Dijon : trois jeunes interpellés après la destruction d'une porte de la préfecture

Publié le 07/04/2019 - 17:32
Mis à jour le 16/04/2019 - 08:41

Trois jeunes dont un mineur ont été interpellés samedi  6 avril au soir à Dijon alors qu'ils tentaient de pénétrer dans la préfecture après en avoir détruit une des portes.

PUBLICITÉ

« Hier soir (ndlr: samedi), vers 22h40, les bâtiments de la préfecture ont à nouveau fait l’objet d’une attaque« , indique cette dernière dans un communiqué, rappelant que voici une semaine le bâtiment avait déjà été la cible de jets de « plusieurs cocktails Molotov » dans la nuit.

Une « double-porte vitrée » de la préfecture a été brisée mais « sans que les auteurs de cette attaque ne soient parvenus à entrer dans le bâtiment protégé par un rideau de fer« , précise-t-elle. « Grâce à l’action rapide des forces de l’ordre et au témoignage de passants« , les trois jeunes ont été appréhendés peu après les faits et placés en garde-à-vue.

Deux d’entre-eux, âgés de 17 ans et de 19 ans, sont inconnus des services de police alors que le plus âgé, 21 ans, accuse « quelques antécédents » judiciaires mineurs pour des faits commis « sur le temps de sa minorité« , a précisé à l’AFP la vice-procureure de Dijon, Claire Martineau.Visés par une enquête ouverte pour « dégradations en réunion sur biens d’utilité publique« , ils devaient être présentés au parquet dans la journée, selon la magistrate.

Dijon a connu samedi une nouvelle journée de tensions à l’occasion de l’acte 21 des « gilets jaunes » qui ont été quelques centaines à défiler dans le centre. Selon la préfecture, « des billes d’acier » ont été tirées sur les forces de l’ordre et des « projectiles » lancés sur un tramway. Sept personnes ont été interpellées et placées en garde à vue à l’issue de la manifestation, selon le parquet.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la  défense réfute

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la défense réfute

Une ex-collègue de Frédéric Péchier, l'anesthésiste de Besançon mis en examen pour 24 empoisonnements présumés, le soupçonne d'avoir voulu l'empoisonner lors d'une opération, ce que réfute catégoriquement la défense, a-t-on appris ce vendredi 24 mai 2019 auprès des avocats des deux parties.

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

La belle-mère de trois frères et soeur, qui s'étaient noyés l'été dernier dans un lac de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), a été mise en examen pour "homicides involontaires", a-t-on appris ce jeudi 23 mai 2019 auprès du parquet, confirmant une information du Journal de Saône-et-Loire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.38
légère pluie
le 25/05 à 21h00
Vent
2.03 m/s
Pression
1018.08 hPa
Humidité
95 %

Sondage