Dijon: le procès de 38 « faucheurs » anti-OGM renvoyé en raison de la grève des avocats

Publié le 05/04/2018 - 14:04
Mis à jour le 05/04/2018 - 14:04

Le procès de 38 militants anti-OGM, qui devait s'ouvrir jeudi 5 avril 2018 à Dijon pour la destruction en novembre 2016 de plants de colza du groupe Dijon Céréales, a été renvoyé aux 15 et 16 novembre 2018 en raison du mouvement de grève des avocats.

PUBLICITÉ

Les conseils des deux parties s’opposent au projet de réforme de la justice, alors que les avocats du barreau de Dijon ont entamé mercredi une grève perlée qui se poursuivait jeudi et a été reconduite mardi et mercredi prochains. « Nous nous sommes associés à cette grève, parce que nous avons les mêmes valeurs, défendre le bien commun », a indiqué Annick Bossu, l’une des « faucheurs volontaires » qui devaient être jugés.

« Il y a urgence écologique, agricole, sanitaire et civilisationnelle à arrêter ces cultures »

Plus de 150 militants anti-OGM ont déambulé dans les rues de Dijon jeudi matin, certains en charrette tirée par des chevaux, avant d’arriver devant le tribunal. Ils brandissaient des pancartes réclamant la « relaxe pour nos faucheurs d’OGM » ou dénonçant les « OGM cachés dans les champs ». « Nous avons accepté ce renvoi mais nous en sommes désolés (…) parce qu’il y a urgence à alerter sur les OGM mutés, sujets de ce procès », a poursuivi Mme Bossu. « Il y a urgence écologique, agricole, sanitaire et civilisationnelle à arrêter ces cultures. »

Des variétés créées « pour répondre aux problématiques des agriculteurs »

Pour Dijon Céréales les plants en cause ne sont pas classés OGM, ayant été obtenus par mutagenèse, une technique qui consiste à modifier les propres gènes d’une plante. Ces variétés ont été créées « pour répondre aux problématiques des agriculteurs et notamment le développement de mauvaises herbes » en utilisant moins de produits chimiques, fait valoir la coopérative. Mais pour les militants anti-OGM, le colza « Clearfield » en question, créé par le géant allemand de l’agrochimie BASF, va au delà de la mutagenèse en utilisant « une autre technique: la multiplication in vitro de cellules de pollen » qui fabrique « des chimères génétiques » qui sont « des organismes vivants modifiés au sens de la réglementation internationale ».

Info +

Le statut de ce type de semences fait débat depuis plusieurs années, ce qui a conduit neuf organisations à saisir en 2015 le Conseil d’État sur ce sujet. La plus haute autorité administrative a ensuite sollicité l’avis de la Cour de justice de l’Union européenne, qui ne s’est pas encore prononcée.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.88
légère pluie
le 20/05 à 6h00
Vent
2.37 m/s
Pression
1007.96 hPa
Humidité
99 %

Sondage