Des barres de céréales "100% naturelles" fabriquées dans le Doubs

Publié le 03/03/2020 - 17:06
Mis à jour le 10/11/2020 - 17:10

Produites à Loray, les « barres Hubert » ont été créées par Antoine et Hugo afin de « proposer une alternative aux barres industrielles et ultra-caloriques ». Ils nous en parlent…

maCommune.info : Qui êtes-vous ? Et pourquoi avoir décidé de vous lancer tous les deux ?

Antoine : "Nous avons 54 ans à nous deux (27 chacun). Après des études d’informatique et une école de commerce, j’ai pris une année de césure durant laquelle j’ai travaillé pour un grand groupe américain de l’industrie automobile, basé à l’autre bout du monde, à Cebu. J’ai compris ce que je ne voulais pas faire dans la vie. Puis en 2017, je suis revenu pour créer Délicassie, une nouvelle marque de gourmandise naturelle, sans colorants ni conservateurs, du « fait maison » avec une notoriété, de beaux partenariats, et une belle image de marque. J’avais l’idée de la marque Hubert qui me trottait dans la tête depuis quelque temps.

Quant à Hugo, c’était un ami de mon frère, qu’il a rencontré en école de commerce. Il a travaillé en tant que chef de secteur GMS en tant que commercial dans une entreprise qui vendait du bio et du sans gluten. Il y a aussi découvert les travers de la grande distribution, et de l’industrie agroalimentaire.

Nous nous sommes retrouvés sur la foire de Dijon, nous avons commencé à échanger, moi sur la partie vision de l’entreprise, et lui a écrit les fondations de la stratégie commerciale sur un coin de table. Puis quelques semaines plus tard, je lui ai proposé de venir mettre en application cette stratégie commerciale, et il a accepté".

mC : Où produisez-vous vos barres ?

Antoine : "Les barres sont produites à Loray, dans notre local qui se situe dans la maison de mes grands-parents. Nous avons trois personnes à temps partiel pour la production. Tout est fait à la main, cette intention particulière apportée à la confection est un gage de qualité et aussi une partie de notre valeur ajoutée. La barre rouge, c’est 47 Kcal La barre verte, c’est 40 Kcal".

mC :Où peut-on les trouver ?

Antoine : "Nous développons dans toute la France un réseau « d’endroits certifiés miraculeux », dont la liste est disponible sur notre site www.myhubert.com , où il est également possible de commander en livraison à domicile (gratuite)".

mC : Quel est le coût ?

Antoine : "Notre méthode de fabrication artisanale nous a fait opter pour un coût dégressif sur la quantité. En effet, quand on tempère du chocolat, qu’on en tempère 1kg ou 14kg, c’est le même travail… Donc plus nous en faisons, moins cela nous coûte cher, jusqu’à un certain point. Et puis nous considérons que notre prix de base et tout de même abordable pour une barre 100% naturelle..."

Les tarifs

  • 2,60€ pour une barre seule (nous proposons un pack découverte à 4,90€ les 2 barres pour pouvoir tester).
  • 14,60€ la boite de 6 (2,44€ la barre)
  • 44,60€ la boite de 25 (1,79€ la barre)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Bourgogne-Franche-Comté, première “région microtechnique” de France, présente au SIAMS de Moutier

Du 16 au 19 avril 2024, à l’occasion du Salon de la chaîne de production des microtechniques (SIAMS), grand rendez-vous de la filière de l’industrie des microtechniques, la Bourgogne-Franche-Comté était présente avec un pavillon régional dédié, en collaboration avec la CCI BFC.

Numérique : la Région Bourgogne Franche se mobilise pour tous les territoires

PUBLI-INFO • Le numérique fait partie intégrante de nos vies. La technologie bouleverse les modèles économiques, les pratiques de consommation, l’accès à l’information et à la culture, les modes de travail et d’apprentissage et les relations sociales. Pour la Région, la numérisation de l’économie, de la société et des territoires est porteuse d’opportunités : nouveaux services, développement économique, emplois, dynamique rurale, préservation de l’environnement…

Robot, job dating, écologie… Quoi de neuf dans les écoles ESTM Pigier ?

QUOI DE 9 ? • Ouvertes sur le monde et les nouvelles technologie, attentives au bien-être de ses étudiant(e)s, soucieuses de l’environnement et intraitables sur le niveau de ses formations, les écoles ESTM Pigier à Besançon s’engagent à tous les niveaux pour proposer des cursus de qualité dans un univers studieux et innovant. Les inscriptions pour la rentrée 2024 sont ouvertes !

Le Mouvement Franche-Comté veut “stopper” la Pive

Dans un communiqué du 20 avril 2024 intitulé "Stop Pive !", le Mouvement Franche-Comté, représenté par son président Jean-Philippe Allenbach, qualifie le rapport moral et financier 2023 de l’association La Pive (monnaie locale) de "désastreux" et souhaite l’arrêt des subventions publiques qui lui sont allouées.

Commerce historique à Besançon… Eve Boutique fête ses 55 ans !

Il fait partie des magasins emblématiques du centre-ville de Besançon, il est la référence historique en matière de lingerie féminine, il a vu trois générations de femmes tout au long de son histoire familiale… Le magasin Eve Boutique fête ses 55 ans en ce mois d’avril 2024. Pour autant, il n’a pas pris une ride.

Suppression de l’aide à l’embauche sous contrats de professionnalisation

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) a rencontré hier, jeudi 18 avril 2024, la ministre du travail, de la santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui a fait part du projet de suppression générale de l'aide à l'embauche de salariés sous contrat de professionnalisation (600€), dès le 1er mai prochain.

Ligne des horlogers : des travaux d’ampleur jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.33
couvert
le 24/04 à 3h00
Vent
1.37 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
92 %