GE Belfort : la direction envisage de réduire le plan social "seulement" de trente postes (syndicats)

Publié le 03/10/2019 - 08:16
Mis à jour le 03/10/2019 - 08:16

La direction de General Electric (GE) veut réduire de 30 postes "seulement" le nombre de suppressions initialement prévues dans son plan social concernant le site de Belfort, passant de 792 à 762 postes supprimés, a affirmé ce mercredi 2 octobre 2019 l'intersyndicale.

general electric power belfort
© GE Power
PUBLICITÉ

Sollicitée par l'AFP, le direction de GE s'est refusée à tout commentaire sur le nombre de suppression de postes désormais envisagé. Elle s'est bornée à indiquer qu'elle "acceptait une réunion demain jeudi pour écouter les propositions de l'intersyndicale", sans plus de précisions.

"Réduire seulement de 30 postes le nombre initial de 792 postes supprimés dans l'entité turbine à gaz"

En juin, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait exhorté GE à revoir à la baisse le nombre de suppressions d'emplois prévues. Il avait demandé au groupe "d'améliorer très significativement" son plan de restructuration, en septembre, lors du comité de suivi des engagements pris par GE en 2014 dans le cadre du rachat des activités d'Alstom dans l'énergie.

La direction de GE avait assuré travailler à une amélioration de son projet. Mais celle-ci "a déclaré au comité de groupe européen (des) 24 et 25 septembre qu'elle envisageait de réduire seulement de 30 postes le nombre initial de 792 postes supprimés dans l'entité +turbine à gaz+" du site belfortain, a indiqué mercredi Philippe Petitcolin, délégué CFE-CGC, dans le communiqué de l'intersyndicale . GE emploie quelque 4.300 salariés à Belfort, dont 1.900 dans l'entité qui fabrique des turbines à gaz, la plus durement touchée.

De futures négociations en vue ?

Dans son communiqué, l'intersyndicale se dit "prête à discuter de la mise en place dès début 2020, d'un plan senior et d'un plan de départs volontaires", "tout en garantissant un effectif assurant la pérennité de l'entreprise", mais "dans le cadre du projet d'entreprise alternatif" qu'elle a élaboré et proposé à la direction.

"Ce projet écarte toute délocalisation d'activité compte-tenu des risques importants pour le business +gaz+ au regard du retour d'expérience des précédentes délocalisations d'activités hors de Belfort", estime l'intersyndicale. Elle "propose donc (à la direction) d'ouvrir une négociation sur un véritable projet d'entreprise +Belfort centre mondial 50 Hz+, conformément à l'accord du 4 novembre 2014 signé entre GE et l'Etat français".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le député européen et conseiller départemental Christophe Grudler obtient 600 000 euros de l’État pour le Grand Belfort

Depuis 2016 le fonds de péréquation des ressources intercommunales et communales (FPIC) comprend une garantie de sortie dégressive pour les territoires qui cessent d’être éligibles. Ce dispositif arrive à échéance l’année prochaine et conduira 175 territoires bénéficiaires d’une garantie de sortie en 2019 à ne plus rien percevoir en 2020. "C’est la situation dans laquelle aurait dû se retrouver la Communauté d’Agglomération du Grand Belfort pour l’année à venir" constate Christophe Grudler, député européen et conseiller départemental du Territoire de Belfort.

L’hiver approche, et c’est toujours le bon moment pour acheter son vélo chez Proxy-Cycle !

PUBLI-INFO • La période hivernale est en effet une belle occasion de parcourir les magasins et de chercher son futur moyen de transport, de se faire plaisir pour noël ou bien encore de chercher la bonne affaire. Le fabricant et vendeur de vélos électriques bisontin Proxy-Cycle propose des promotions ainsi que des nouveautés toujours plus pratiques et tendance dès maintenant ! Rendez-vous dans les magasins Proxy Cycle en Franche-Comté…

Étude sur l'état de la pauvreté : qui sont les plus impactés en Franche-Comté ?

Depuis 20 ans, le Secours catholique mène une étude statistique annuelle sur l'état de la pauvreté en France. Ce 7 novembre 2019, l'organisation met en lumière la situation de précarité des migrants, des femmes seules et des enfants… Nous avons rencontré Antoine Aumonier, délégué de Franche-Comté au secours catholique.

Le Comté bientôt protégé en Chine

Alors que la rivalité commerciale entre Pékin et Washington se durcit, Emmanuel Macron appelle les Européens à parler et agir ensemble pour mieux peser face aux Chinois sur les dossiers économiques. Le président a conclu un accord sur la reconnaissance mutuelle et la protection des indications géographiques protégées (IGP) dont fait partie notre bon fromage, le Comté. Cet accord doit entrer en vigueur avant la fin 2020.

Besançon, ville la plus attractive : « un marché sain et équilibré » selon la FPI de Franche-Comté

La 3e édition du baromètre de l'attractivité des grandes villes françaises (meilleurtaux.com et Jobijoba) place Besançon en pôle position. Avec un nombre d'offres d'emploi élevé, un taux de CDI important et un prix d'immobilier raisonnable, la cité comtoise souligne l'importance de conserver cet équilibre.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.56
légère pluie
le 13/11 à 0h00
Vent
1.28 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
97 %

Sondage