Besançon : cinq ans de prison pour avoir foncé en scooter sur un policier

Publié le 08/07/2021 - 08:15
Mis à jour le 08/07/2021 - 09:13

« C’est la chronique d’un désastre annoncé » : un jeune homme de 20 ans a été condamné à cinq ans de prison ferme ce mercredi 7 juillet 2021 à Besançon pour avoir délibérément foncé et percuté un policier qui intervenait pour faire stopper un rodéo urbain.

 ©
©

A l'issue de la comparution immédiate, le tribunal correctionnel a intégralement suivi les réquisitions du procureur Etienne Manteaux. La condamnation a été assortie d'une interdiction de séjour dans le Doubs de trois ans à l'issue de l'emprisonnement.

Son avocate Me Emine Erdem a dénoncé une peine "absolument excessive" pour un jeune de 20 ans auquel "on met tout sur le dos pour faire un exemple".

Jogging et cheveux bouclés aux épaules, le prévenu a répondu aux questions du tribunal avec désinvolture, tenant parfois tête à la juge qui l'interrogeait. Que sait-il des deux individus qui ont foncé sur un policier intervenant dans la nuit de jeudi à vendredi pour calmer un énième rodéo urbain dans le quartier Saint-Claude de Besançon ? "J'étais chez moi, je ne sais rien et je ne veux pas le savoir parce que c'est pas mon problème", répond-il.

"Je suis désolé pour lui mais j'y suis pour rien"

Que pense-t-il de ce policier de 38 ans de la brigade anti-criminalité (Bac), grand sportif, au genoux "pulvérisé" ? "Je suis désolé pour lui mais j'y suis pour rien", affirme-t-il. Pourtant, outre son empreinte digitale retrouvée sur le scooter, les policiers et des témoins l'ont formellement identifié comme étant le conducteur du deux-roues qui roulait sans casque, à visage découvert.

Son passager présumé, un jeune de 17 ans, avait tiré des mortiers d'artifice sur les policiers. Mineur, il n'a pas été jugé en comparution immédiate mais mis en examen et placé en détention provisoire. Le procureur a dénoncé la "prise de pouvoir de ces jeunes dans l'espace public" où ils "s'enivrent de rodéo, pour s'approprier la rue en signifiant à tous les habitants du quartier qu'ils sont chez eux".

Des rodéos incessants

"Les riverains de ce quartier sont exaspérés, désespérés" par ces nuisances, souligne le magistrat, alors que trois d'entre eux ont été violemment "rossés", l'un ayant eu la mâchoire brisée, en tentant de discuter avec les jeunes pour mettre un terme à ce phénomène.

Pour l'avocate des policiers, le prévenu "est un individus qui se moque de la vie humaine" et "des policiers qui viennent en aide aux habitants du quartier".

Déjà condamné à neuf reprises, le jeune devra également purger une peine de 13 mois de prison correspondant à des condamnations antérieures mises à exécution.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.79
légère pluie
le 18/04 à 3h00
Vent
2 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
92 %