General Electric : Le Maire s'engage à garantir "l'avenir industriel de Belfort"

Publié le 28/05/2019 - 17:26
Mis à jour le 28/05/2019 - 17:26

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire s’est engagé mardi à préserver « l‘avenir industriel de Belfort » et d’être « aux côtés » des salariés après l’annonce par General Electric de la suppression de plus de 1.000 emplois en France, dont la grande majorité dans cette ville.

Gas Turbine, Rotor on Half Belfort . © GE ©
Gas Turbine, Rotor on Half Belfort . © GE ©

"Nous garantissons l'avenir industriel de Belfort", a affirmé le ministre à l'Assemblée nationale, en réponse à une question du député du Territoire de Belfort Michel Zumkeller (UDI) qui a estimé que près de "3.000 emplois directs et indirects étaient menacés" dans son département.

"Oui, nous sommes prêts à nous battre à vos côtés. C'est un coup dur pour Belfort, bien sûr, mais c'est un coup dur qui vient tout simplement de l'effondrement des commandes de turbines à gaz", a affirmé M. Le Maire, qui a proposé de recevoir les élus de la région "dans les jours qui viennent". "Nous veillerons à ce que chacun des salariés bénéficie d'un accompagnement personnalisé", a expliqué le ministre, évoquant ensuite plusieurs pistes pour les salariés qui perdraient leur emploi.

"Nous ferons en sorte que certains d'entre eux puissent retrouver une place chez Alstom dans la construction du TGV du futur", a-t-il affirmé, estimant que "quelques dizaines de salariés" de GE pourraient retrouver des activités dans ce secteur.

M. Le Maire a ensuite rappelé l'existence d'un fonds de revitalisation de 50 millions dont pourrait "bénéficier" Belfort sur trois orientations: l'aéronautique, le démantèlement des centrales nucléaires et l'hydrogène. Ce fonds a été financé par GE pour compenser des emplois non créés après la reprise d'Alstom en 2015.

A Bercy, on précise que le développement des nouvelles activités dans l'agglomération de Belfort n'en est qu'aux "premières étapes", même si "des premiers contacts avaient été pris avec la filière aéronautique". Pour les suppressions d'emplois à venir, GE se verra dans l'obligation de payer 5 millions d'euros au titre de la revitalisation du territoire mais pourrait là aussi aller au-delà, selon Bercy.

Dans sa question, M. Zumkeller avait rappelé les engagements du président Emmanuel Macron lors du rachat de la branche énergie d'Alstom par GE en 2015. "Vous pouvez compter sur moi", avait-il affirmé, alors qu'il était ministre de l'Economie.

M. Le Maire avait auparavant rejeté tout lien entre les licenciements annoncés par GE et le président de la République, dans une réponse au député Olivier Marleix (LR). "Si vous connaissiez vos dossiers économiques, vous sauriez que les décisions prises ce matin n'ont absolument rien à voir avec la décision prise par Emmanuel Macron en 2015, car les activités de turbines à gaz qui sont concernées sont depuis 1999 la propriété de GE. Cela n'a donc rien à voir avec les décisions prises en 2015 par Emmanuel Macron", a-t-il assuré.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Région Bourgogne Franche-Comté lance une opération séduction pour attirer de nouveaux habitants

En ce premier semestre 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté préfigure une initiative inédite pour renforcer son attractivité résidentielle. Cette opération sans précédent vise concrètement à recruter dès le mois de septembre 2024 de futurs habitants. Prévu sur une première période de trois années, ce programme repose sur une dynamique collaborative initiée par la Région et de nombreux acteurs du territoire, et s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’attractivité globale initiée depuis 2017.

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Base de loisirs d’Osselle : qui sont les deux chefs bisontins à la tête du nouveau restaurant ?

Suite à un appel d’offres lancé par Grand Besançon Métropole en février dernier pour trouver les gérants du snack et du restaurant de la base de loisirs d’Osselle, le projet de deux chefs bisontins, déjà bien connus, a été retenu. Celui d’Adrien Rognon, gérant de la Pizzeria Piano et de Sylvain Piguet, gérant de LÔ à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 28.59
couvert
le 18/06 à 15h00
Vent
4.09 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
43 %