Audiovisuel : Toujours pas de pub après 20 heures et une hausse d'un euro pour la redevance

Publié le 14/09/2015 - 09:40
Mis à jour le 16/04/2019 - 16:36

Comment renflouer les caisses de France Télévisions ou de Radio France, déficitaires cette année de 10 millions et 21 millions d’euros ? Le gouvernement a, un temps, envisagé le retour de la publicité après 20 heures sur France Télévisions. Ce n’est finalement pas ce levier qui sera actionné. Dans un entretien accordé au Journal du dimanche, Fleur Pellerin, la ministre de la culture, exclut cette éventualité. Par contre, la « taxe télécoms » augmentera, tout comme la redevance audiovisuelle – quoique dans des proportions moindres.

 ©
©

Un euro de plus pour la redevance

Pour accroître les revenus de France Télévisions, "une solution aurait été d’augmenter la redevance de 4 euros : nous nous y refusons. Une telle décision aurait été incohérente, la politique du gouvernement visant, au contraire, à baisser les prélèvements", explique Mme Pellerin.

"J’ai proposé que la redevance [qui s’élève actuellement à 136 euros] reste limitée à l’inflation (…). La hausse sera donc contenue à 1 euro seulement en 2016. C’est la plus faible augmentation depuis 2008", souligne la ministre. La redevance avait augmenté de 3 euros en 2015, de 2 euros en 2014 et de 6 euros en 2013.

Interrogée sur le principe de taxer les ordinateurs, tablettes et smartphones, auquel François Hollande a dit qu’il n’est "pas favorable", elle n’écarte pas définitivement l’idée, mais juge qu’"il faudra s’interroger dans le futur sur une réforme plus globale, adaptée à ces nouveaux usages".

Augmentation de la "taxe télécoms"

Delphine Ernotte, la nouvelle présidente de France Télévisions, réclamait une hausse de la redevance et l’extension de la publicité jusqu’à 21 heures. Elle verra finalement son ancienne entreprise, Orange France, appelée au secours de la nouvelle.

"Nous augmenterons à la marge la taxe que paient les opérateurs d’accès à Internet" – comme Bouygues, SFR, Orange et Free –, "qui passera de 0,9 % de leur chiffre d’affaires à 1,2 %. Cette fraction des recettes sera affectée de façon pérenne à l’audiovisuel public", ajoute Mme Pellerin.

La "taxe télécoms" de 0,9 %, dite "taxe Copé", avait été instaurée en 2009 par le gouvernement Sarkozy pour financer France Télévisions en compensation de la suppression de la publicité après 20 heures. Mais ses recettes – de l’ordre de 200 millions à 300 millions d’euros par an – n’étaient pas directement affectées au secteur et se perdaient dans le budget de l’Etat.

Selon Mme Pellerin, les fournisseurs ne répercuteront pas cette hausse sur les consommateurs, car "la concurrence sur les prix est forte dans ce secteur et les Français changent facilement d’opérateur".

Pas de pub après 20 heures

A propos de la publicité après 20 heures sur les chaînes publiques, une hypothèse crainte par les chaînes privées, la ministre dit : "C’était une possibilité. Mais j’ai à cœur de ne pas déstabiliser les autres médias. (…) Les chaînes privées doivent avoir les moyens de contribuer au pluralisme de l’information et à la création, notamment au financement du cinéma", explique-t-elle.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

102 M€ d’aides régionales votés par les élus de la Région Bourgogne Franche-Comté

Réunis en commission permanente, vendredi 23 juillet, les élus régionaux ont voté plus de 102,2 M€ d’aides régionales. Une partie de ces crédits concerne des aides d’urgence et le Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR) mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de COVID-19.

France Relance : la transformation du plus grand campus de Besançon pour 80 millions d’euros

La présidente de l’université de Franche-Comté Macha Woronoff, a reçu le 22 juillet dernier le recteur de l'académie de Besançon, Jean-François Chanet ainsi que la maire de Besançon, Anne Vignot, pour une visite et une projection des deux opérations labellisées France Relance dans le cadre du projet de réhabilitation du campus Bouloie - Temis.

La chambre d’agriculture de Bourgogne Franche-Comté demande l’abattage « systématique » du loup près d’un élevage

Suite à plusieurs attaques de loups sur des élevages de bétails, la chambre d'agriculture de Bourgogne Franche-Comté, dans un communiqué du 23 juillet, demande aux pouvoirs publics de prendre "toutes les mesures nécessaires" pour stopper le retour du loup et l'abattage "systématique" de cet animal dès les premiers signes de présence à proximité d'élevages.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.58
nuageux
le 27/07 à 3h00
Vent
1.3 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
100 %

Sondage