Enquêtes ouvertes sur le train de vie de Ghani Yalouz à l'athlétisme

Publié le 09/06/2019 - 16:30
Mis à jour le 09/06/2019 - 16:30

Le ministère des Sports et la justice ont lancé des enquêtes sur le train de vie de l'actuel directeur général de l'Insep, Ghani Yalouz, quand il était directeur technique national (DTN) à la Fédération française d'athlétisme (FFA), entre 2009 et 2017.

ghani yalouz
ghani yalouz © d poirier
PUBLICITÉ

A la suite d’un signalement d’inspecteurs généraux de la Jeunesse et des Sports (Igjs), chargés d’un contrôle classique sur la FFA, la ministre Roxana Maracineanu a lancé une enquête administrative, qui sera menée par d’autres inspecteurs généraux, et le parquet de Paris a confié une enquête à la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE), ont expliqué ces sources à l’AFP.

 

« Je vais pouvoir m’expliquer… »

Ghani Yalouz

« Je vais pouvoir m’expliquer sur ce qu’on me reproche. Mon seul but c’était de faire mon travail pour l’athlétisme français et pour avoir des résultats. Et ça a payé », a affirmé Yalouz à l’AFP, en laissant entendre que le travail des inspecteurs généraux avait été mené à charge, dans le but de régler des comptes.

DTN à la fédération d’athlétisme de 2009 à 2017, l’ancien lutteur y avait laissé une forte empreinte et son passage a été marqué par des records de médailles aux championnats d’Europe (Zurich-2014) et aux JO (Rio-2016).

Il a été nommé en 2017 par le gouvernement directeur général de l’Insep (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance), fleuron du sport de haut niveau français, 21 ans après sa médaille d’argent en lutte gréco-romaine aux JO d’Atlanta.

Selon les sources, qui n’évoquent pas de montant, les inspecteurs généraux ont pointé des frais élevés au regard de ses missions de DTN, un poste d’agent de l’Etat. « Ils ont épluché toutes les factures », indique une source proche de la FFA. « Il y a un problème de confusion entre les dépenses personnelles et celles de la fédé », explique aussi une source proche du dossier.

Mais d’après plusieurs sources, ces frais étaient validés par la direction générale de la fédération, laquelle était à l’époque présidée par Bernard Amsalem (2001-2016).

« Qu’est-ce que ça veut dire le train de vie? », a déclaré Yalouz. « Je ne suis pas un DTN +techno+. Quand on est DTN on fait de l’humain, on se déplace, on se rapproche des athlètes », s’est-il défendu. « Je n’étais ni président de la fédé ni directeur général », a-t-il ajouté.

Bernard Amsalem, interrogé par l’AFP, a de son côté, indiqué « ne pas être au courant »« Je ne vérifiais pas les comptes et je n’ai jamais eu d’informations là-dessus, ça me surprend, a-t-il ajouté. La nomination de Ghani Yalouz à la tête de l’Insep a créé des tensions et des jalousies. Il est en quelque sorte persécuté. En tant que directeur technique national de la Fédération, je n’ai pu qu’apprécier son intervention. Il avait réussi à mobiliser tous les acteurs, les athlètes, les entraîneurs en créant un relationnel qui nous manquait et nous a permis d’avoir de très bons résultats. »

L’enquête administrative a été lancée « parce que cela demande beaucoup d’approfondissements et de vérifications, et il faut que l’intéressé puisse se défendre », indique-t-on au ministère des Sports.

Durant sa carrière, Ghani Yalouz a aussi été deux fois champion d’Europe de lutte gréco-romaine (1992, 1995) et deux fois vice-champion du monde (1989, 1994).

1 Commentaire

Ancien copain il y a + de 50 ans que je ne l'ai vu et je e trouve bizarre alors qu'il était gentil en train de promener son petit chien a poils blancs et noirs
Publié le 10 juin à 06h11 par Pascal Carry • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.82
légère pluie
le 18/10 à 18h00
Vent
2.3 m/s
Pression
1013.21 hPa
Humidité
94 %

Sondage