Covid-19 : "Une lueur d'espoir" en cette rentrée pour le cinéma Mégarama Beaux-Arts

Publié le 07/09/2020 - 15:04
Mis à jour le 12/02/2021 - 17:41

Depuis la réouverture des cinémas après le confinement le 22 juin 2020, une baisse de -75 à -80% de la fréquentation a été constatée en moyenne dans tous les cinémas de France. A Besançon, le Mégarama Beaux-Arts n’a malheureusement pas fait l’exception. Malgré tout, depuis la sortie du blockbuster américain Tenet la semaine dernière, « une lueur d’espoir » sur une possible relance se dessine…

Cédric Louvet, directeur du Mégarama Beaux-Arts s'est senti très inquiet les semaines suivant la réouverture de son complexe place de la Révolution. La fermeture du Grand Rex à Paris ne lui a pas donné confiance en l'avenir et une question principale se posait : "pourquoi les gens ne reviennent-ils pas au cinéma ?"

 Le virus, l'après-confinement, un effet VOD, pas de blockbusters…

 Selon le directeur, qui travaille dans le secteur du cinéma depuis 7 ans, il y a plusieurs hypothèses dont la première concernant un "effet confinement" : "Après avoir été enfermés pendant 2 mois, les gens n'avaient sans doute pas envie de s'enfermer au cinéma et voulaient certainement rester dehors, ce que je peux comprendre", nous dit-il.

Ensuite, Cédric Louvet admet qu'"il n'y a pas eu de sorties de films comme on en a l'habitude. Il faut savoir que les 2/3 des entrées concernent les films américains et des blockbusters, mais cet été, il n'y en a pas eu." A titre de comparaison, Le Roi Lion qui était sorti à l'été 2019 avait été une bonne locomotive pour terminer l'année en beauté. Cet été 2020, le film attendu Mulan, n'est finalement pas sorti au cinéma, mais sur la plateforme Disney… un gros manque à gagner pour les salles françaises. "Heureusement, d'autres distributeurs ont joué le jeu !", positive Cédric Louvet.

Il suppose également que le public "avait peur du virus, de se retrouver dans une salle avec d'autres gens, ce que je comprends également, mais nous avons protocole sanitaire strict".

 Enfin, les spectateurs ont-ils pris de nouvelles habitudes, notamment en regardant les plateformes de VOD comme Netflix ou Amazon ? "C'est également une raison que nous n'écartons évidemment pas", nous répond le directeur.

Le masque obligatoire dans les salles obscures

Depuis le 22 juin, les cinémas doivent respecter un protocole sanitaire strict : désinfection des caisses et des bornes d'achat de places de cinéma régulièrement, gel hydroalcoolique à disposition, des inter-séances plus longues pour renouveler l'air des salles, et les portes restent ouvertes pour que le public touche le moins de choses possibles. Dans les salles, les familles et les amis peuvent s'asseoir les uns à côté des autres, mais un siège "bloqué" les séparent des autres spectateurs.

© Alexane Alfaro

Et si jusqu'à récemment le port du masque n'était obligatoire que dans les espaces communs (file d'attente, caisses, couloirs…), depuis le 29 août dernier, il est également obligatoire dans les salles pendant toute la durée des films. Bonne nouvelle pour les gourmand-es : il est possible d'ôter le masque pour grignoter du pop corn et d'autres friandises proposées par le cinéma. Attention à ne pas oublier de le remettre ensuite !

"Une lueur d'espoir" avec le film Tenet

La superproduction américaine Tenet de Christopher Nolan, sortie la semaine dernière, a apporté une note positive après "des pertes importantes", souligne Cédric Louvet. "Pour la première fois depuis la réouverture, nous pouvons dire que nous avons fait exactement le même nombre d'entrées que l'année dernière à la même période !", se réjouit-il, "c'est une lueur d'espoir, on est aujourd'hui plutôt confiant parce qu'on a vu que les gens étaient revenus."

Prochains rendez-vous et sorties à ne pas manquer :

  • 25 septembre : nouveau spectacle de Mickey Mitch à 20h30
  • 30 septembre : Wonderwoman, de Patty Jenkins
  • 7 octobre : Poly, de Nicolas Vanier
  • 14 octobre : Les Trolls 2, de Walt Dohrn et 30 jours max de Tarek Boudali
  • 28 octobre : Black Widow, de Cate Shortland
  • 11 novembre : Mourir peut attendre (James Bond) de Cary Joji Fukunaga
  • 18 novembre : Aline, de Valérie Lemercier
  • 25 novembre : Kaamelott, de Alexandre Astier
  • 9 décembre : Les Tuche 4, de Olivier Baroux
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Culture

Musée d’Arts et du Temps : “Nous sommes inquiets pour la santé des agents” (intersyndicale)

Emmanuelle Monnin pour le syndicat Sud CT 25, accompagnée de Sophie Caron, pour Force ouvrière a indiqué "être inquiète" pour les agents, notamment suite à des problèmes de management de la part de Laurence Madeline, la directrice des musées d’arts et du Temps. L’intersyndicale lance également un appel à la maire de Besançon…

Une manifestation contre la répression des free party à Besançon

Suite à une initiative nationale lancée par le compte Instagram ”Tekno anti-répression”, le collectif Franche-Comtek appelle à manifester dans les rues de Besançon samedi 13 avril 2024. Objectif : protester contre ”la politique répressive que mène l’Etat à l’encontre des free party depuis plus de 30 ans et plus particulièrement ces cinq dernières années.”

La Citadelle de Besançon met la biodiversité à l’honneur…

Pour mettre en lumière les projets de conservation d’espèces précieuses soutenus par l’équipe du parc zoologique, le muséum organise à la Citadelle de Besançon du 16 avril au 29 mai 2024 une saison de sensibilisation, le "Printemps de la biodiversité". Sept après-midi seront ainsi dédiées à la découverte d’espèces fascinantes, de leurs environnements fragilisés et des actions mises en œuvre pour leur protection. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.87
légère pluie
le 17/04 à 18h00
Vent
2.03 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
88 %