Comment respecter les nouvelles résolutions de début d'année avec notre diététicienne Valentine Caput

Publié le 12/01/2024 - 15:24
Mis à jour le 12/01/2024 - 15:34

Selon un récent sondage, le début d'année est toujours propice aux bonnes résolutions et parmi elles, 55 % concerneraient la santé ! Notre diététicienne bisontine Valentine Caput vous explique comment respecter vos nouvelles habitudes, notamment alimentaires, sans vous culpabiliser ! 

 ©
©

Faire davantage de sport, manger mieux, moins boire, mincir, arrêter de fumer resteraient dans le top 5 des défis que l'on se lance. Or, selon une étude menée par l'Université de Scranton (USA), 80 % des personnes abandonneraient déjà complètement leurs bonnes résolutions dès la mi janvier ; et parmi les 20 % restants, seuls 8 % arriveraient à atteindre leurs objectifs !

Car ce n'est pas facile de changer d'habitudes ! Le cerveau les a créées souvent depuis l'enfance pour certaines et entend bien les conserver... Ce sont comme des voies neuronales toutes tracées que l'on connait par coeur. Le parallèle pourrait être fait avec une route que l'on a l'habitude d'emprunter pour se rendre au travail par exemple et à laquelle on devrait renoncer définitivement pour cause de travaux : cela nous perturbe vite !

Parmi nos habitudes, il en existe deux  :

  • Les habitudes conscientes : je sais que ce que je mange n'est pas bon pour moi ;
  • Les habitudes inconscientes : j'ignore que telle ou telle habitude est néfaste pour ma santé, mon poids.

Puis nos facteurs "hérités" :

  • L'éducation alimentaire que l'on a reçue et son lot de croyances et d'injonctions (finir son assiette, manger avant d'avoir faim, etc.) ;
  • La génétique : problèmes de santé familiaux type diabète, cholestérol, hypertension, mais aussi surpoids, obésité ;
  • Le microbiote intestinal reçu à la naissance et qui, lui aussi, influence la digestion et les habitudes alimentaires ! Les neuro hormones ne sont jamais bien loin !

Et enfin les facteurs "personnels subis" :

  • Une mauvaise organisation des courses, repas, etc.
  • Un manque d'activité physique
  • Des difficultés à gérer ses émotions : stress, rancoeur, colère, etc.

Rien ne sert de se culpabiliser : le changement est dans l'ACTION !

Le cerveau étant en perpétuelle évolution, c'est en modifiant progressivement son mode de vie,  ses conditionnements et ses croyances que nous créons de nouvelles connections neuronales... et ainsi de meilleures habitudes de vie !

BONNE ANNÉE 2024 !

Allez + loin

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.02
couvert
le 03/03 à 0h00
Vent
1.15 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
89 %