GE Belfort : l'intersyndicale présentera mercredi un "plan alternatif" à la direction

Publié le 13/09/2019 - 16:58
Mis à jour le 13/09/2019 - 16:58

L'intersyndicale du site de General Electric (GE) à Belfort a annoncé ce vendredi 13 septembre 2019 qu'elle proposera mercredi aux dirigeants mondiaux du groupe un "plan alternatif" au projet de restructuration présenté par la direction, lors d'une conférence de presse.

general electric power belfort
© GE Power
PUBLICITÉ

Considérant que Belfort est « le centre mondial des turbines à gaz 50 Hz », l’intersyndicale estime que les « dirigeants mondiaux des activités  commerciale, de gestion de projet, d’ingenérie et de production » doivent être basés dans cette ville, a fait valoir Philippe Petitcolin, délégué syndical CFE-CGC.

Ce « plan alternatif » sera « soumis directement » au directeur général de GE gaz power, Scott Strazik, lors d’un comité de groupe européen de cette branche prévu mercredi, a-t-il précisé. Il s’appuie sur l’accord d’acquisition du pôle énergie d’Alstom par GE, conclu en novembre 2014. Ce dernier prévoyait que l’industriel américain crée mille emplois et maintienne l’essentiel des activités de turbines à gaz ainsi que le centre de décision mondiale de cette activité sur le site belfortain.

« Nous sommes prêts à des suppressions de postes si cela se traduit par des départs volontaires, mais avec la volonté d’avoir des garanties pour ceux qui restent »

« Aujourd’hui, les dirigeants belfortains n’ont plus de responsabilités mondiales, on est passé d’un centre de décision à un centre d’exécution. Les 
décideurs sont basés principalement en Suisse », a déploré M. Petitcolin. Le projet de l’intersyndicale repose, selon elle, « sur les réalités de 
terrain et le niveau de charge » alors que « le marché rebondit en ce moment et GE a vendu plus de turbines à gaz au premier semestre 2019 que sur l’ensemble de 2018 ».

Le géant industriel américain a annoncé fin mai son intention de supprimer près de 1.050 postes en France, dont pratiquement 800 dans l’entité turbines à gaz de Belfort, soit la moitié environ des effectifs de ce site « Nous sommes prêts à des suppressions de postes si cela se traduit par des 
départs volontaires, mais avec la volonté d’avoir des garanties pour ceux qui restent », a indiqué Philippe Petitcolin. Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a demandé mercredi à la direction de General Electric « d’améliorer très significativement » son plan de restructuration. GE a assuré travailler à une adaptation de son projet.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Bourgogne-Franche-Comté : la production industrielle a progressé en août

Bourgogne-Franche-Comté : la production industrielle a progressé en août

Banque de France • Les derniers chiffres de la Banque de France concernant la conjoncture économique en Bourgogne Franche-Comté pour le mois d'août 2019. "La production industrielle a globalement progressé, mais les carnets de commandes restent faibles. Un recul de la production est attendu", est-il indiqué. Dans les services marchands, l’activité a été dynamique et les prévisions demeurent favorables.

Départ de la présidente de l’UCB : « Un centre-ville ne fonctionne que s’il a des clients. C’est à nous de le faire vivre… »

Départ de la présidente de l’UCB : « Un centre-ville ne fonctionne que s’il a des clients. C’est à nous de le faire vivre… »

Après un peu plus de deux ans passés à la tête de l’Union des Commerçants de Besançon (UCB), nous sommes revenus sur les temps forts de la présidence de Cécile Girardet ce mois de septembre 2019. Plus qu'un bilan, c'est aussi un «coup de gueule» que la présidente a souhaité pousser suite aux mobilisations des Gilets Jaunes…

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.54
ciel dégagé
le 15/09 à 18h00
Vent
1.41 m/s
Pression
1021.58 hPa
Humidité
76 %

Sondage