Au son du glas, les évêques font "mémoire" aux victimes de pédocriminalité et se repentent

Publié le 07/11/2021 - 07:33
Mis à jour le 07/11/2021 - 09:36

Les évêques catholiques, des responsables de congrégations religieuses et des fidèles ont "fait mémoire" et pénitence samedi à Lourdes pour les victimes de pédocriminalité dans l'Eglise, soutenues par des collectifs, dans le sanctuaire, mais aussi à Paris.

 © Twitter @EgliseCatho
© Twitter @EgliseCatho

Des décisions fortes, notamment sur la réparation des victimes, y compris dans sa dimension financière, sont attendues lundi, lors de la clôture des travaux de la CEF.

La Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise, a estimé à 330.000 les personnes de plus de 18 ans ayant fait l’objet de violences sexuelles en France depuis 1950, quand elles étaient mineures, de la part de clercs (prêtres ou diacres), religieux ou personnes en lien avec l’Eglise (surveillants d’internats, responsables de mouvements de jeunesse etc).

Après avoir reconnu vendredi sa responsabilité dans les crimes sexuels sur mineurs et leur dimension "systémique" ces soixante-dix dernières années, l'épiscopat, réuni en assemblée plénière depuis mardi, a accompli "deux gestes" symboliques.

Un geste mémoriel d'abord: une photo, prise dans une église par une victime, montrant une sculpture représentant une tête d'enfant pleurant, a été dévoilée. Scellée au mur de l'hémicycle dans lequel se réunit l'épiscopat, elle préfigure la construction d'un "lieu de mémoire", décidée en mars par les évêques, mais dont les modalités restent à définir.

"Nous voulons marquer ce lieu de Lourdes pour un premier témoignage visuel qui fera mémoire de tant de violences, de drames et d'agressions", a affirmé Hugues de Woillemont, le porte-parole de la Conférence des évêques de France (CEF).

Véronique Margron, présidente de la Corref (ordres religieux), a souligné le "malheur" et l"'effondrement" qui ont "fait intrusion dans des existences qui ne demandaient qu'à grandir, vivre, faire confiance".

Second geste: les 120 évêques, qui n'étaient pas vêtus de leurs habits liturgiques à la demande des victimes, les religieux, des prêtres et laïcs ont ensuite participé à une prière de pénitence et demandé, après le tintement lent du glas, "pardon à Dieu" sur l'esplanade de la basilique Notre-Dame du Rosaire.

"Relève les personnes qui souffrent, nous t'en supplions à genoux. Donne-nous de les écouter et de faire ce qu'elles nous demandent", a imploré Éric de Moulins-Beaufort, président de la CEF.

"J'ai vécu ces moments avec beaucoup d'émotion", a déclaré une victime, Véronique Garnier, qui participe régulièrement aux travaux de la CEF. Il était important de "nous rendre justice".

Au contraire, une personne se présentant comme la victime, enfant, d'un prêtre de la congrégation des pères de Bétharram, implantée près de Lourdes, a lui, crié sa "colère". "La repentance, c'est pipeau", a dénoncé Jean-Marie Delbos, 75 ans. Il a réclamé devant la presse, que son prédateur, "revenu dans sa communauté, soit sanctionné et défroqué".

Samedi après-midi, une vingtaine de fidèles, rubans violets attachés au bras ou autour du cou, se sont rassemblés derrière une banderole réclamant "les 4 R", à l'appel du collectif d'associations "De la parole aux actes". "R" comme "reconnaissance", "responsabilité", "réparation" et "réforme".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Religion

François Hollande à Besançon : « Anne Hidalgo doit présenter le plus vite possible ses propositions »

Ce mercredi 15 décembre, François Hollande était à la librairie L'Intranquille à Besançon pour dédicacer son livre Affronter (Éd. Stock). Il en a profité pour échanger avec des jeunes, particulièrement nombreux au rendez-vous, sur l'expérience d'être candidat à l'élection présidentielle et conseillé à la candidate du PS Anne Hidalgo de présenter "le plus vite possible" ses propositions.

Une mosquée et deux centres turcs tagués avec des croix de Lorraine dans le Haut-Doubs

Dans le Haut-Doubs, une mosquée de Pontarlier et deux association turques située ont été taguées avec des croix de Lorraine, symbole traditionnellement attribué au gaullisme et à la Résistance, a-t-on appris dimanche auprès du parquet et de responsables musulmans qui ont dénoncé une "provocation".

La France se souvient de Samuel Paty

Un an après • De nombreuses écoles, ses collègues enseignants et Emmanuel Macron lui rendront hommage. Un an après l'innommable, la France s'apprête à honorer la mémoire de Samuel Paty, dont l'assassinat a causé une vague d'émotion profonde dans tout le pays.    

Pédocriminalité dans l’Église : une quarantaine de victimes dans le diocèse de Besançon

Selon Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, archevêque de Besançon qui s'est exprimé sur France Bleu Besançon ce mercredi 6 octobre, une quarantaine de victimes ont été recensées dans le diocèse de Besançon puis indiqué dans le rapport Sauvé de la Commission indépendante sur la pédocriminalité dans l'Église catholique publié ce mardi. Au total, 330.000 victimes et 3.000 pédocriminels ont été recensés en France en 70 ans.
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.22
ciel dégagé
le 24/01 à 21h00
Vent
0.98 m/s
Pression
1033 hPa
Humidité
91 %

Sondage