Bruno Le Maire demande à GE "des clarifications" sur ses intentions

Publié le 05/06/2019 - 15:51
Mis à jour le 05/06/2019 - 15:51

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a demandé mercredi des « clarifications » au géant américain General Electric sur ses intentions à Belfort, assurant qu’il était « inacceptable » que l’activité des turbines à gaz soit « purement et simplement liquidée« .

Gas Turbine, Rotor on Half Belfort . © GE ©
Gas Turbine, Rotor on Half Belfort . © GE ©

"Nous allons demander à GE de réduire son plan social et de clarifier ses intentions", a affirmé le ministre à l'Assemblée nationale, en réponse à une question du député du Territoire de Belfort Ian Boucard (LR) à propos du projet de suppression de plus de 1.000 emplois par le groupe américain.

"Est-ce qu'il s'agit de s'adapter à un marché de turbines à gaz qui est aujourd'hui moins porteur qu'il y a quelques années ?", a-t-il déclaré, s'interrogeant sur les raisons économiques officiellement évoquées par GE pour justifier son plan de suppression d'emplois. "Ou s'agit-il de liquider purement et simplement les activités de turbines à gaz à Belfort ce qui est pour vous, comme pour moi, comme pour les salariés, totalement inacceptable", a ajouté M. Le Maire, durcissant le ton par rapport à ses déclarations précédentes.

Concernant les suppressions de postes, qu'il a qualifié "d'inacceptable en l'état", le ministre a indiqué qu'il retrouvera les dirigeants du groupe américain "au ministère début septembre pour voir comment ce plan social a évolué et s'il répond à vos demandes et aux nôtres".

Larry Culp, le PDG de General Electric (GE), avait expliqué la semaine dernière que la suppression prochaine de plus d'un millier d'emplois en France faisait partie de la volonté du groupe de réduire ses coûts pour s'aligner sur la demande dans l'énergie, moins demandeuse de turbines à gaz.

Au total, GE emploie quelque 4.300 salariés à Belfort, dont 1.900 dans l'entité turbines à gaz, la plus durement touchée par le plan, avec 800 suppressions de postes envisagées.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Bourgogne-Franche-Comté, première “région microtechnique” de France, présente au SIAMS de Moutier

Du 16 au 19 avril 2024, à l’occasion du Salon de la chaîne de production des microtechniques (SIAMS), grand rendez-vous de la filière de l’industrie des microtechniques, la Bourgogne-Franche-Comté était présente avec un pavillon régional dédié, en collaboration avec la CCI BFC.

Numérique : la Région Bourgogne Franche se mobilise pour tous les territoires

PUBLI-INFO • Le numérique fait partie intégrante de nos vies. La technologie bouleverse les modèles économiques, les pratiques de consommation, l’accès à l’information et à la culture, les modes de travail et d’apprentissage et les relations sociales. Pour la Région, la numérisation de l’économie, de la société et des territoires est porteuse d’opportunités : nouveaux services, développement économique, emplois, dynamique rurale, préservation de l’environnement…

Robot, job dating, écologie… Quoi de neuf dans les écoles ESTM Pigier ?

QUOI DE 9 ? • Ouvertes sur le monde et les nouvelles technologie, attentives au bien-être de ses étudiant(e)s, soucieuses de l’environnement et intraitables sur le niveau de ses formations, les écoles ESTM Pigier à Besançon s’engagent à tous les niveaux pour proposer des cursus de qualité dans un univers studieux et innovant. Les inscriptions pour la rentrée 2024 sont ouvertes !

Le Mouvement Franche-Comté veut “stopper” la Pive

Dans un communiqué du 20 avril 2024 intitulé "Stop Pive !", le Mouvement Franche-Comté, représenté par son président Jean-Philippe Allenbach, qualifie le rapport moral et financier 2023 de l’association La Pive (monnaie locale) de "désastreux" et souhaite l’arrêt des subventions publiques qui lui sont allouées.

Commerce historique à Besançon… Eve Boutique fête ses 55 ans !

Il fait partie des magasins emblématiques du centre-ville de Besançon, il est la référence historique en matière de lingerie féminine, il a vu trois générations de femmes tout au long de son histoire familiale… Le magasin Eve Boutique fête ses 55 ans en ce mois d’avril 2024. Pour autant, il n’a pas pris une ride.

Suppression de l’aide à l’embauche sous contrats de professionnalisation

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) a rencontré hier, jeudi 18 avril 2024, la ministre du travail, de la santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui a fait part du projet de suppression générale de l'aide à l'embauche de salariés sous contrat de professionnalisation (600€), dès le 1er mai prochain.

Ligne des horlogers : des travaux d’ampleur jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.47
nuageux
le 24/04 à 0h00
Vent
0.88 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
87 %