Des syndicats de General Electric inquiets des conséquences du rachat d'activités par EDF

Publié le 14/04/2022 - 10:45
Mis à jour le 14/04/2022 - 10:45

Plusieurs syndicats de General Electric (GE) se sont inquiétés mercredi des conséquences du prochain rachat des activités nucléaires du groupe par EDF, craignant des suppressions de postes et la disparition de certaines compétences.

 © Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort
© Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort

EDF et General Electric ont signé, en février, un accord préalable à l'acquisition, par l'énergéticien français, "d'une partie de l'activité nucléaire de GE Steam Power". La transaction doit être définitivement conclue au premier semestre 2023.

De sources syndicales, en France, 2.352 postes devraient être transférés à EDF, tandis que 280 seraient maintenus dans le giron de General Electric. Sur ces derniers, 107 postes seraient supprimés, toujours selon les mêmes sources.

"On ne peut pas cacher qu'on a été surpris de voir qu'à l'occasion de la vente, il y avait encore 107 postes menacés, pour nous ce n'est pas acceptable", a déclaré à l'AFP Christian Mougenot, délégué CFDT au sein de l'entité Steam Power. "On vient déjà de sortir d'un plan social où 140 postes ont été supprimés, là on nous en remet une centaine en plus, ça ne nous convient pas", a-t-il ajouté.

Sollicitée, la direction de General Electric réfute tout licenciement. "En France, nous ne prévoyons pas de mettre en oeuvre un plan social mais de redéployer les compétences par le biais d'un plan de GPEC" (Gestion prévisionnelle de l'emploi et des compétences), assure le groupe dans un communiqué.

Au-delà des suppressions de postes, plusieurs syndicats contestent la pertinence du découpage opéré sur les activités et les personnels qui seront transférés ou non à EDF.

"Il y a eu un étiquetage artificielle des activités, certaines sont étiquetées plutôt charbon que nucléaire, et ne sont donc pas incluses dans le périmètre de la vente", estime un responsable syndical.

"Notre filiale, Steam, ça veut dire vapeur, nos métiers sont tout à fait compatibles d'un pôle à l'autre. D'ailleurs il y a quelques années, on ne vendait plus une seule turbine nucléaire, on faisait surtout du charbon", ajoute-t-il.

"On est en train de prendre des professionnels et de les mettre au rebut, alors qu'on va avoir besoin d'eux, de leur compétences, pour développer le programme EPR 2", regrette un autre représentant du personnel.

"Tout ça parce que, côté EDF, on reprend le moins de personnel possible, et côté GE, on en garde le moins possible. Mais nous ferons le maximum pour maintenir le savoir-faire", assure-t-il.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Suppression de l’aide à l’embauche sous contrats de professionnalisation

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) a rencontré hier, jeudi 18 avril 2024, la ministre du travail, de la santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui a fait part du projet de suppression générale de l'aide à l'embauche de salariés sous contrat de professionnalisation (600€), dès le 1er mai prochain.

Ligne des horlogers : des travaux d’ampleur jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.73
nuageux
le 20/04 à 6h00
Vent
1.07 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
90 %