Disparition d'une étudiante japonaise : un témoin dit l'avoir vue dans la Meuse...

Publié le 28/12/2016 - 17:04
Mis à jour le 18/04/2019 - 09:52

L’enquête sur la disparition d’une étudiante japonaise à Besançon, dont la police pense qu’elle a été tuée le 4 ou le 5 décembre 2016 bien que son corps n’ait pas été retrouvé, a rebondi ce mercredi 28 décembre avec le témoignage du patron d’un bar-tabac affirmant l’avoir vue vivante à Verdun, dans la Meuse, le 19 décembre.

 ©
©

Selon ce témoignage, la jeune Narumi Kurosaki, 21 ans, aurait passé plus de deux heures, dans l'après-midi du 19 décembre, dans un bar-tabac-PMU de Verdun, à 300 km de Besançon. "Je suis formel, je l'ai reconnue le lendemain sur la photo de l'avis de recherche publié dans le journal", a déclaré le patron du bar "Le Miribel", qui n'a pas voulu que son nom soit cité.

La jeune Japonaise qui s'est présentée ce jour-là dans son établissement "pleurait beaucoup, elle était très mal", a raconté ce témoin. Elle a payé ses consommations, soit 12 euros, avec une carte bancaire : des éléments que le patron du bar tient à la disposition de la justice.

La police judiciaire de Besançon n'a souhaité faire aucun commentaire sur cette information. La procureur de Besançon pourrait communiquer demain sur ce dossier, qui suscite un grand intérêt de la part des médias japonais.

En France depuis fin août 2016 pour étudier le français, Narumi Kurosaki logeait dans une résidence universitaire sur le campus de l'université de Besançon. Bien que la police n'ait pas retrouvé son corps, les enquêteurs avaient expliqué vendredi disposer d'éléments (vidéosurveillance, données téléphoniques et témoignages) permettant de dire qu'elle avait été tuée.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Procès Zepeda : la défense demande le renvoi du procès

La défense de Nicolas Zepeda a demandé ce lundi 18 décembre 2023 le renvoi du procès alors que le Chilien devait s'exprimer pour la première fois sur l'assassinat de Narumi Kurosaki dont il répond en appel devant la cour d'assises de la Haute-Saône, en raison de nouveaux éléments ne figurant pas  selon les avocats dans la procédure.

Zepeda, manipulateur “à la limite de la mythomanie”, selon un expert

Le Chilien Nicolas Zepeda, rejugé en appel pour l'assassinat de son ancienne petite amie japonaise Narumi Kurosaki, présente un profil "manipulateur", "à la limite de la mythomanie", selon les conclusions d'un expert présentées jeudi devant les assises de la Haute-Saône, objets d'une passe d'armes entre lui et la défense.

Procès Zepeda : des traductions compromettantes au coeur des débats

"Souvenirs différents" ou "explications biscornues" ? : Nicolas Zepeda et une témoin se sont opposés lundi 11 décembre 2023 devant les assises de la Haute-Saône autour de traductions de messages en japonais potentiellement compromettantes pour le jeune Chilien, rejugé en appel pour l'assassinat de Narumi Kurosaki.

Affaire Narumi : Nicolas Zepeda reconnaît finalement sa présence dans la résidence de la victime

"Je suis rentré dans cette résidence pour frapper à la porte de Narumi" Kurosaki : accusé de l'assassinat de cette étudiante japonaise en décembre 2016, Nicolas Zepeda a reconnu mercredi pour la première fois, sept ans après, sa présence dans le bâtiment ou vivait l'étudiante japonaise.

Faits Divers

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.01
légère pluie
le 17/06 à 12h00
Vent
0.65 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
92 %