policiers municipaux de notre pays.

Recevez, Monsieur le Ministre de l’Intérieur, l’expression de ma très haute considération.

Jacques Desoche »

 

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

En Bourgogne-Franche-Comté, un quart des personnes sont en situation de vulnérabilité énergétique selon l’Insee. Pour chauffer convenablement leurs logements, les habitants doivent y consacrer une part importante de leur revenu. Actuellement, la part des ménages vulnérables est plus forte en Bourgogne-Franche-Comté qu’au plan national.

Deux bisontines à la conquête du Maroc… et de sponsors

Deux bisontines à la conquête du Maroc… et de sponsors

Anne Gay-Mignerot, 40 ans, et Karine Mary-Odelot, 44 ans, prendront le départ de la 30ème édition du rallye Aïcha des Gazelles au Maroc l’an prochain, le 13 mars 2020. Une course folle qui nécessite de l’entraînement et une entente irréprochable. Mais avant cela, les deux copines devront trouver quelques sponsors pour participer à cette aventure.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.95
couvert
le 20/06 à 9h00
Vent
2.59 m/s
Pression
1015.18 hPa
Humidité
85 %

Sondage