Canicule : les producteurs de cassis de Bourgogne craignent une demi-récolte

Publié le 09/07/2019 - 08:48
Mis à jour le 09/07/2019 - 08:48

Les producteurs de Cassis de Bourgogne, dont les vergers ont subi de plein fouet la canicule, tentent de sauver une récolte qu’ils craignent de voir divisée par deux,  selon la principale coopérative du secteur.

© Pixnio DR ©
© Pixnio DR ©

Le Cassis de Bourgogne est une spécialité régionale protégée depuis 2015 par une IGP, obligeant notamment les producteurs à utiliser principalement du cassis « noir de Bourgogne« , variété à faible rendement, fragile et chère mais très aromatique.

"Le végétal a tenu pendant les premiers jours puis la plante a commencé à brûler comme si elle avait pris la flamme", a rapporté Florent Baillard, président de Socofruits Bourgogne, qui représente 80% du cassis cultivé dans la région. "On a commencé la récolte avec trois, quatre jours d'avance, on travaille 24 heures sur 24 pour tenter de sauver" la production, poursuit-il. "Chaque jour, ce sont des tonnes qui se perdent car la plante est en stress et les températures ne baissent pas vraiment."

Dans son exploitation de Merceuil (Côte-d'Or), la cueillette s'étale sur un peu plus de dix jours. Les producteurs de cassis de Bourgogne espèrent récolter suffisamment pour couvrir au moins leurs charges.

"Une année (de canicule), ça peut être supportable car les exploitants ont souvent aussi des vignes et des céréales. Mais si nous avons deux années, ce sera catastrophique pour bon nombre d'entre nous", estime M. Baillard. Dans des conditions normales, cette région qui s'étend du coeur de la Bourgogne viticole jusqu'à Lyon produit 2.000 tonnes de cassis par an, dont les trois quarts servent à produire la crème de cassis de Bourgogne.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Le stade Léo Lagrange bientôt équipé de 800 m2 de panneaux photovoltaïques

Le chiffre n’est pas négligeable. Si l’installation des panneaux photovoltaïques a un coût : 300.000 euros, elle permettra, à terme, d’économiser entre 30 à 35.000 euros par an, a précisé Anne Vignot, la maire de Besançon. Le projet sera soumis au vote des élus lors du Conseil municipal du 20 juin 2024.

La Région Bourgogne Franche-Comté lance une opération séduction pour attirer de nouveaux habitants

En ce premier semestre 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté préfigure une initiative inédite pour renforcer son attractivité résidentielle. Cette opération sans précédent vise concrètement à recruter dès le mois de septembre 2024 de futurs habitants. Prévu sur une première période de trois années, ce programme repose sur une dynamique collaborative initiée par la Région et de nombreux acteurs du territoire, et s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’attractivité globale initiée depuis 2017.

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.32
légère pluie
le 23/06 à 15h00
Vent
4.43 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
70 %