Alerte Témoin

Déconfinement : les clubs échangistes considérés comme… des salles de sport par le code du tourisme

Publié le 06/07/2020 - 17:59
Mis à jour le 06/07/2020 - 22:59

Alors que les gérants de discothèques s'arrachent les cheveux parce qu'ils n'ont pas encore le droit de rouvrir leurs portes au public et que leur trésorerie rétrécit de jour en jour dans ce contexte de crise sanitaire liée au covid-19, les clubs libertins eux, ont pu rouvrir depuis juin dernier parce qu'ils sont considérés comme… des salles de sport. Pourquoi ?

Image d'illustration ©EsaRiutta
Image d'illustration ©EsaRiutta

La règlementation des établissements accueillant du public s'effectue dès la première ouverture par les sapeurs-pompiers qui classent les établissements grâce un code lié aux dispositifs de sécurité. C'est un code qui n'a pas vocation à évoluer sauf en cas d'importants travaux réalisés dans l'établissement.

Type P ou type X

Pour les discothèques, il s'agit de locaux de type P "salle de danse et salle de jeux" selon l'article D.314-1 du code du tourisme. Dans ce contexte de crise sanitaire, les établissements de type P ne peuvent pas encore rouvrir leurs portes au public parce qu'il y semblerait difficile de garder les distances sociales et surtout physiques.

En revanche, les clubs libertins proposant sauna et/ou hammam ont pu rouvrir en juin dernier, en même temps que les salles de sports, les piscines publiques ou encore les SPA. Pourquoi ? Parce que les clubs de ce type sont classés dans la catégorie des établissements de type X (comme par hasard !) par le code du tourisme.

En exemple à Besançon, quand L'Antonnoir, Le Teasing, Le Privé ou encore Le Bristol, Le Styl ou le QG n'ont pas le droit se déconfiner, alors que près de Besançon, un club libertin a pu rouvrir depuis le 22 juin parce qu'il propose un sauna, un hammam et un SPA… Quoi qu'il arrive dans ce complexe, c'est autorisé, sauf si les gérants l'interdisent, mais le sauna perdrait toute sa notoriété puisqu'il se dit "premier complexe de rencontres libertines de Franche-Comté" comme il est écrit sur le site de l'établissement ce lundi.

Paradoxes confinementaux

Depuis le début du confinement le 17 mars, les paradoxes se poursuivent et se ressemblent… En avril dernier, les horticulteurs, les magasins de vêtements, les parfumeries étaient confinés pendant que la grande distribution avait le droit de vendre des plantes, des vêtements, du maquillage et des parfums…

Courage aux gérants de boîtes de nuit !

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Coronavirus : les indicateurs continuent de se dégrader

Dans son bilan hebdomadaire en date du vendredi 7 août 2020, l'agence régionale de santé appelle à "rester prudent", notamment auprès des plus fragiles. 160 cas positifs ont été enregistrés en une semaine dans la région. En France, plus de 2.000 nouveaux cas ont été enregistrés en 24h. Durant cette période estivale, l'ARS invite au respect de tous les gestes barrières lors des rassemblements en famille ou entre amis

Formation accélérée du « décubitus ventral » : l’hôpital de Besançon en exemple

"Teams DV" •

Pour répondre à l’augmentation du nombre de patients Covid-19  souffrant du syndrome de détresse respiratoire aiguë durant la crise sanitaire, 212 volontaires ont été formés entre le 27 mars et le 15 avril au CHRU de Besançon à la mise en décubitus ventral (DV) des patients placés sous respirateur artificiel et sédatés. L'initiative "Team DV" a été saluée dans la revue scientifique Annals of Surgery et pourra servir à d'autres établissements en cas de seconde vague...

Société

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Sécurité à Planoise : le préfet du Doubs saisit l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     29.82
    ciel dégagé
    le 08/08 à 12h00
    Vent
    1.62 m/s
    Pression
    1019 hPa
    Humidité
    29 %

    Sondage