Besançon : un homme radicalisé incarcéré pour non-respect de son contrôle judiciaire

Publié le 30/11/2019 - 11:43
Mis à jour le 30/11/2019 - 11:43

Un homme radicalisé de 25 ans, qui avait pris en otage un surveillant de la prison de Dijon en 2016, a été condamné vendredi à Besançon à six mois de prison et incarcéré pour non-respect de son contrôle judiciaire, a-t-on appris ce samedi 30 novembre 2019 auprès du parquet.

Palais de justice Besançon © D poirier
Palais de justice Besançon © D poirier

L'homme ne s'était pas présenté mardi au commissariat de Besançon, comme l'oblige son contrôle judiciaire depuis sa sortie de prison le 9 octobre. "Il n'a pas respecté son obligation de signature. Ce sont des personnes qui sont astreintes à signer à des horaires définis, ce qui n'a pas été le cas", a indiqué à l'AFP le parquet de Besançon, confirmant une information de L'Est républicain.

"Il y avait eu des précédents de retard, un rappel à la loi", a ajouté le parquet, précisant que l'homme était considéré comme radicalisé. Interpellé à son domicile puis jugé en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Besançon, il a été condamné à six mois de prison et incarcéré.

En récidive légale, il encourt 20 ans de prison et doit être jugé pour ces faits en janvier 2020 à Dijon

En novembre 2016, il avait retenu pendant quelques heures, sous la menace d'une arme artisanale, un surveillant pénitentiaire, qui s'était présenté seul à la porte de sa cellule pour lui rapporter un sac de vêtements.  Il avait agi pour obtenir un "transfert vers un autre établissement pénitentiaire", selon le ministère de la Justice à l'époque.

Le détenu, incarcéré au moment des faits à la maison d'arrêt de Dijon pour une attaque à main armée, avait été mis en examen pour "violences volontaires avec incapacité temporaire de travail (ITT) supérieure à huit jours" et "séquestration". En récidive légale, il encourt 20 ans de prison et doit être jugé pour ces faits en janvier 2020 à Dijon, selon L'Est républicain.

D'après le quotidien, l'homme est soupçonné par les services de renseignement de vouloir se rendre au Niger, son pays d'origine, pour rejoindre des groupes terroristes au Mali. Toujours selon le journal, il avait été en contact avec deux détenus radicalisés: Sid Ahmed Ghlam, soupçonné d'avoir tué une femme et préparé un attentat imminent contre une église de Villejuif (Val-de-Marne) en 2015, et Michaël Chiolo, qui avait gravement blessé avec deux couteaux en céramique deux gardiens de la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne) en mars. Sa compagne, retranchée avec lui pendant près de dix heures dans l'unité de vie familiale de la prison, avait été tuée dans l'intervention du Raid.

(Source AFP)

1 Commentaire

BRAVO A LA JUSTICE ET SON JUGE AYANT libéré un Radicalisé !!!!! quelle honte !!!! qui va sanctionner ce magistrat ??? personne !!!! impunité totale et le pire est qu'il pourra recommencer , c'est désolant !!!! et les médias ? SILENCE !!!
Publié le 30 novembre 2019 à 12h09 par • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Justice

Camaïeu ferme définitivement ses portes ce soir

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

Le Tribunal administratif de Besançon a fait sa rentrée

Le président du Tribunal administratif de Besançon Thierry Trottin a présenté l’audience solennelle de rentrée de la juridiction ce vendredi 16 septembre en fin de matinée. Devant des élus, des magistrats du tribunal et du barreau de Besançon, le président a fait un bilan de ces deux dernières années et présenté les nouveautés.

Importation de véhicules et fraude fiscale : préfecture, douanes et tribunal vont coopérer

Afin de pouvoir lutter plus efficacement contre la fraude fiscale liée à l'importation de véhicules hors Union Européene, le préfet du Doubs, le directeur régional des douanes et des droits indirects de Besançon et le procureur de la République de Besançon ont signé un nouveau protocole de coopération ce lundi 12 septembre.

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.69
ciel dégagé
le 05/10 à 15h00
Vent
4.79 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
60 %

Sondage