GE Belfort : "Etudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l'emploi" (Le Maire)

Publié le 22/03/2019 - 11:10
Mis à jour le 22/03/2019 - 11:10

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a affirmé ce vendredi 22 mars 2019 qu'il allait "étudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l'emploi" à Belfort, alors que les syndicats de l'usine General Electric (GE) s'inquiètent de l'annonce prochaine d'un vaste plan de suppressions de postes.

GE belfort
© Google Maps
PUBLICITÉ

« Nous allons regarder toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l’emploi à Belfort et offrir des perspectives aux salariés de GE », a dit Bruno Le Maire sur France Bleu Belfort-Montbéliard, « ne confirmant aucune information » sur l’existence d’un plan social rapporté par les syndicats.

Un plan supprimant jusqu’à 800 postes ?

Fabricant de turbines et pilier de la reprise en 2015 de la branche énergie d’Alstom, le site GE de Belfort subit les conséquences des difficultés générales du groupe américain et de la baisse actuelle de ses marchés. Contacté par un correspondant de l’AFP, des sources syndicales ont évoqué cette semaine l’annonce prochaine d’un plan supprimant jusqu’à 800 postes, sur un effectif de 1.900 personnes travaillant dans l’usine de turbines à gaz. Le site de Belfort comprend par ailleurs environ 4.000 employés.

Interrogé sur le plan de restructuration, la direction du site belfortain de GE n’a pas souhaité faire « de commentaires pour le moment ». « Ce que chacun voit bien, c’est qu’il y a une évolution du marché de l’énergie qui est extrêmement rapide et qui bouscule beaucoup de sites industriels à travers le monde. Les turbines à gaz se vendent beaucoup moins bien », a concédé Bruno Le Maire sur France Bleu.

Une diversification vers l’aviation…

« Nous sommes en discussion régulière avec GE. Ce qui compte, c’est que nous réfléchissions aux nouvelles activités industrielles qui peuvent se développer  à Belfort », a-t-il dit. Pour ce faire, le gouvernement pourra s’appuyer sur un fonds de 50 millions
d’euros, financé par GE pour ne pas avoir respecté son engagement de créer un millier d’emplois nets en France, pris après avoir acquis la branche énergie d’Alstom.

Cet argent « sera disponible dans les meilleurs délais », selon le ministre. « J’ai demandé à ce que les élus de Belfort soient directement associés au comité de pilotage de ces 50 millions d’euros », a-t-il ajouté.

En début de semaine, une délégation du syndicat de cadres CFE-CGC a visité les installations belfortaines pour évoquer une diversification vers l’aviation, en faisant venir l’équipementier Safran, a-t-on appris de source syndicale.

« Il y a une perspective aéronautique. Nous discutons avec Safran mais ça demande des investissements, notamment en termes de machines, qui sont extrêmement élevés », a dit Bruno Le Maire.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

L'association a analysé les prix des produits bio en grandes surfaces pendant un an. Les marges brutes sont, en moyenne, 75% plus élevées que pour des produits conventionnels. L'UFC-Que Choisir pointe "les marges excessives" réalisées par la grande distribution sur 24 fruits et légumes bio.

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Pour la 15ème année consécutive, l’UNEF publie son classement des villes selon le coût de la vie pour les étudiants. Augmentation des loyers, restauration universitaire plus onéreuse, "explosion" des frais pour les étudiants étrangers: étudier en France coûtera plus cher l'année prochaine, a calculé le syndicat étudiant Unef. Sur 42 villes analysée, Besançon arrive en 34e position. Dijon, en 28e position est une ville plus chère pour les étudiants selon la même étude.

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

OFFRES D'EMPLOI • Envie de rejoindre un environnement qui bouge ? Intégrez une équipe de 50 collaborateurs au sein d’une entreprise tant grandissante que stimulante et découvrez de nouvelles possibilités avec LEO & Associés ! Plusieurs postes sont à pourvoir : Commercial clientèle Particuliers et/ou Professionnels, Chargé de clientèle Entreprise, Gestionnaire sinistres spécialisé ou non (flottes, construction), Gestionnaire administratif assurance et Assistant(e) polyvalent(e) d’accueil.

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Pour celles et ceux qui ont peur de ne pas réussir leurs saucisses, brochettes ou autres viandes, "il n'y a plus de soucis à avoir avec le barbecue Traeger", selon Aurélien Philippe, vendeur en électroménager au magasin Boulanger à Besançon qui précise que "cela ne peut pas brûler, car on ne met pas directement les aliments en contact avec la chaleur".

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le mois de mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert Beaux-Arts au centre-ville de Besançon. La case de Sophie propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.54
ciel dégagé
le 24/08 à 21h00
Vent
1.97 m/s
Pression
1019.31 hPa
Humidité
82 %

Sondage