Dans la Nièvre, 35 maires démissionnent… Pourquoi ?

Publié le 23/02/2018 - 14:43
Mis à jour le 23/02/2018 - 14:44

Pas moins de 35 maires de la Nièvre (Bourgogne) ont décidé de rendre leur écharpe tricolore ce vendredi 23 février 2018 pour défendre les urgences de proximité. En juin prochain, l'agence régionale de santé doit rendre la décision de la fermeture ou non des urgences de nuit de l'hôpital de Clemecy.

echarp.jpg
©commons.wikimedia.org

Mise à jour ce vendredi

PUBLICITÉ

Les élus locaux ont manifesté ce jeudi 22 février contre la fermeture des urgences de nuit de l’hôpital de Clamecy. Ils dénoncent « l’abandon » des pouvoirs publics.

Ce vendredi, les 35 maires concernés et près d’une quarantaine d’adjoints remettent leur démission en sous-préfecture, a-t-on appris de plusieurs élus. Les élus devaient rencontrer des représentants de l’Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté, alors que plus d’un millier de personnes avaient manifesté le matin devant les urgences pour le maintien du service de nuit.

  • Les urgences de nuit à Clamecy « sont vitales, elles sont à un quart d’heure de route. Si elles sont fermées, il faut près d’une heure pour arriver à Nevers. En hiver, avec la neige ou le verglas, c’est pire, il faut 1h30 à 2 heures », a décrit à l’AFP le maire de Taconnay, commune de 80 habitants.

« Nous attendons d’autres démissions »

« On a l’impression d’être complètement abandonnés. On a dû se battre pour garder une école il y a 15 jours » dans une commune voisine. « On a l’impression de devoir se battre pour tout », a-t-il ajouté.

« Nous attendons d’autres démissions » dans les jours qui viennent, a indiqué Jany Siméon, le maire de la Chapelle-Saint-André. Sur sa commune de 300 habitants, il a pris un arrêté « interdisant la fermeture de l’accueil des urgences de nuit à l’hôpital de Clamecy », dont la valeur est symbolique.

Le texte dénonce la « mise en danger de la vie d’autrui », a précisé l’édile, qui indique que le même arrêté a été pris par de nombreux maires de la région. « On ne s’interdit pas de porter plainte », a-t-il complété.

Selon l’ARS, le nouveau projet régional de santé est actuellement « soumis à consultation » et ne sera arrêté et publié que « courant juin 2018 ».  Mais « pour les sites comme Clamecy, des analyses de fréquentation sont réalisées pour apporter une réponse au cas par cas, en adaptant les horaires aux besoins de la population réellement constatés« , a précisé une porte parole de l’agence.

Un manque d’urgentiste

« Des aménagements d’organisation deviennent indispensables, compte tenu du manque d’urgentistes dont souffre la région: il est nécessaire de mieux répartir leur présence sur le territoire », a poursuivi la même source, ajoutant que le Smur (service mobile d’urgence et de réanimation) « restera effectif 24 heures sur 24 » quoi qu’il arrive.

Le préfet dispose d’un mois pour accepter ou non les démissions des élus. Il pourrait laisser passer les « Etats généraux de la santé » dans la Nièvre, organisés le 1er mars à Nevers, où les maires attendent de pied ferme l’intervention de la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Acculée par la grève inédite touchant les services d'urgences depuis près de six mois, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a détaillé ce lundi 10 septembre 2019 un "pacte de refondation" de 750 millions d'euros sur trois ans, mais ne prévoyant ni les lits ni les effectifs supplémentaires réclamés par les grévistes. La CGT a annoncé lundi soir qu'elle maintenait son appel à manifester mercredi.

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

recherche • C’est l’enjeu de recherches menées depuis dix ans déjà par le Professeur Olivier Adotévi et l’UMR 1098 Inserm/EFS/UFC de Besançon. L’équipe qu’il dirige a mis en place un vaccin thérapeutique anti-cancer universel, et non préventif,  appelé UCPVax, breveté en 2012. Les premiers essais cliniques ont été engagé depuis la fin de l'année 2016 au CHRU de Besançon

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 26.7
ciel dégagé
le 16/09 à 15h00
Vent
3.67 m/s
Pression
1018.46 hPa
Humidité
32 %

Sondage