Alerte Témoin

Audiovisuel : Toujours pas de pub après 20 heures et une hausse d'un euro pour la redevance

Publié le 14/09/2015 - 09:40
Mis à jour le 16/04/2019 - 16:36

Comment renflouer les caisses de France Télévisions ou de Radio France, déficitaires cette année de 10 millions et 21 millions d’euros ? Le gouvernement a, un temps, envisagé le retour de la publicité après 20 heures sur France Télévisions. Ce n’est finalement pas ce levier qui sera actionné. Dans un entretien accordé au Journal du dimanche, Fleur Pellerin, la ministre de la culture, exclut cette éventualité. Par contre, la « taxe télécoms » augmentera, tout comme la redevance audiovisuelle – quoique dans des proportions moindres.

mire-tv-chaine-vin.jpg
©DR

Un euro de plus pour la redevance

Pour accroître les revenus de France Télévisions, "une solution aurait été d’augmenter la redevance de 4 euros : nous nous y refusons. Une telle décision aurait été incohérente, la politique du gouvernement visant, au contraire, à baisser les prélèvements", explique Mme Pellerin.

"J’ai proposé que la redevance [qui s’élève actuellement à 136 euros] reste limitée à l’inflation (…). La hausse sera donc contenue à 1 euro seulement en 2016. C’est la plus faible augmentation depuis 2008", souligne la ministre. La redevance avait augmenté de 3 euros en 2015, de 2 euros en 2014 et de 6 euros en 2013.

Interrogée sur le principe de taxer les ordinateurs, tablettes et smartphones, auquel François Hollande a dit qu’il n’est "pas favorable", elle n’écarte pas définitivement l’idée, mais juge qu’"il faudra s’interroger dans le futur sur une réforme plus globale, adaptée à ces nouveaux usages".

Augmentation de la "taxe télécoms"

Delphine Ernotte, la nouvelle présidente de France Télévisions, réclamait une hausse de la redevance et l’extension de la publicité jusqu’à 21 heures. Elle verra finalement son ancienne entreprise, Orange France, appelée au secours de la nouvelle.

"Nous augmenterons à la marge la taxe que paient les opérateurs d’accès à Internet" – comme Bouygues, SFR, Orange et Free –, "qui passera de 0,9 % de leur chiffre d’affaires à 1,2 %. Cette fraction des recettes sera affectée de façon pérenne à l’audiovisuel public", ajoute Mme Pellerin.

La "taxe télécoms" de 0,9 %, dite "taxe Copé", avait été instaurée en 2009 par le gouvernement Sarkozy pour financer France Télévisions en compensation de la suppression de la publicité après 20 heures. Mais ses recettes – de l’ordre de 200 millions à 300 millions d’euros par an – n’étaient pas directement affectées au secteur et se perdaient dans le budget de l’Etat.

Selon Mme Pellerin, les fournisseurs ne répercuteront pas cette hausse sur les consommateurs, car "la concurrence sur les prix est forte dans ce secteur et les Français changent facilement d’opérateur".

Pas de pub après 20 heures

A propos de la publicité après 20 heures sur les chaînes publiques, une hypothèse crainte par les chaînes privées, la ministre dit : "C’était une possibilité. Mais j’ai à cœur de ne pas déstabiliser les autres médias. (…) Les chaînes privées doivent avoir les moyens de contribuer au pluralisme de l’information et à la création, notamment au financement du cinéma", explique-t-elle.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Bourgogne Franche-Comté se mobilise pour son tourisme

Confinement • Qui dit confinement dit #restezChezVous. Le tourisme est un des premiers secteurs à pâtir de la crise sanitaire. Consciente de cette problématique, la région Bourgogne Franche-Comté a décidé de décliner un plan de soutien en trois axes : aide financière immédiate, information des professionnels et préparation d'un plan de relance.

Crise économique du coronavirus : BGE Franche-Comté s’engage auprès des Travailleurs indépendants

Dans le contexte sanitaire actuel et au vu des conséquences sur les petites entreprises suite au confinement entamé depuis le 17 mars 2020, le réseau BGE en lien avec Le Ministère du Travail a missionné les BGE sur les territoires pour qu’elles apportent aide et conseils aux travailleurs indépendants les plus fragiles.

Agriculture et Covid-19 : « il faut bâtir des filières locales équitables »

Suite à l’arrêt d’une grande partie de la restauration collective et commerciale hors domicile et l’interdiction d’un grand nombre de marchés, une forte augmentation des volumes des denrées alimentaires vendues par la grande distribution aux ménages a été constatée. La confédération paysanne s'inquiète.

Les techniciens d’Enedis mobilisés durant le confinement : déjà plus de 1.000 interventions

Comme lors de la mobilisation pour les aléas climatiques, les équipes d'Enedis (ex ERDF),  en charge du réseau et de la distribution d'électricité, sont sur le terrain. Sur les territoires Alsace et Franche-Comté, 350 salariés sont mobilisés dans le cadre du service essentiel, 24h/24 et sept jours sur sept.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.15
ciel dégagé
le 04/04 à 0h00
Vent
1.52 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
80 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune