GE Belfort : la direction envisage de réduire le plan social "seulement" de trente postes (syndicats)

Publié le 03/10/2019 - 08:16
Mis à jour le 03/10/2019 - 08:16

La direction de General Electric (GE) veut réduire de 30 postes « seulement » le nombre de suppressions initialement prévues dans son plan social concernant le site de Belfort, passant de 792 à 762 postes supprimés, a affirmé ce mercredi 2 octobre 2019 l’intersyndicale.

 © GE Power
© GE Power

Sollicitée par l'AFP, le direction de GE s'est refusée à tout commentaire sur le nombre de suppression de postes désormais envisagé. Elle s'est bornée à indiquer qu'elle "acceptait une réunion demain jeudi pour écouter les propositions de l'intersyndicale", sans plus de précisions.

"Réduire seulement de 30 postes le nombre initial de 792 postes supprimés dans l'entité turbine à gaz"

En juin, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait exhorté GE à revoir à la baisse le nombre de suppressions d'emplois prévues. Il avait demandé au groupe "d'améliorer très significativement" son plan de restructuration, en septembre, lors du comité de suivi des engagements pris par GE en 2014 dans le cadre du rachat des activités d'Alstom dans l'énergie.

La direction de GE avait assuré travailler à une amélioration de son projet. Mais celle-ci "a déclaré au comité de groupe européen (des) 24 et 25 septembre qu'elle envisageait de réduire seulement de 30 postes le nombre initial de 792 postes supprimés dans l'entité +turbine à gaz+" du site belfortain, a indiqué mercredi Philippe Petitcolin, délégué CFE-CGC, dans le communiqué de l'intersyndicale . GE emploie quelque 4.300 salariés à Belfort, dont 1.900 dans l'entité qui fabrique des turbines à gaz, la plus durement touchée.

De futures négociations en vue ?

Dans son communiqué, l'intersyndicale se dit "prête à discuter de la mise en place dès début 2020, d'un plan senior et d'un plan de départs volontaires", "tout en garantissant un effectif assurant la pérennité de l'entreprise", mais "dans le cadre du projet d'entreprise alternatif" qu'elle a élaboré et proposé à la direction.

"Ce projet écarte toute délocalisation d'activité compte-tenu des risques importants pour le business +gaz+ au regard du retour d'expérience des précédentes délocalisations d'activités hors de Belfort", estime l'intersyndicale. Elle "propose donc (à la direction) d'ouvrir une négociation sur un véritable projet d'entreprise +Belfort centre mondial 50 Hz+, conformément à l'accord du 4 novembre 2014 signé entre GE et l'Etat français".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Installation du premier Comité régional pour l’emploi : quel sera son rôle ?

Le jeudi 16 mai 2024, au Conseil régional, Franck Robine, préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté et préfet de la Côte-d'Or et Marie-Guite Dufay, présidente du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, ont installé le premier Comité régional pour l'emploi, une instance opérationnelle de la loi pour le plein emploi de décembre 2023.

Pizza à la part, un nouveau concept proposé place du 8 Septembre à Besançon

Vendredi 17 mai 2024 à partir de 11h30, Slice Pizza situé place du 8 Septembre à Besançon accueillera ses premiers clients. C’est une première : la vente de pizza à la part ! Un concept porté par deux jeunes entrepreneurs, Luc et Louis, qui ont souhaité s’installer dans la capitale franc-comtoise, après le succès qu’à rencontré leur première boutique à Dijon.

Le tourisme et le commerce bisontin au coeur du prochain conseil municipal de Besançon

Au coeur des sujets du prochain conseil municipal, le tourisme et l'activité commerciale de la Ville de Besançon seront abordés comme thème principaux ce jeudi 15 mai 2024. En conférence de presse, la Ville a dressé le bilan des derniers chiffres de la saison touristique et du commerce bisontin. 

Élections européennes : les candidats invités à débattre sur les questions agricoles dans une ferme du Jura

Dans le cadre des prochaines élections européennes qui auront lieu le 9 juin 2024, les Jeunes agriculteurs de la région Bourgogne-Franche-Comté et la FRSEA invitent les candidats à débattre de leur programme autour des questions agricoles au sein d’une exploitation située à Saint-Baraing. 

À Besançon la boutique “L’air de rien” ferme ses portes

Ce mercredi 15 mai 2024 les autocollants "déstockage massif" et "avant cessation d’activité" sur la vitrine de la boutique bisontine L’air de rien interpellent. Située au 8 rue des Granges, la boutique avait reçu en 2023 le prix du meilleur commerce indépendant de Bourgogne – Franche-Comté mais s'apprête pourtant à baisser définitivement le rideau.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.99
partiellement nuageux
le 19/05 à 0h00
Vent
1.85 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
97 %