Européennes 2024 et dissolution de l’Assemblée nationale : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Publié le 10/06/2024 - 08:48
Mis à jour le 11/06/2024 - 11:50

Suite à la victoire de la liste du Rassemblement national conduite par Jordan Bardella aux élections européennes qui se sont tenues dimanche 9 juin 2024, le président de la République Emmanuel Macron a décidé de dissoudre l’Assemblée nationale. Voici des réactions en Franche-Comté…

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Communiqué d'Océane Godard

"Les Français ont placé l’extrême droite, hostile au projet européen, en tête lors des élections européennes. En Région Bourgogne-Franche-Comté, le Rassemblement National domine également  le scrutin.  Le message est net : les électrices et les électeurs ressentent de la colère et demandent un changement de politique, un changement dans la façon de faire de la politique.

L’injustice, la précarité, la peur du déclassement, le sentiment de mépris et le manque de perspectives transformantes, positives et enthousiasmantes dans les discours et actions politiques sont les moteurs de ce vote. La dissolution n’est pas la solution mais un risque. Le Président de la République tente un coup de poker. Jouer n’est pas gagner. Pourquoi ne pas avoir proposé un pacte de gouvernement alliant les partis républicains face à l’extrême droite ? Pourquoi imposer cette dissolution quelques semaines avant ce grand moment de ferveur populaire incarnés par les Jeux Olympiques, les épreuves du baccalauréat ou encore les vacances estivales ?

Si cette situation politique est inédite notre responsabilité est historique. Le score de Raphaël Glucksmann éclaire le cap que nous devons suivre et que je défends : celui de la nuance, du calme, des valeurs, de la sincérité et de la clarté. Ce moment inédit et grave impose de rassembler la gauche et ses idées. Pas cette gauche repliée sur elle-même, confuse et dogmatique. Non. La gauche de progrès, du quotidien. Celle qui responsabilise les concitoyens et crée les conditions pour apporter des réponses humaines et pragmatiques pour les vies : du pouvoir d’achat à la sécurité, de la lutte contre le réchauffement climatique à l’éducation, de l’accès aux soins aux solutions de mobilités, de la formation et la qualité de vie au travail au développement économique des territoires…Cette gauche combative, sincère et claire qui donne confiance en soi, en notre société et en la vie. Parce qu’il est trop tard pour être pessimiste, parce que l’Histoire a montré que la haine n’engendre ni paix ni sérénité, parce que nos vies et nos idéaux européens méritent que nous restions unis, rassurants, inspirants, j’amplifierai mon engagement pour que le travail, la cohérence, la vérité et l’espoir dépassent les postures politiciennes, haineuses et manipulatrices. J’y mettrai mes convictions, ma détermination et tout mon cœur."

Océane Godard, secrétaire fédérale Parti socialiste Côte d’Or, vice-présidente du conseil régional BFC, conseillère municipale à Dijon et Dijon Métropole

Communiqué de Renaissance Territoire de Belfort

"Appel à un large Rassemblement de l'Arc Républicain dans le Territoire de Belfort

Le Président de la République a pris la décision de dissoudre l’Assemblée nationale à la suite du score inédit de l’extrême droite lors des élections européennes du 9 juin 2024 à travers tout le pays et plus particulièrement dans le Territoire de Belfort où les résultats montrent bien que nous devons rassembler plus largement que notre camp.
En conséquence de ce résultat, nous devons tous collectivement tirer des conclusions. En effet, nous ne pouvons nous résoudre à cette progression du nationalisme dans notre pays et cette montée inquiétante de l’extrême-droite partout dans le monde représente une véritable menace pour nos démocraties libérales…
Au-delà de cette montée inquiétante de l’extrême-droite, l’Assemblée subit depuis 2 ans, un désordre qui empêche de poursuivre sereinement et efficacement la transformation de notre pays. Le Président de la République étant le seul responsable politique à ne pas avoir d’intérêt électoral en 2027, la question que nous devons nous poser est la suivante :
Quelle majorité souhaitons-nous pour cette nouvelle gouvernance ?
 
En ce sens, je souhaiterais engager un dialogue avec différents représentants afin que le meilleur profil responsable soit trouvé dans l’Arc républicain qui mette notre département du Territoire de Belfort, la France et l’Europe au centre de son action. Redonner la parole aux Français, c’est aussi de clarifier le jeu des partis, sachez que le Parti Renaissance Territoire de Belfort sera à vos côtés et vous pouvez compter sur mon engagement sans faille dans cette lutte contre l’extrême-droite."

Communiqué des Jeunes du Modem

"Appel aux jeunes pour un sursaut républicain

L’extrême droite se rapproche du pouvoir en France, à la suite d’un score record au Parlement européen et d’une dissolution de l’Assemblée Nationale. Suite à cette décision du Président de la République, nous voterons pour élire les députés à l’Assemblée Nationale le 30 juin et le 7 juillet prochain. Il devient impératif pour la jeunesse de notre pays de prendre part activement à la défense de nos valeurs républicaines, ces mêmes valeurs qui constituent le socle de notre société. 

Cet appel à l'action est plus pressant que jamais : nous, les jeunes, devons contribuer à l’effort républicain. Engageons-nous activement dans ces prochaines élections législatives. Déferlez dans les partis. Ils nous sont ouverts. La démocratie à besoin de nous, les jeunes, pour retrouver son souffle. Notre énergie et notre engagement sont essentiels pour influencer l’avenir du pays, la pérennité de nos valeurs. Ne restons pas en marge. 

Les Jeunes du MoDem sont prêts à vous accueillir, déterminés à continuer à bâtir avec vous une force de rassemblement, de discussion et d'équilibre en Bourgogne-Franche-Comté. Ensemble, nous pouvons résister à l'extrémisme, aux prophètes du pire et à la haine. Rejoignez-nous !" 

Communiqué de La France insoumise Besançon

"Face au péril fasciste et macroniste, nous continuerons d’être au RDV de nos responsabilités.

Les résultats de l’élection européenne marquent la déroute d’une personne, E. Macron, et de sa

politique autoritaire, de maltraitance sociale et d’irresponsabilité écologique. Il a également échoué à empêcher la progression de l’extrême droite dans le pays. Pire encore, il l’a favorisée en surfant sur le programme raciste du Rassemblement national. À Besançon, nous n’oublions pas les votes de Messieurs Croizier et Alauzet, députés macronistes, qui ont voté toutes les mesures antisociales et de casse de nos services publics durant ces deux dernières années, mais également le soutien à la loi raciste sur l’immigration de décembre dernier pour M. Croizier ou le refus de s’y opposer pour M. Alauzet.

Dans ce contexte, nous constatons la forte progression, que ce soit nationalement ou localement, de notre liste conduite par Manon Aubry. Nous passons de 6 à 9 élu.es et nous savons qu’ils seront de tous les combats au Parlement européen pour défendre les intérêts du peuple.

À Besançon, notre liste double son score de 2019, passant de 8 à près de 16%. Nous remercions toutes celleux qui ont permis cette avancée et notamment la jeunesse et les habitant.es des quartiers populaires qui se sont fortement mobilisés et nous ont apporté leur soutien. À Planoise par exemple, nous arrivons largement en tête devant le RN. La mobilisation populaire fait reculer l’extrême droite ! Voilà la solution !

Confronté à sa déroute, le Président de la République a prononcé la dissolution de l’Assemblée

Nationale. « Après moi, le chaos », voilà comment résumer 7 années de macronisme. L’extrême droite menace de s’emparer du pouvoir avec la complicité de certains milieux des médias, de la finance et du patronat. Nous sommes face à une bataille décisive pour notre pays et nous appelons nos concitoyen.nes à la mobilisation la plus forte dans la rue, dans les lieux de travail et dans les urnes pour résister au danger mortel de l’extrême droite.

C’est un grand devoir de responsabilité qui anime les insoumis.es à cette heure comme depuis des mois. C’est pourquoi nous avions souhaité une liste NUPES pour ces élections européennes en proposant la tête de liste à nos camarades de EELV. Nous aurions pu alors faire jeu égal avec le RN et offrir un autre récit médiatique que celui d’une extrême droite aux portes du pouvoir.

L’union est urgente et vitale. Chacun.e devra faire face à ses responsabilités.

Face aux grands défis qui sont devant nous, face à la brutalité sociale que subissent les français.es, nous devons tracer un chemin d’espoir crédible et cohérent. Les insoumis.es seront au rendez-vous, dans la clarté, avec force et détermination. Unitaires, combatifs, collectifs. "

Communiqué de Barbara Romagnan (section de la Ligue des droits de l'Homme de Besançon)

"Les prochaines élections législatives - Pour un front commun des forces progressistes 

Les résultats des européennes ne sont pas une surprise, ils n’en sont pas moins graves. Surtout, le président qui prétendait être un rempart face à l’extrême-droite, non content de lui faire la courte échelle depuis des années, lui ouvre maintenant les portes du pouvoir avec cette annonce de dissolution de l’Assemblée nationale. 

Le camp politique progressiste a aussi ses responsabilités dans ce désastre. Et dans cette dernière campagne bien des polémiques auraient pu être évitées afin de favoriser un rassemblement pour la défense de ceux qui souffrent directement, dans leur chair, du mépris et des politiques anti-sociales conduites. 

Mais maintenant l’urgence est à nous parler car l’heure est vraiment grave. La victoire des forces progressistes les 30 juin et 7 juillet n’est pas hors de portée et elle est la seule option contre la casse sociale, contre les idées de haine et de mépris, pour la préservation de l’essentiel. 

Les forces progressistes ne se limitent pas aux partis politiques, mais concernent également tout autant les syndicats, les associations, les ONG et les mouvements citoyens." 

Tweet de Marie-Guite Dufay (président PS de la Région Bourgogne Franche-Comté)

Communiqué de Myriam El Yassa (première secrétaire fédérale PS du Doubs)

"Les résultats des élections européennes mettent en lumière la fragmentation des forces de gauche et progressistes en Europe. 

Pour contrer la montée de l'extrême droite, il est crucial de réfléchir à l'importance de l'union de la gauche, en prenant exemple sur des périodes historiques où la désunion a conduit à des conséquences désastreuses. L'une des leçons les plus instructives provient de l'Allemagne en 1932, où la division des partis de gauche a facilité la prise de pouvoir par les nazis.

Cela nous rappelle a l'histoire a et ses leçons amères. Songeons à l'Allemagne de 1932, où la désunion de la gauche ouvrit la porte à l'obscurité la plus épaisse de notre époque.

En 1932, l'Allemagne, cette nation blessée par les crises, voyait son peuple ployer sous le joug du désespoir, cherchant dans les extrêmes une planche de salut. Deux grandes forces politiques, comme des titans aux prises, se disputaient l'avenir du pays : le Parti Communiste Allemand (KPD) et le Parti Social-Démocrate (SPD), porteurs des espoirs de la gauche, et le Parti National-Socialiste des Travailleurs Allemands (NSDAP), porteur de l'ombre.

Hélas ! Les KPD et SPD, aveuglés par leurs querelles fratricides, se perdirent dans des luttes intestines. Le KPD, dans son aveuglement, vit en ses frères du SPD des ennemis presque aussi terribles que les nazis, les qualifiant de « sociaux-fascistes ». Cette division fut le talon d'Achille par lequel le poison nazi s'insinua.

En juillet 1932, les urnes allemandes rendirent leur verdict, et le NSDAP devint la force prépondérante au Reichstag, sans atteindre la majorité absolue. Et pourtant, la désunion de la gauche offrit à Hitler le jeu de cartes dont il avait besoin. La Chancellerie lui fut donnée en janvier 1933, comme un calice empoisonné offert à l'innocent.

Dès lors, comme un déluge implacable, Hitler consolida son pouvoir par le fer et le feu. L'incendie du Reichstag, en février 1933, fut le prétexte pour suspendre les libertés, écraser l'opposition, et bientôt, en mars 1933, le Reichstag, comme un oiseau pris au piège, vota les pleins pouvoirs au tyran. Ainsi s'éteignit la lumière de la République de Weimar, noyée dans les ténèbres de la dictature.

L'histoire, cette vieille dame pleine de sagesse, nous crie que la désunion face à la menace d'extrême droite est un poison mortel. Aujourd'hui, l'Europe, notre chère Europe, affronte une marée semblable, nourrie par des crises économiques, migratoires et identitaires.

Pour conjurer ce funeste destin, partis de gauche doivent, comme des frères d'armes, surmonter leurs dissensions et former un front uni. Il leur faut des compromis, une vision commune, pour que le flambeau de l'espoir et de la justice ne s'éteigne point. Une telle union peut non seulement repousser l'assaut de l'extrême droite, mais aussi offrir à nos peuples des solutions justes et fraternelles.

En ces heures graves, l'égo n'a pas sa place. Celles et ceux qui s'y emploieront seront perdants. 

L'instant est grave. L'Europe est en crise, notre République aussi."

Communiqué de Jean-Sébastien Leuba (PS)

"A l’heure des premiers résultats de ces élections européennes, nous, socialistes, sommes en premier lieu inquiets d’une abstention qui interroge le rapport à la démocratie de nos concitoyens sur cette échéance pourtant fondamentale pour notre pays et pour la paix et la prospérité sur notre continent.

Nous ne pouvons davantage rester indifférents au score trop élevé du Rassemblement National à Besançon et particulièrement préoccupant au niveau national.

Notre mobilisation au quotidien pour éclairer les incohérences de ce parti et ses dangers n’auront pas suffi à décourager ce vote extrémiste d’adhésion ou de détresse.

Il nous faudra l’analyser. Il nous faudra poursuivre les échanges avec tous les bisontins et toutes les bisontines pour déceler les attentes, sans peur des désaveux et des remises en cause nécessaires.

Loin des réseaux sociaux, nous sommes cependant fiers de la campagne réalisée marquée par le rythme d’une action militante quotidienne pour porter les engagements sociaux, démocratiques et écologiques qui permettront de défendre une Europe plus juste et plus forte.

Nous sommes enfin très heureux des liens noués entre les organisations de Place Publique et du Parti Socialiste, qui offrent aux citoyens de gauche l’espoir du renouveau d’un parti central à gauche capable de nouvelles victoires.

En tant que secrétaire de section, je souhaite poursuivre cette union enthousiasmante et porteuse avec Place Publique.

Face aux défis qui nous attendent et nous obligent, dans un contexte mondial et national où la solidarité est plus que jamais nécessaire, l’union de toutes les énergies citoyennes engagées pour un destin commun me semble indispensable."

Communiqué du Mouvement Franche-Comté

"Les urnes ont parlé.

Et le Mouvement Franche-Comté ne peut que déplorer la forte progression du RN car son seul projet d’avenir pour l’Europe est de la faire revenir un siècle en arrière ! Sans oublier qu'il est le plus jacobin de tous nos partis politiques puisque le seul à avoir à son programme national la suppression de toutes les régions françaises pour ne garder que les communes et les départements.

 En revanche, il ne peut que se féliciter du coup d'arrêt donné aux écologistes. Ce qui, au niveau local, signifie pour notre mairesse, Mme Vignot, une incontestable défaite ainsi qu'un rejet clair et net de l'idéologie «écolo-wokiste» qui inspire toutes ses actions, engagées, en plus, et pour la plupart d'entre elles, en plein déni de réalités.

Pour le Mouvement Franche-Comté dont l’objet est « La défense des intérêts de la Franche-Comté et de ses habitants en France et en Europe », les choses sont, à l'aune de cet objectif, parfaitement claires: si c’est pour ne pas avoir l’Europe, mieux vaut alors pour la Franche-Comté qu’elle devienne un état indépendant ou un canton suisse."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Européennes 2024

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Législatives 2024 : Macha Woronoff appelle les étudiants de l’université de Franche-Comté à voter

Alors que le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin 2024 la dissolution de l’Assemblée nationale, l’association France Universités rappelle dans un communiqué les valeurs des universités françaises. Un point de vue soutenu et partagé par Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté.

Législatives anticipées : une action dijonnaise contre l’abstention reprise au niveau national 

Alors que les Français sont appelés à voter pour une nouvelle Assemblée nationale les 30 juin et 7 juillet 2024, la Jeune Chambre économique de Dijon prolonge son action contre l’abstention "Retour aux Urnes", et voit celle-ci reprise au niveau national par la Jeune Chambre économique française et proposée à ses antennes locales dans 105 villes pour une diffusion massive sur le territoire.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Politique

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Législatives 2024 : Macha Woronoff appelle les étudiants de l’université de Franche-Comté à voter

Alors que le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin 2024 la dissolution de l’Assemblée nationale, l’association France Universités rappelle dans un communiqué les valeurs des universités françaises. Un point de vue soutenu et partagé par Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté.

Amiante à l'école : "pas de danger pour les enfants" affirme la Ville

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenue à quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.03
légère pluie
le 21/06 à 6h00
Vent
1.8 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
96 %