Chalon-sur-Saône : le maire LR Gilles Platret jugé pour une noyade accidentelle

Publié le 01/04/2023 - 08:45
Mis à jour le 16/04/2023 - 22:54

Le maire LR de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) Gilles Platret, était cité à comparaître vendredi pour homicide involontaire, après la noyade accidentelle de trois enfants en 2018 dans un lac de la ville où l'interdiction de baignade n'était pas indiquée.
 
 

 © Hélène Loget
© Hélène Loget

Le 8 juillet 2018, trois enfants de neuf, dix et treize ans se noyaient dans le lac des prés Saint-Jean à Chalon-sur-Saône. La déclivité y est brutale, la profondeur chutant soudainement de 50 cm à plusieurs mètres. La baignade y est donc interdite par un arrêté municipal du 28 mai 1999. Mais le seul panneau "baignade interdite", gagné par la végétation, était invisible. 

La partie civile accuse donc Gilles Platret, un ancien vice-président national de LR, de n'avoir pas respecté une circulaire du ministère de l'Intérieur de 1986 obligeant les maires à "faire signaler par des pancartes très visibles les lieux où la baignade est dangereuse". L'avocat de la mère des enfants a en conséquence fait citer le maire, le contraignant ainsi à être partie au procès alors qu'il n'a jamais été mis en examen malgré une plainte de la partie civile.

Le maire a fait preuve d'une "indifférence intolérable à des risques évidents"

Le maire a fait preuve d'une "indifférence intolérable à des risques évidents", a estimé Cédric Trabal, l'avocat de la mère des enfants. M. Platret n'était pas présent. Selon ses propos rapportés par la présidente, "il y avait une connaissance locale" que la baignade était interdite. Selon son avocat, Levent Saban, la loi Fauchon de 2000 "sort certains faits qui touchent les collectivités locales du champ pénal", dont cette signalisation. De toute façon, s'il y a faute, cela relèverait de la commune, en tant que personne morale et non du maire, et donc du tribunal administratif et non pénal, estime le conseil.

L’ex-compagne du père des enfants jugée elle aussi 

Outre M. Platret, était jugée l'ex-compagne du père des enfants, à qui ce dernier avait confié leur garde le 8 juillet 2018. Ce jour-là, trois adultes et 13 enfants s'étaient rendus sur les berges du lac où barbotaient six enfants, dont seuls deux savaient nager. L'enquête a montré que les trois adultes surveillaient les plus petits des enfants qui jouaient dans un bac à sable, se trouvant ainsi à plus de cent mètres des autres enfants qui étaient dans l'eau, et sans avoir vue sur eux. "Je n'ai jamais autorisé (les trois enfants) à aller se baigner", a assuré l'ex-compagne à la barre. "Ils devaient juste jouer au bord de l'eau", a-t-elle ajouté. "Je n'ai jamais eu connaissance que (le lac) était dangereux". 

"Ce drame aurait pu être évité si la mairie avait fait son travail"

"Ce drame aurait pu être évité si la mairie avait fait son travail", a estimé son avocat, Ramazan Ozturk. "C'est un accident. Un terrible accident", a-t-il assuré. Pour le procureur, Patrice Guigon, l'absence de panneaux n'exonère pas la prévenue de sa "responsabilité". Il a requis trois ans d'emprisonnement avec sursis. Il ne s'est en revanche pas prononcé sur Gilles Platret. Le jugement a été mis en délibéré au 12 mai.

(AFP)



Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.6
légère pluie
le 17/04 à 18h00
Vent
2.03 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
89 %