Avenir de General Electric : les élus du Territoire de Belfort alertent le gouvernement

Publié le 27/08/2020 - 17:00
Mis à jour le 27/08/2020 - 17:04

Les élus sollicitent une entrevue avec le ministre afin d’évoquer cette situation, indiquent-il dans un communiqué ce 27 août 2020.

 © Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort
© Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort

Inquiets des décisions que la direction américaine du groupe General Electric pourrait prendre dans les semaines à venir, Damien Meslot, maire de Belfort et Président du Grand Belfort, Ian Boucard et Michel Zumkeller, députés du Territoire de Belfort, Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort et Florian Bouquet, président du département, ont alerté le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, sur la situation des entités du site de Belfort.

"Le site General Electric de Belfort a déjà été lourdement touché par la suppression de 485 emplois dans la division gaz, 200 emplois dans l’activité nucléaire et 250 emplois dans les fonctions support. À ce jour, ce sont environ 3.300 personnes qui travaillent dans les différentes entités* de GE à Belfort. Toute nouvelle suppression d’emplois viendrait porter gravement atteinte au savoir-faire et aux compétences du site, ainsi qu’à l’indépendance énergétique de la France", expliquent-ils dans un communiqué tout en précisant être inquiets "pour ce qui concerne la filière GE Hydro, qui compte 90 salariés à Belfort": "En effet, l’hydraulique ne semble pas être la priorité du groupe qui a supprimé près de 25 % des postes liés à cette activité dans le monde en 2017. C’est pourquoi, nous avons alerté le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno LE MAIRE. Nous lui demandons une extrême vigilance et sollicitons une entrevue afin d’évoquer cette situation", concluent-ils.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Les aides à l’achat d’un vélo prolongées jusqu’en 2027

Vélo classique, à assistance électrique ou encore cargo… Tous sont éligibles au bonus vélo dont la prolongation vient d'être étendue jusqu'en 2027 par le gouvernement. Alors qu'il ne concernait jusque-là que les vélos neufs, le bonus vélo s’ouvre à présent aussi aux vélos d’occasion. On fait le point avec le site du service-public sur les aides disponibles pour l’achat d’un vélo électrique.

Nouveau sursis pour les Galeries Lafayette de Besançon et Belfort

C’est un petit ouf de soulagement pour les 26 magasins Galeries Lafayette, dont ceux de Besançon et Belfort, exploités par l’homme d’affaires Michel Ohayon. Le plan de continuation d'activité des points de vente a reçu le soutien de son principal créancier, qui n’est autre que le groupe Galeries Lafayette, juste avant son examen final au tribunal de commerce de Bordeaux, indique l’AFP ce mercredi 21 février. La décision du tribunal de commerce de Bordeaux a été mise en délibéré au 20 mars 2024.

J’ai testé pour vous le soin personnalisé signé LB Beauty à Besançon

Alors que la fraîcheur de l'hiver est de retour, je me suis rendue à l'institut LB Beauty ouvert depuis 4 ans dans le quartier des Chaprais à Besançon mardi 20 février 2024, pour un instant de bien-être, relaxant et pour prendre soin de ma peau. J'ai testé pour vous le "soin personnalisé" signé Ludivine Bonnet.

Nouvelle action coup de poing des éleveurs laitiers haut-saônois contre Lactalis

Une action d’interception d’un camion de lait Lactalis a eu lieu mardi soir en Haute-Saône près de Vesoul. Les éleveurs s’estimant "floué" par la société, demandent "une rémunération décente des producteurs". Le lait du camion devant initialement servir à la fabrication de fromage a été repris et sera utiliser pour l’alimentation des veaux. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.81
peu nuageux
le 28/02 à 9h00
Vent
2.48 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
89 %