Christine Latournerie, candidate UPR sur la 2e circonscription du Doubs

Publié le 09/06/2017 - 14:22
Mis à jour le 17/05/2022 - 11:03

Christine Latournerie était présente sur la liste de Jacques Grosperrin pour les municipales en 2014 à Besançon. Aujourd’hui elle se présente comme candidate UPR (François Asselineau) sur la 2e circonscription du Doubs.

 ©
©

Carte d'identité de Christine Latournerie

  • Nom : Latournerie
  • Prénom : Christine
  • Situation personnelle : Célibataire, 2 enfants
  • Date de naissance : 22/11/1965 (51 ans)
  • Profession : Déléguée commerciale
  • Mandats : Pas de mandat, mais présente sur la liste de Jacques Grosperrin pour les élections municipales de 2014 à Besançon

Étiquette politique :  Union Populaire Républicaine

 Suppléant : Suppléant : Jérôme Nozet,  6 ans,  Cadre expert sécurité ferroviaire

Quelles sont vos motivations pour vous présenter aux législatives ?

Christine Latournerie : Je pense que l’UPR est le mouvement politique du 3e millénaire, le mouvement 3.0. Nous présentons (sans alliance avec d’autres formations) 574 candidats pour la France Métropolitaine, l’outremer et l’étranger, sans emprunt personnel, avec un parti qui a 0€ de dettes. Ce sont les militants qui financent notre campagne.  Ce qui est une véritable prouesse.

Notre programme est très ambitieux (200 propositions pour une vingtaine de thèmes). Il renoue avec la grandeur de la France et son rayonnement retrouvé à travers le monde. Nous voulons rendre au peuple français sa démocratie et sa souveraineté, transférées, pour une grande part, à l’UE. Nous voulons lui rendre la maitrise de son destin.

Quels dossiers locaux et nationaux souhaitez-vous particulièrement défendre et porter à l'Assemblée ?

Christine Latournerie : Au préalable, je rappelle que le député est élu localement pour un mandat national. Il peut, par ailleurs, soutenir des projets locaux.

Sur le national, je demanderai une hausse du SMIC de 15 % dès juillet 2017 et une baisse des cotisations patronales pour les artisans, les commerçants et les TPE-PME.

Je proposerai le lancement d’un grand programme de logements sociaux (+ 80 000 par an).

Je refuserai la remise en cause de nos retraites par répartition et de la Sécurité sociale publique pour tous.

Je me mobiliserai pour sauver notre pêche artisanale et notre agriculture familiale, pour favoriser la permaculture, l’agriculture biologique et raisonnée contre l’agrobusiness, et pour interdire les OGM et limiter la souffrance animale.

Je demanderai également l’instauration du référendum d’initiative populaire, la reconnaissance pleine et entière du vote blanc révocatoire, et l’obligation pour tout élu d’avoir un casier judiciaire vierge.

J’exigerai le respect de la « loi Royer » en faveur du petit commerce et l’adoption d’une loi favorisant les TPE-PME dans l’obtention des marchés publics.

Ces propositions ne sont qu’une partie de notre programme consultable sur notre site www.legislatives.upr.fr

Sur le plan local, je soutiendrai de préférence, des projets en lien avec l’agriculture familiale, biologique, la permacutute. Jardins partagés, urbains. Tout ce qui peut  permettre à notre collectivité de s’approvisionner en circuits courts, locaux et nous amener à réfléchir à nos habitudes de consommations.

Pourquoi voter pour vous ?

Christine Latournerie : Voter pour un candidat UPR est précieux, son seul patron est le peuple français. Comme je l’ai signalé plus haut, nous ne faisons pas d’alliances stratégiques avec d’autres mouvements. Nous n’avons donc pas de susceptibilité mal placée à ménager. L’UPR n’a pas ou très peu d’élus. Ce qui nous permettra de proposer de réduire le « millefeuille » administratif sans état d’âme et nous fera réaliser d’énormes économies (6,4 milliards d’euros/suppression de 4209 postes d’élus). Je viendrai expliquer à mes concitoyens de la 2e circonscription du Doubs et aux Français, en général, les tenants et les aboutissants des projets et des lois débattus à l’Assemblée nationale. Je m’opposerai lorsque cela sera nécessaire et regarderai dans le détail ce qu’implique l’adoption de ces mesures dans la vie de mes concitoyens, à court, moyen et long termes.

Il y a des projets de loi que nous partageons également avec le programme présidentiel. Par exemple, la suppression du RSI, la possibilité pour un salarié de démissionner et d’être indemnisé, l’intention de développer des circuits courts dans l’agriculture.

Si le mouvement « En Marche » et affiliés obtiennent la majorité à l’Assemblée nationale et si le gouvernement présente ces projets, j’approfondirai le contenu précis de ces propositions et si elles vont dans le bon sens pour mes concitoyens, je les voterai. Bien évidemment, je ferai preuve de transparence sur mon activité de député, tant sur le plan financier que sur celui de mes actions. Je les consulterai grâce à l’interactivité qu’offre les outils informatiques, internet et les réseaux sociaux.

SUIVRE CHRISTINE LATOURNERIE

LES PROCHAINS RENDEZ-VOUS DE CHRISTINE LATOURNERIE

  • Mardi 6 juin à ORNANS (20h00 à la salle des Iles basses Place Courbet),
  • Mercredi 7 juin à ROCHE LEZ BEAUPRE (20h00 à la salle Jouffroy d'Abbans, rue du stade),
  • Jeudi 8 juin à BESANÇON (20h00 à la salle Battant rue Battant).

maCommune.info a interrogé l'ensemble des candidats aux législatives sur la première et la seconde circonscription du Doubs. En plus d'une présentation de chacun, nous leur avons posé à chacun les mêmes questions. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

circo2502

Législatives 2022 : les candidats de la majorité présidentielle ne lâchent rien

Dans les deux premières circonscriptions du Doubs, Laurent Croizier (Modem) et Éric Alauzet (Renaissance), les deux candidats "Ensemble !" de la majorité présidentielle, battent la campagne pour chercher les électeurs et convaincre. Tous deux brandissent le risque des dangers de "l''extrême gauche".

Stéphane Ravacley, le boulanger de Besançon : l’ovni politique qui bouscule les codes

législatives 2022 • "Ces chaussures pleines de farine, je les emmènerai à l’Assemblée nationale" : arrivé en tête du premier tour des législatives dimanche soir dans sa circonscription du Doubs, le boulanger Stéphane Ravacley continue de bousculer les codes et chasse les abstentionnistes.

Éric Alauzet, candidat Renaissance sur la 2e circonscription du Doubs

Portrait • Député sortant depuis 2012 sur la seconde circonscription du Doubs, Éric Alauzet, 63 ans, se présente à nouveau aux élections législatives sous l’étiquette « Renaissance » de la majorité présidentielle. Lors du 1er tour, le candidat a récolté 31,36 % et arrive deuxième.

Politique

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.91
nuageux
le 14/04 à 9h00
Vent
1.92 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
65 %