GE Belfort : intersyndicale et élus vont mettre en demeure le gouvernement

Publié le 10/07/2019 - 08:22
Mis à jour le 10/07/2019 - 08:22

L'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort et des élus ont annoncé ce mardi 9 juillet 2019 leur intention de mettre en demeure le gouvernement pour exiger que l'industriel américain respecte les engagements pris au moment du rachat du pôle énergie d'Alstom en 2014 et suspende son plan de suppression d'un millier d'emplois.

general electric power belfort
© GE Power
PUBLICITÉ

« Il faut y aller étape par étape. La première des choses, c’est une mise en demeure par le collectif (…) adressée au ministre de l’Economie pour s’assurer que General Electric respecte les engagements qu’il a pris », a déclaré, en déplacement à Belfort, le député Olivier Marleix (LR).

Ex-président de la commission d’enquête à l’Assemblée sur la politique industrielle de la France, il avait saisi la justice en janvier pour qu’elle enquête sur les circonstances de la vente du pôle énergie d’Alstom à GE en 2014.

Cet engagement « a une valeur juridique »

Outre la promesse de la création de 1.000 emplois nets que GE n’a pas tenue et pour laquelle il doit payer des pénalités, le géant industriel américain s’était aussi « engagé à maintenir l’essentiel des activités turbines à gaz de 50 Hertz de Belfort et à maintenir le centre de décision mondiale (de cette activité) à Belfort », a rappelé M. Marleix, soulignant que cet engagement « a une valeur juridique ».

« C’est notre avocate qui va préparer cette demande de mise en demeure » qui doit être envoyée « rapidement« , a indiqué Philippe Petitcolin, délégué syndical CFE-CGC, à l’issue d’une réunion de l’intersyndicale avec les députés Olivier Marleix (LR), Fabien Roussel (PCF) et Bastien Lachaud (LFI).

Une action en justice contre l’Etat ?

Autour d’eux s’est constitué un collectif comprenant des parlementaires, des représentants des collectivités locales, des personnalités politiques locales, des représentants syndicaux du patronat et des salariés. Les membres de ce collectif devraient tous signer cette mise en demeure, qui exigera une suspension du plan social prévu par General Electric et envisage la possibilité d’intenter « une action en justice contre l’Etat » si rien n’est fait pour faire respecter l’accord de 2014.

GE a annoncé fin mai son intention de supprimer environ 1.050 postes en France, dont presque 800 dans l’entité turbines à gaz du site de Belfort, soit la moitié de ses effectifs. Au total, GE emploie 4.300 salariés à Belfort. Ce plan social « est la conséquence d’un projet beaucoup plus global, à l’échelle mondiale », qui « a touché 12.000 personnes dans le monde » et « malheureusement, aujourd’hui, on n’a pas de plan B », a déclaré le directeur des opérations industrielles pour l’Europe de GE Power, Patrick Maffeis, dans une interview publiée dimanche par l’Est Républicain.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Le site historique du boulevard Barbès à Paris sera bientôt le seul Tati en France, son propriétaire depuis deux ans ayant décidé de fondre l'enseigne dans sa quasi-totalité au sein de Gifi, avec au passage la fermeture de 13 autres magasins Tati en difficulté. Ceux de Besançon et Dole sont donc concernés.

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Le pôle tertiaire Viotte à Besançon prend toute son ampleur durant cet été 2019 sur le secteur Sud de l'éco quartier. Les bâtiments A1 à A 5 qui accueilleront 800 agents des services de l'État ont pris de la hauteur le long des voies ferrées et le bâtiment B de la région (200 agents) est en cours d'élévation en parallèle de la rue de la Viotte. À mi-parcours, visite du chantier avec Bernard Bletton, directeur général de la Sédia Bourgogne Franche-Comté et de Territoire 25.

GE Belfort : intersyndicale et élus vont mettre en demeure le gouvernement

GE Belfort : intersyndicale et élus vont mettre en demeure le gouvernement

L'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort et des élus ont annoncé ce mardi 9 juillet 2019 leur intention de mettre en demeure le gouvernement pour exiger que l'industriel américain respecte les engagements pris au moment du rachat du pôle énergie d'Alstom en 2014 et suspende son plan de suppression d'un millier d'emplois.

Région : « On aide du petit hôtel en zone rurale à l’installation d’un jeune agriculteur » (P. Ayache)

Région : « On aide du petit hôtel en zone rurale à l’installation d’un jeune agriculteur » (P. Ayache)

Marie Guite-Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, a réuni la commission permanente le 5 juillet 2019. Les élus régionaux ont ainsi examiné ce vendredi 114 rapports pour un montant de 17,7 millions d'euros attribués sur le département du Doubs (86 millions sur six mois)...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.69
partiellement nuageux
le 17/07 à 3h00
Vent
0.92 m/s
Pression
1015.95 hPa
Humidité
93 %

Sondage