Formation : mais où sont les cotisations des entreprises artisanales ?

Publié le 25/02/2019 - 16:04
Mis à jour le 25/02/2019 - 16:05

La confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb du Doubs) alerte le préfet du Doubs et les parlementaires sur la suspension des prises en charge des formations des chefs d’entreprises artisanales. La Capeb rappelle les pouvoirs publics à leur responsabilité pour mettre fin à une situation qui porte un coup certain à la formation de l’ensemble des artisans et des "conjoints collaborateurs".

outils
© TiBine Pixabay CC0
PUBLICITÉ

Suite à l’annonce de cette suspension es prises en charge des fonds de formation des chefs d’entreprises artisanales, le FAFCEA est contraint de suspendre ses engagements. Aujourd’hui, la Capeb du Doubs s’interroge « sur la dispersion » des fonds collectés.

Communiqué

« Où sont passés les fonds collectés ?


La loi n° 2016-1088 du 08 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels a procédé à une refonte du recouvrement de la contribution à la formation professionnelle (CFP) en la confiant aux URSSAF, à compter du 1er janvier 2018.

Dès 2016, les Organisations Professionnelles, CAPEB en tête et le FAFCEA (Fonds d’Assurance Formation des Chefs d’Entreprise Artisanale) n’ont pas cessé de solliciter les administrations impliquées quant à la préparation de ce changement de collecteur afin d’assurer la pérennité des ressources et donc du fonctionnement du FAFCEA.

Sur la base des données du Trésor Public précédemment chargé de son recouvrement, la collecte CFP 2018 du FAFCEA a été estimée à 72 M€.

Après transfert effectif du recouvrement de cette CFP au réseau des URSSAF, la collecte finalement recouvrée et reversée en novembre 2018 s’est élevée à la somme de 33,8 M€.

La CAPEB souhaite interpeller les élus et le Préfet sur cette différence plus que significative du montant de la collecte CPF et notamment avoir des précisions sur le montant total collecté auprès des contribuables par les URSSAF au titre de cette contribution.

La situation financière du FAFCEA est donc aujourd’hui insoutenable alors que, depuis près de 12 mois, les présidents du FAFCEA, de l’U2P et de la CAPEB n’ont cessé d’alerter les ministères concernés.

Mais en l’absence de réponse positive, le dernier CA du FAF n’a pas eu d’autre alternative que de prendre la décision de suspendre tout agrément à partir 15 mars 2019.

Par conséquent :

  • Les dossiers agréés avant cette date bénéficieront naturellement d’un financement du FAF.
  • Pour les demandes émises à partir du 15 mars, la CAPEB informe très clairement les entreprises qu’aucune garantie ne peut leur être donnée sur la participation financière du FAFCEA.

Face à cette situation aussi inédite qu’inacceptable, la CAPEB reste totalement mobilisée et rappelle les Pouvoirs publics à leur responsabilité pour mettre fin à une situation qui porte un coup certain à la formation de l’ensemble des artisans et conjoints collaborateurs de ce pays.

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le prix de l’eau va-t-il augmenter dans ma commune et pourquoi ?

Thème : l'eau #2 • Du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2017, le prix de l'eau et de l'assainissement vont fluctuer dans le Grand Besançon selon les communes. Une harmonisation  pour arriver progressivement en 2028 et pour tous les habitants de l'agglomération à un prix  de 3,30 € TTC (hors inflation). Quel est le prix de l'eau dans les 73 communes du Grand Besançon. Va-t-il augmenter dans votre commune ? Pourquoi ?  Réponses.

Marie-Guite Dufay souhaite implanter la production de « batteries électriques » dans la région

Marie Guite Dufay, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, souhaite avec 50 signataires (élus, industriels, chercheurs et constructeur) accueillir la première usine de batterie "made in France". Pour cela, la présidente a exposé ses arguments ce 18 mars 2019 dans une lettre destinée au chef de l'État.

Festival de la Paille : une étude pour savoir ce que veulent les festivaliers…

Festivaliers, qui êtes-vous ? • Au cours de l'édition 2018 du Festival de la Paille, le "Collectif organisation" a fait appel GECE, institut d'étude, de sondage et d'enquête afin de sonder ses festivaliers. Cette enquête a été réalisée auprès de 6 900 festivaliers "dans le but de réaffirmer un projet solide, partagé et solidaire et définir de nouvelles orientations", nous indique-t-on.

Loi PACTE : la grogne des commissaires aux comptes en Bourgogne-Franche-Comté

tribune • Dans une tribune publiée dans le journal du palais, Franck Paul et Philippe Dandon, respectivement présidents de la compagnie régionale des commissaires aux comptes de Besançon et de Dijon (CRCC) demandent au gouvernement de revoir sa copie concernant notamment le relèvement brutal des seuils d’audit légal inclus dans la Loi Pacte sur les commissaires aux comptes. Ils parlent d'un risque majeur pour l'économie française et estiment que 10.000 emplois sont menacés dans leur profession.  

Bourgogne-Franche-Comté : la production industrielle en hausse au mois de janvier

Les derniers chiffres de la Banque de France concernant la conjoncture économique en Bourgogne Franche-Comté pour le mois de janvier 2019 viennent de paraître. La production industrielle et l’activité dans les services s’inscrivent en hausse en janvier. Les perspectives pour le mois de février, plus modestes, demeurent positives.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -1.38
ciel dégagé
le 20/03 à 0h00
Vent
2.51 m/s
Pression
1031.85 hPa
Humidité
81 %

Sondage