Dylan, Anthony et Mélissa aspirent à un futur meilleur...

Publié le 20/11/2012 - 14:40
Mis à jour le 25/06/2013 - 10:19

Le conseil général du Doubs vient d'accueillir ses quatre premiers jeunes bénéficiaires du dispositif "emplois d'avenir". D'où viennent-ils, que font-ils ? Rencontre avec trois d'entre eux... 

Portraits

PUBLICITÉ

Chargé de trier, classer et dématérialiser des centaines de dossiers au service prestation de la Direction de l’autonomie du Conseil général du Doubs, Dylan Fabbi est entré dans le vif du sujet dès son premier jour de travail. « J’étais un peu anxieux, je ne savais pas à quoi m’attendre, mais j’ai tout de suite été aiguillé et très bien encadré par mes collègues« , s’enthousiasme ce garçon affable de 21 ans, sélectionné pour sa « ténacité » et sa « motivation« .

« C’est un poste exigeant, avec un flux permanent de dossiers à gérer. Je lui ai expliqué les tâches à effectuer et il s’est mis tout de suite dedans« , constate sa tutrice, Martine Gurnot, aux petits soins pour « mettre à l’aise » son jeune collègue.

Dylan, 21 ans, a été malmené par une vie parfois cruelle. « A 3 ans j’étais sans père. A 17 ans je devais quitter ma mère, l’école, et travailler au noir, de petits boulots en petits boulots« , raconte le jeune homme aux cheveux de jais et au teint pâle. Il a ensuite décroché un BEP métier des services administratifs, mais sans emploi à la clé.

Dylan : « Je n’ai jamais eu de CDD de plus de trois mois »

« Avant, je n’ai jamais eu de CDD de plus de trois mois. J’aimerais que l’expérience que je vais acquérir me permette d’obtenir un emploi stable« , ajoute-il. Au terme de son contrat, une attestation de formation ou d’expérience professionnelle lui sera délivrée. D’autres bénéficiaires d’emplois d’avenir au Conseil général du Doubs ont commencé jeudi leur contrat d’un an, renouvelable deux fois et payé au SMIC. Agés de 16 à 25 ans, ils sont tous peu ou pas diplômés et domiciliés dans des quartiers urbains sensibles.

Une centaine d’emplois d’avenir doivent être créés à court terme dans le département, dont une vingtaine au sein du Conseil général. Le président de la collectivité, Claude Jeannerot (PS), était rapporteur du projet de loi au Sénat.

Au service logistique, Anthony Thirion est arrivé en « plein boum« . Livraisons, inauguration de collège ou session territoriale, le jeune homme était sur la route dès sa première journée. »L’objectif est de lui montrer tout le panel du travail logistique et des espaces verts pour le former au mieux et lui permettre d’obtenir un emploi pérenne« , explique Laurent Roussel, tuteur de ce garçon réservé de 21 ans, déscolarisé depuis la troisième. 

Un étage en dessous, à la Direction des routes et des infrastructures, Mélissa, qui préfère taire son nom de famille, est ravie de ce premier emploi en rapport avec son BEP secrétariat.

« Nous sommes aussi là pour nous adapter au projet de Mélissa »

« J’ai déjà postulé sur des postes de secrétariat, mais je n’étais jamais assez formée et je n’avais jamais assez d’expérience« , explique cette jeune fille de 22 ans, élégante et discrète derrière son vaste bureau. Son nouvel objectif ? Se former afin de réussir un concours de la fonction publique territoriale, indispensable pour obtenir un poste de fonctionnaire titulaire. Dans le service, « tout le monde est mobilisé pour aider Mélissa à réussir« , indique sa tutrice, Isabelle Baron. « Nous nous sommes inscrits dans le dispositif des emplois d’avenir car nous avions besoin de renfort pour des tâches administratives, mais nous sommes aussi là pour nous adapter au projet de Mélissa. Elle doit pouvoir acquérir des compétences et suivre des formations« , souligne-t-elle.

(avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Pour la 15ème année consécutive, l’UNEF publie son classement des villes selon le coût de la vie pour les étudiants. Augmentation des loyers, restauration universitaire plus onéreuse, "explosion" des frais pour les étudiants étrangers: étudier en France coûtera plus cher l'année prochaine, a calculé le syndicat étudiant Unef. Sur 42 villes analysée, Besançon arrive en 34e position. Dijon, en 28e position est une ville plus chère pour les étudiants selon la même étude.

Des élèves d’Ornans présentent à Emmanuel Macron leurs productions sur Courbet

Des élèves d’Ornans présentent à Emmanuel Macron leurs productions sur Courbet

Après son discours et la visite de l'exposition "Yan Pei Ming face à Courbet", Emmanuel Macron a pris le temps de rencontrer une quinzaine d'élèves de l'école primaire Courbet et du collège Pierre Vernier d'Ornans qui ont pu lui présenter leurs travaux réalisés dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Courbet.

Qui sont les nouveaux « influenceurs » de Besançon ?

Qui sont les nouveaux « influenceurs » de Besançon ?

Instagram, Youtube… depuis maintenant plusieurs années, nombreux sont les créateurs désireux de partager leurs passions à travers ces plateformes. Beaucoup sont devenus de véritables célébrités en France ou dans le monde, d’autres tentent toujours de se démarquer. A Besançon, quelques créateurs, ont su se faire connaitre et attirer un publique plutôt large ou font face à la dure réalité du monde de l’influence. Nous avons échangé avec Pauline (Paulinedress) et Anthony (Chromodesomey)

La Color Life, ce dimanche à Besançon

La Color Life, ce dimanche à Besançon

Organisée conjointement depuis 2014 par les étudiants de l’école de commerce Imea et le Comité du Doubs de la ligue contre le cancer, la Color life revient pour une sixième édition le dimanche 26 mai 2019 dès 13 h au parc de la Gare d’eau de Besançon.  

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.95
ciel dégagé
le 23/08 à 18h00
Vent
3.21 m/s
Pression
1020.55 hPa
Humidité
74 %

Sondage