Arrêté anti-mendicité : les précisions du groupe socialiste et société civile républicaine

Publié le 22/08/2018 - 16:36
Mis à jour le 12/09/2018 - 17:19

Après les élus verts et les élus communistes, c’est au tour des conseillers municipaux du groupe socialiste et société civile républicaine de réagir à l’arrêté visant à limiter la mendicité au centre-ville de Besançon.

mendicité Besançon 

 ©
mendicité Besançon
©

Abdel Ghezali, président du groupe socialiste et société civile a tenu à faire suite aux différentes réactions issues notamment de la majorité plurielle du maire LREM (et ancien socialiste) Jean-Louis Fousseret.

En faisant le même constat des problèmes d'incivilités et de troubles répétés au centre-ville de Besançon subis par les commerçants et les riverains, il rappelle le contexte de cette prise de l'arrêté. "Le principe de cet arrêté a été validé unanimement lors d’une réunion interne de la municipalité, le 2 juillet 2018, par l'ensemble des élus présents, issus de l’ensemble des différents groupes politiques de la majorité municipale : Groupe Socialiste et Société civile républicaine, Groupe Europe Ecologie Les Verts, Groupe Parti Communiste Front de Gauche, Groupe LREM, et Groupe Société civile".

"L'objectif de l'arrêté est bien de lutter contre les seuls comportements gênants"

Contrairement aux élus PCF et EELV qui réclament le retrait de l'arrêté qui fait polémique depuis une semaine, Abdel Ghezali explique que la persistance de comportements perturbants sur l'espace public justifiait une prise de position adaptée et la mise en place d’outils précis pour y répondre.  "L'objectif de l'arrêté est bien de lutter contre les seuls comportements gênants, notre intention n’a jamais été d'interdire la mendicité sur le domaine public. Nous veillerons donc à ce que l’arrêté actuel soit appliqué avec discernement".

Et de préciser. "Il n'est pas dans nos valeurs d’interdire les regroupements ou encore de nous opposer à la mendicité. Nous soutenons au quotidien les actions qui apportent des alternatives à la mendicité et à l'exclusion, notamment l'accompagnement social qui permet de retrouver le chemin vers l'emploi, le logement autonome, l'éducation et la santé. Nous continuerons à défendre ces initiatives".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

arrêté anti-mendicité Besançon

Conseil municipal : les élus LR fustigent la majorité “atomisée” de Jean-Louis Fousseret

Le conseil municipal de Besançon post-polémique autour de l’arrêté anti-mendicité s’annonce houleux ce jeudi 20 septembre 2018. Entre la création d’un intergroupe au sein de la majorité plurielle du maire LREM de Besançon, l’opposition a tenu à s’exprimer. Dans un message posté sur Facebook, le conseiller municipal LR Ludovic Fagaut parle d’une majorité atomisée et émet le souhait de faire avancer certains dossiers…

Election municipale 2020, arrêté polémique, majorité fissurée… : qu’en pense le maire de Besançon ?

VIDEO • L’été 2018 a été tumultueux pour le maire à Besançon : entre polémique autour de l’arrêté dit « anti-mendicité », la création d’un intergroupe au sein de la majorité du conseil municipal ou encore les positionnements pour sa succession, comment voit-il la suite de son mandat jusqu’à l’élection municipale en 2020 ?

Municipales à Besançon : Dahoui appelle au rassemblement de la gauche

A moins de deux ans des élections municipales et suite à la fissure de la majorité plurielle renforcée par la polémique de l’arrêté anti-mendicité du maire LREM de Besançon, l’adjoint au maire (PS) en charge de l’éducation appelle dans une tribune au rassemblement de « toute la gauche bisontine ». Pour lui, il est impérieux que la majorité municipale tienne bon. Encore faut-il que les différentes composantes de la gauche à Besançon puissent se parler.

Politique

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Législatives 2024 : comment voter par procuration ?

Le 9 juin 2024, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée Nationale, appelant ainsi les Français à retourner aux urnes les 30 juin et 7 prochains. En vue de ces élections législatives, et en ce début de saison estivale, le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer renouvelle le dispositif de procuration dématérialisée, mis en place pour la première fois pour les élections Européennes 2024. Précisions.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.18
légère pluie
le 15/06 à 12h00
Vent
6.07 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
56 %