Acte 11 des « Gilets Jaunes » : jusqu’à 1.500 manifestants à Besançon

Publié le 26/01/2019 - 19:10
Mis à jour le 27/01/2019 - 08:59

Acte 11 •

L'acte 11 a rassemblé plus de 1.500 manifestants à Besançon. Ils étaient 1.250 selon les autorités au plus fort de la mobilisation. Des gilets jaunes en provenance du Jura ou de Belfort sont venus renforcer les rangs de la manifestation. À 18h45, ils étaient encore 150 selon la préfecture et au moins 500 selon des témoins sur place à "tourner" de manière aléatoire.

PUBLICITÉ

Partie à 14h30 de la place de la révolution, la manifestation de l’acte 11 des gilets jaunes à Besançon avait également intégré quelques blouses blanches en tête de cortège. Quelques perturbateurs sont venus rejoindre les rangs de la manifestation qui est restée calme à l’exception d’une échauffourée lorsqu’ un petit groupe des policiers de la Bac s’est retrouvé encerclé peu avant 16h30 dans le secteur de Chamars. Leurs collègues sont venus leur prêter renfort à coup de gaz lacrymogène.

La première partie du cortège a ensuite décidé de tourner dans les rues de Besançon en passant à plusieurs reprises à partir de 16h45 devant la gare Viotte qui a été bloquée par les policiers et fermée durant trois quarts d’heure au plus grand désarroi de plus de 50 voyageurs qui ont raté leur train. Le cortège est retourné au centre-ville et a tourné jusqu’aux environs de 19h

La mobilisation est restée forte samedi à Dijon où 2.500 « gilets jaunes » ont défilé avant que des heurts n’éclatent en fin d’après-midi, a-t-on appris auprès de la préfecture. Selon celle-ci, des manifestants ont tiré des « mortiers » et feux d’artifices en direction des forces de l’ordre, qui ont répliqué par des jets de gaz lacrymogènes aux abords des Halles, dans l’hypercentre de la ville, non loin de la préfecture. Vers 19H00, les forces de l’ordre avaient procédé à 6 interpellations.

 

Première « nuit jaune » ?

Pour contrer la séquence du grand débat ouverte par Emmanuel Macron, les Gilets Jaunes cherchent à renouveler leurs actions.

Comme lors des précédents actes, plusieurs mobilisations sont prévues dans la capitale, dont une marche déclarée à la préfecture reliant les Champs-Élysées et la Bastille en passant par l’Assemblée nationale et Bercy, et une autre entre les places de la Nation et de la Bastille avec « une petite surprise à Benjamin Griveaux ».

Mais ce nouvel acte pourrait être marqué par la première « nuit jaune », dont l’idée a été relayée par Eric Drouet, l’une des figures de ce mouvement qui fait vaciller le gouvernement depuis plus de deux mois.

« Il faut garder les manifestations déclarées, pour les personnes fragiles qui ont besoin d’être en sécurité et avoir autre chose à côté », a-t-il expliqué, esquissant les contours d’une « nuit jaune » qui ferait de la place de la République un « rond-point géant » jusqu’à la fin du grand débat, sur le modèle des rassemblements citoyens de Nuit debout en 2016.

Le collectif « La France en colère » de Priscillia Ludosky, qui a rompu avec Drouet, organise également une « marche solidaire aux gilets jaunes des Territoires éloignés » samedi après-midi, entre le ministère des Outre-mer et le siège parisien de Facebook.

A l’ultragauche, un appel a été lancé pour recréer un « black bloc » et un « cortège de tête », point de rendez-vous des militants anticapitalistes, antifascistes, autonomes et anarchistes lors des manifestations contre la Loi travail.

A Bordeaux et Toulouse, places fortes de la mobilisation, les autorités redoutent des débordements après les spectaculaires violences ces dernières semaines.

Elections, grand débat: des choix qui divisent

Cette semaine a été marquée par de nouvelles divisions internes, après l’annonce de la création par les Gilets Jaunes Ingrid Levavasseur et Hayk Shahinyan d’une liste « Rassemblement d’initiative citoyenne » aux européennes de mai.

Eric Drouet, qui revendique le caractère « apolitique » du mouvement, s’est insurgé contre « une récupération abjecte » comme de nombreux autres Gilets Jaunes. « Ca m’inspire du mépris, du dégoût. Notre plus grande force, c’est la désorganisation, on ne doit pas faire de politique », lâche Luc Benedetti, pizzaïolo marseillais et Gilet Jaune de la première heure.

« On s’éloigne de la réalité du mouvement. On ne répond plus à la notion d’urgence, pour le pouvoir d’achat », estime Jean-Armand, mobilisé à Angoulême. « Si le mouvement des +gilets jaunes+ remet en question le système, notamment celui mis en place par l’Europe, ce n’est pas pour en faire partie », souligne le Lyonnais Yacine Boulaiki.

  • Le grand débat lancé par l’exécutif crée également des remous. Eric Drouet et son collectif « La France en colère !!! » refusent d’y participer tandis que Priscillia Ludosky a pour sa part formulé des propositions pour y contribuer et faire naître « un nouveau souffle démocratique », dans une lettre ouverte signée notamment par une centaine d’élus locaux et de militants associatifs.

Ils demandent notamment la création d' »un observatoire » des débats et « d’une assemblée citoyenne » qui ferait des propositions donnant lieu à « un référendum à choix multiples » à l’issue des consultations.

Des « foulards rouges » accusés de manipulation

Au lendemain de l’acte 11, les « foulards rouges » défileront dimanche à Paris dans une « marche républicaine des libertés » pour faire entendre « la majorité silencieuse » et défendre « la démocratie et les institutions ».

« Ils ont le droit de s’exprimer » mais « ils défendent leurs patrons » et « on sait que ce mouvement est piloté par Macron. On verra combien il sont », lance Hervé Giacomini, Gilet Jaune de l’Aube.

« Les +foulards rouges+, on sait très bien qu’ils sont pro-LREM », renchérit Céline Lang, une Gilet Jaune de Meurthe-et-Moselle.

Mais pour certains, comme Yves Garrec, gilet jaune et foulard rouge ne sont pas forcément incompatibles. « Je suis à 100% avec eux car j’ai toujours été contre toute forme de violences dans les manifestations« , affirme ce gérant d’une entreprise de VTC à Toulouse. Dans plusieurs villes, des chaînes humaines de Gilets Jaunes sont organisées le même jour.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Acte 14 à Besançon : les Gilets jaunes ont manifesté du centre-ville à Chateaufarine en passant par la maison d’arrêt

Mise à jour à 19h20 • Les Gilets jaunes se sont donnés rendez-vous en début d'après-midi ce samedi 16 février 2019 place de la Révolution à Besançon. Ils ont marché en direction de Chateaufarine en effectuant un crocher par la maison d'arrêt dans le quartier de la Butte . Ils étaient 450 selon la Préfecture du Doubs, 500 selon d'autres sources.

Manifestation devant le commissariat et soutien à Frédéric Vuillaume ce mercredi à Besançon

Alors qu'une cinquantaine de personnes s'est mobilisée ce mercredi 13 février 2019 devant le commissariat de Besançon en soutien à deux Gilets jaunes en garde à vue, l'intersyndicale Solidaires-FSU- CGT-FO a tenu à adresser ce mercredi 13 février 2019 un communiqué en soutien à Fréderic Vuillaume, membre du syndicat Force Ouvrière et Gilet Jaune.      

Dans la catégorie

Fonctionnaires : « modernisation » pour Bercy, « mise à mort » du statut pour les syndicats

Recours élargi aux contractuels et pont élargi entre public et privé, harmonisation du temps de travail en particulier dans la fonction publique territoriale, rémunération au mérite, refonte des instances de dialogue social : le projet de loi sur la fonction publique pour moderniser le statut des fonctionnaires a du mal à passer. Après un an de concertations sur le texte qui s’accompagne d’une coupe de 120.000 agents d’ici 2022, sept syndicats de fonctionnaires sur neuf ont "claqué la porte" et dénoncent une "mise à mort" du statut de la fonction publique

SolMiRé accuse la préfecture du Doubs de « ne pas respecter » le plan Grand froid pour des étrangers, la préfecture répond…

Dans une lettre ouverte écrite le 6 février et diffusée lundi 11 février 2019, le collectif d'aide aux migrants à Besançon SolMiRé accuse le préfet du Doubs de "ne pas respecter" le dispositif de veille hivernale avec des personnes étrangères. La préfecture du Doubs répond...

Hérimoncourt se mobilise contre le risque de fermeture de son usine PSA : 350 manifestants dans la rue

Près de 350 manifestants ont protesté lundi 11 février 2019 à Hérimoncourt contre la probable fermeture de l'usine PSA de la commune, berceau de la saga Peugeot, et qui compte 204 salariés. Dans le cortège qui s'est rendu de l'usine à la mairie de 13h30 à 15h00 figuraient des salariés de l'usine, des représentants syndicaux des sites PSA voisins, dont celui de Sochaux, des élus locaux et des habitants de la commune.

Mobilisation des auto-école contre la réforme du permis de conduire

Les auto-écoles protestent contre la volonté du gouvernement de mettre en place des plateformes de formations en ligne suite à un rapport parlementaire. Elles craignent également une "ubérisation" de leur métier et veulent défendre leur travail de "proximité", gage de "qualité" selon elles pour l'enseignement du permis de conduire.

Mobilisation à Besançon : 950 manifestants selon les syndicats contre 550 selon la police

Les Gilets Jaunes et les syndicats CGT. FO, FSU et Solidaires se sont rassemblés ce 5 février 2019 devant le Medef, rue Jouchoux à Besançon. À 11h35, le cortège est parti en direction du rond-point de la piscine Mallarmé. 950 manifestants ont été comptés par les syndicats contre 550 selon la police.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -2.22
ciel dégagé
le 21/02 à 6h00
Vent
1.16 m/s
Pression
1004.05 hPa
Humidité
82 %

Sondage