Alerte Témoin

Armement de la police municipale à Besançon : la CFTC écrit une lettre au ministre de l'Intérieur

Publié le 17/12/2018 - 15:43
Mis à jour le 18/04/2019 - 13:43

Dans une lettre ouverte en date du 17 décembre 2018, Jacques Desoche, président du syndicat CFTC du Doubs, de la Ville de Besançon, du CCAS et de la CAGB, alerte le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner "sur l’urgente nécessité de généraliser le port d’armes à feu pour tous les policiers municipaux de notre pays".

2014-07-13-police_municipale_besancon_velo.jpg
©miss dom (photo d'illustration)

Lettre ouverte :

"Monsieur le ministre

Le récent attentat terroriste commis à Strasbourg nous rappelle à quel point nous restons fragiles et démunis face à des actes aussi meurtriers qu’imprévisibles.

Si l’heure n’est pas à la polémique, des questions se posent sur les moyens donnés à « toutes » celles et ceux qui portent un uniforme et qui par le fait garantissent l’ordre et la sécurité dans notre pays.

Les policiers municipaux, notamment ceux de Besançon, se sont vus refuser d’être dotés d’armes létales malgré une demande formulée par 96 % d’entre eux.

Au regard de la législation en vigueur, la décision d’accorder cette autorisation revenant  « uniquement » aux maires de chaque ville, le débat fut clos malgré une argumentation solide.

Pourtant, plus que jamais, la France ne peut se priver de forces vives en capacité d’intervenir à tout moment,  et cela sur tout le territoire.

La police municipale (troisième composante des forces de sécurité intérieure avec la gendarmerie et la police nationale) demeure un « acteur » incontournable des villes en termes de proximité, connaissance du terrain, présence quotidienne, et plus précisément prévention, surveillance du bon ordre, de la tranquillité publique, de la sécurité et de la salubrité publique.

Autant dire un champ d’action important qui est proche et complémentaire des fonctions de la police nationale.

Dans le contexte actuel, qui voit le plan « Vigipirate » activé régulièrement, évoluant de vigilance à sécurité renforcée, quand ce n’est pas risque d’attentat voire urgence attentat, les missions des policiers municipaux ne peuvent s’arrêter là où la confrontation à un ou des individus armés commettant ou ayant commis un homicide ou un attentat terroriste est inévitable.

D’autant, Monsieur le Ministre, que le fait pour ces policiers d’être régulièrement primo-intervenants accroit fortement les risques d’une mise en danger de leur vie et l’impossibilité de défendre la vie de nos compatriotes.

Ce courrier, qui se veut citoyen avant tout, a donc vocation à vous alerter sur l’urgente nécessité de généraliser le port d’armes à feu pour tous les policiers municipaux de notre pays.

Recevez, Monsieur le Ministre de l’Intérieur, l’expression de ma très haute considération.

Jacques Desoche"

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

arme police municipale

Municipale 2020 : pour ou contre l’armement de la police municipale ?

VIDEOS • Les candidats à l'élection municipale de Besançon sont-ils pour ou contre l'armement de la police municipale ? Et que proposent-ils pour la sécurité à Planoise ainsi que dans les autres quartiers de Besançon ? Découvrez leurs réponses…

Municipale 2020 à Besançon : K. Bouhassoun ne souhaite pas équiper la police municipale d’armes létales

La question de l'armement de la police municipale est l'un des sujets forts de cette campagne pour l'élection municipale 2020 à Besançon. Si des candidats sont pour l'armement létal des policiers municipaux, Karim Bouhassoun, candidat du mouvement Bisontines-Bisontins, ne l'intègre pas dans son programme sur la sécurité selon un communiqué du 9 décembre 2019.

Municipale 2020 : Ludovic Fagaut souhaite armer la police municipale « par conviction »

Lors de l'inauguration se sa permanence à Besançon samedi 8 décembre 2019, Ludovic Fagaut a dévoilé de nouvelles lignes de son programme en tant que candidat Les Républicains pour l'élection municipale à Besançon en 2020. Parmi elles, l'armement et de le doublement des effectifs de la police municipale…

La question de l’armement de la police municipale à nouveau sur la table à Besançon…

Suite à la fusillade de Strasbourg, L’État a porté le plan Vigipirate au niveau "urgence attentat". Ce 13 décembre 2018, Jean-François Longaretti, secrétaire départemental mairie et CAGB Force ouvrière, adresse une lettre à Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon, pour lui parler de l'armement de la police municipale.  

Armement de la police municipale à Besançon  : la note de service qui met le feu aux poudres

Une note de service de la direction générale des services de la Ville rappelant les règles de sécurité aux policiers municipaux vient de relancer le débat de l'armement de la police municipale de Besançon. L'élu d'opposition Jacques Grosperrin (LR) estime que la police municipale n'est plus en mesure de protéger les Bisontins. Le syndicat CFTC Unsa a lancé un appel à la grève pour le lundi 29 octobre.

Armer la police municipale : Jacques Grosperrin estime que  le maire de Besançon « ne peut plus reculer »

Ce samedi 6 octobre 2018, des policiers municipaux sont intervenus dans le quartier Planoise suite à un coup de feu. Pour le président du groupe LR  au conseil municipal de Besançon, le maire En Marche  "ne peut plus reculer" et indique que "le port d’armes à feu est une revendication de 95 % des policiers municipaux de Besançon".

Société

Déconfinement : découvrez les autorisations dérogatoires accordées par le Préfet du Doubs

Dans le cadre du déconfinement progressif régi par le décret n°2020-548 du 11 mai 2020 et sur proposition des autorités concernées, ce vendredi 22 mai 2020, le Préfet du Doubs a autorisé à titre dérogatoire, par arrêté plusieurs accès et pratiques dont la réouverture du musée du Temps à Besançon ou encore l’accès du public aux bateaux de plaisance "Bateaux du Saut du Doubs" et des "vedettes panoramiques" sur la commune de Villers-le-Lac.

Des aides alimentaires et distributions de masques pour les plus vulnérables

Dans le cadre du plan d'urgence pour l'aide alimentaire, Joël Mathurin, préfet du Doubs, s'est rendu ce 20 mai 2020 au Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) Le Roseau, géré par l’ADDSEA, dans le cadre de la mise en œuvre de l’aide alimentaire et de la distribution de masques aux  personnes en situation de précarité.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.45
ciel dégagé
le 25/05 à 18h00
Vent
2.84 m/s
Pression
1029 hPa
Humidité
50 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune