Coronavirus : des distilleries francs-comtoises cèdent leurs stocks d'alcool pour produire du gel hydroalcoolique

Publié le 21/03/2020 - 13:40
Mis à jour le 25/03/2020 - 17:25

Des distilleries du Doubs et de Haute-Saône ont décidé de céder une partie de leurs stocks d'alcool pour permettre la fabrication du gel hydroalcoolique nécessaire aux professionnels de santé pour  se protéger du coronavirus, a-t-on appris ce samedi 21 mars 2020.

L'absinthe de Pontarlier la Distillerie Guy
L'absinthe de Pontarlier la ©Distillerie Guy

La distillerie Armand Guy de Pontarlier (Doubs), capitale française de l'absinthe, a décidé de céder "au prix d'achat" 3.000 litres de son stock d'alcool à 96 degrés à des fabricants de gel hydroalcoolique et à des pharmaciens, avec l'accord des douanes, a indiqué à l'AFP le patron de l'entreprise, François Guy.

"Si nous sommes livrés la semaine prochaine, nous pourrons donner plus de cet alcool" d'ordinaire utilisé pour la fabrication d'absinthe et d'apéritifs, a-t-il ajouté. "Mon grand-père me racontait que pendant la Libération, il y avait beaucoup de blessés, aussi bien français qu'allemands, et l'hôpital manquait d'alcool pour désinfecter. Il avait alors donné ses derniers stocks d'alcool à l'hôpital", raconte le distillateur qui fera don de 400 litres de gel hydroalcoolique, produit avec son alcool, à l'hôpital de Pontarlier.

L'activité de la distillerie est quasiment à l'arrêt, les 14 employés sont à leur domicile. "Les bars sont fermés et, heureusement, rares sont les gens qui boivent seuls: nos ventes se sont écroulées, donc ça aurait été égoïste de garder nos stocks", note François Guy.

A Fougerolles-Saint-Valbert (Haute-Saône), la distillerie d'eaux-de-vie et d'absinthe Paul Devoille a fourni de son côté depuis la fin de semaine dernière "à prix coûtant" 500 litres d'alcool à 96 degrés aux pharmacies. Les officines les transforment en gel ou en solution hydroalcoolique après avoir ramené la teneur en alcool "entre 70 et 75 degrés", a expliqué à l'AFP Hugues de Miscault, le dirigeant de la société.

Ce "dépannage" pourrait déboucher sur un soutien de plus grande envergure, selon le dirigeant de la société de 19 salariés, qui a pris contact avec l'Agence régionale de santé (ARS). Dans la même commune surnommée la capitale de la cerise, la distillerie Peureux, qui emploie 80 personnes, va fabriquer elle-même des solutions hydroalcooliques à partir de mercredi prochain, en lui dédiant son atelier principal de production.

Cette ligne "aura la capacité de produire de 10.000 à 15.000 litres par semaine" dans un premier temps, pour le centre hospitalier de Vesoul, les pharmacies locales et le personnel soignant de proximité, a précisé à Bernard Baud, président des Grandes Distilleries Peureux-Massenez.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Covid-19 : "Être plus vigilant en Bourgogne-Franche-Comté qu’ailleurs"

Point de situation • Le préfet de la Région Bourgogne-Franche-Comté a établit un nouveau point de situation ce vendredi 27 novembre 2020 après l’allocution d’Emanuel Macron sur le déconfinement progressif en trois étapes et conditionné par la situation épémiologique en France. La circulation du virus reste cependant très intense en Bourgogne-Franche-Comté est la deuxième région la plus touchée par la Covid derrière Auvergne-Rhône-Alpes. Les départements de l’Yonne et du Doubs (notamment le secteur de Pontarlier) sont aujourd’hui le plus impactés par la circulation du virus.

Société

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Violences conjugales : le dépôt de plainte bientôt possible à l’hôpital de Besançon…

Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ce 25 novembre 2020, plusieurs acteurs du département ont signé une convention relative à l’accueil, la prise en charge et la prise des plaintes des femmes victimes de violences, dans les locaux du Centre Hospitalier Universitaire de Besançon.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.97
ciel dégagé
le 29/11 à 21h00
Vent
1.96 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
98 %

Sondage