Covid-19 : Jean Castex visé par une plainte devant la CJR

Publié le 18/09/2020 - 15:27
Mis à jour le 18/09/2020 - 15:27

Une association de victimes du Covid-19 a décidé de porter plainte contre Jean Castex devant la Cour de justice de la République (CJR), estimant que le gouvernement continuait de "naviguer à vue" face à l'épidémie, a-t-on appris jeudi 17 septembre 2020 auprès de son avocat.

 ©
©

Cette plainte contre le Premier ministre doit être déposée dans la journée par le collectif Victimes Coronavirus France, qui réunit 200 personnes, auprès de la CJR, seule instance habilitée en France à juger des actes commis par des membres du gouvernement dans l'exercice de leurs fonctions, a indiqué Me Fabrice Di Vizio, confirmant une information du Parisien.

  • Depuis le début de l'épidémie de coronavirus qui a fait plus de 31.000 morts en France, la CJR a déjà reçu au moins 90 plaintes contre des ministres.

Neuf d'entre elles, visant l'ex-Premier ministre Edouard Philippe, le ministre de la Santé Olivier Véran et sa prédécesseure Agnès Buzyn, ont été jugées recevables et ont conduit le 7 juillet à l'ouverture d'une information judiciaire pour "abstention de combattre un sinistre".

Les investigations sont menées par la commission d'instruction de la CJR, qui agit comme un juge d'instruction.

"Il faut que l'enquête lancée par la CJR ne s'arrête pas au 3 juillet", date de la nomination de M. Castex à la tête du gouvernement, a expliqué Me Di Vizio. "Ce qui est frappant depuis qu'il est arrivé, c'est qu'on n'a aucune stratégie de lutte contre l'épidémie", a-t-il estimé, estimant que le gouvernement "culpabilisait les Français" et "naviguait à vue".

L'avocat a notamment cité l'absence de tests de dépistage dans les aéroports en juillet, la lenteur à mettre en place des tests salivaires ou encore la décision de déléguer aux préfets la prérogative de renforcer les mesures contre l'épidémie. "Nous avons un pays qui est administré, mais pas gouverné", a-t-il jugé.

De son côté, le parquet de Paris, qui a reçu plusieurs dizaines de plaintes ciblant parfois des responsables de l'administration, a ouvert le 9 juin une vaste enquête préliminaire, notamment pour "homicides involontaires" ou "mise en danger de la vie d'autrui".

Au 31 août, il avait reçu 170 plaintes, dont quatre ont donné lieu à des enquêtes distinctes visant des Ehpad de la capitale. Contacté par l'AFP, Matignon n'avait pas réagi dans l'immédiat.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Meurtre d'une prostituée roumaine au Frasnois : le travailleur frontalier clame toujours son innocence

Verdict attendu vendredi • L'ombre du violent réseau de proxénétisme roumain qui exploitait Mihaela Miloiu, retrouvée morte, le visage méconnaissable, dans une forêt jurassienne en 2016, a plané mercredi sur les assises du Jura, au premier jour du procès en appel du travailleur frontalier accusé de l'avoir tuée.

Incendie à la fourrière municipale en 2019 : 7 personnes mises en examen dont une toujours en fuite

Le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a convié la presse ce mardi 14 septembre afin de faire le point sur l'affaire de l'incendie volontaire commis au préjudice de la fourrière municipale de Besançon le 31 décembre 2019. Il a annoncé que l'enquête était close et qu'il avait requis le renvoi devant la justice de sept suspects.

Ambulancier poignardé à Besançon : les premiers résultats de l’enquête

Le procureur de la République de Besançon est revenu ce lundi 30 août 2021 sur l'homicide de Moussa Dieng, poignardé samedi matin par un homme de 40 ans connu pour des troubles psychiatriques. Une information judiciaire a été ouverte lundi pour "homicide volontaire" et "tentative d'homicide". Le procureur a requis la mise en examen du suspect, qui doit être prononcée dans un délai de 10 jours.

Meurtre à Plancher-Bas : trois hommes en garde à vue

Mise à jour • Trois hommes ont été placés en garde à vue jeudi après la découverte, mercredi soir en Haute-Saône, du corps d'un jeune homme de 19 ans atteint de multiples coups de couteau, a annoncé le parquet de Vesoul. Il s'agit du compagnon de la victime, un homme de 33 ans domicilié dans le Doubs et qui a donné l'alerte après le meurtre, et deux autres hommes de la région, âgés de 18 et 23 ans.

Jugé irresponsable pour la deuxième fois de meurtre

La Chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Dijon a jugé mercredi pénalement irresponsable un homme soupçonné d'avoir tué son père et sa grand-mère, après l'avoir déjà déclaré irresponsable du meurtre de sa mère cinq ans plus tôt, a-t-on appris auprès du parquet général.  
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.67
nuageux
le 23/09 à 9h00
Vent
1.64 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
89 %

Sondage