Dispute mortelle lors d'une soirée électorale: 15 ans de réclusion

Publié le 28/06/2011 - 19:34
Mis à jour le 28/06/2011 - 19:34

Un chasseur de 57 ans a été condamné mardi à Besançon à 15 ans de réclusion criminelle pour avoir assassiné, après une dispute lors d’une soirée électorale en mars 2008, l’époux d’une conseillère municipale fraîchement élue.

Les jurés de la cour d'assise du Doubs ont retenu la préméditation et l'intention meurtrière. Ils ont suivi les réquisitions de l'avocate générale qui a soutenu la thèse de l'assassinat, estimant que l'accusé "a bien  prémédité son crime" et qu'il "avait l'intention de tuer" la victime.

Pendant les deux jours du procès, Bernard Bergez, ouvrier fromager et chasseur expérimenté, a réfuté la préméditation, arguant avoir simplement  voulu "faire peur" à Raphaël Mourot, qu'il avait "connu tout gamin". "Le coup est parti" tout seul, a-t-il dit.

Me Jean-Pierre Degenève, avocat de l'accusé, a plaidé que son client "était plongé dans un état de sidération et c'est l'angoisse de voir venir sur lui Raphaël Mourot qui l'a fait appuyer sur la détente". "Il a tué, mais il n'a pas tiré pour tuer", a-t-il ajouté.  Le drame avait eu lieu à l'occasion d'une soirée festive donnée chez  Raphaël Mourot, 28 ans, et sa femme, tout juste élue conseillère municipale de Passonfontaine. Bernard Bergez s'était enivré et s'était montré désagréable avec ses hôtes.

Excédée, la victime avait mis le fromager à la porte. "Tu auras de mes nouvelles, je vais te tuer", avait-il alors lancé, d'après la femme de la victime. Il était rentré chez lui pour prendre un fusil qu'il avait chargé avec deux cartouches, avant de retourner chez la conseillère municipale.  Il avait tiré sur Raphaël Mourot à une distance de 10 mètres environ. Touché à l'abdomen, la victime était morte à l'hôpital des suites de ses blessures.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Fromagerie Mulin : le juge des référés maintient la consignation d’1.5 million d’euros

Le 22 novembre 2023, la société Mulin a demandé au tribunal l'annulation de l'arrêté préfectoral la rendant redevable d'une somme d'1.5 million d'euros consignée et destinée à financer la mise aux normes de sa station d'épuration. Le tribunal administratif de Besançon a finalement tranché et ne s'opposera pas à l'arrêté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.95
légère pluie
le 24/02 à 3h00
Vent
5.34 m/s
Pression
1000 hPa
Humidité
95 %