Grand débat : Elisabeth Borne face à une cinquantaine de maires en Côte-d'Or

Publié le 25/01/2019 - 15:33
Mis à jour le 25/01/2019 - 15:33

Services publics, budget des communes et, surtout, mobilité dans les territoires ruraux : la ministre des Transports Elisabeth Borne avait rendez-vous ce vendredi 25 janvier 2019 en Côte-d’Or avec une cinquantaine de maires pour discuter des « enjeux du grand débat« .

© twitter Elisabeth Borne ©
© twitter Elisabeth Borne ©

"Nous sommes dans un canton rural avec une superficie très importante. Où que nous habitions, les uns ou les autres, nous sommes obligés d'avoir une voiture", pose d'emblée Martine Eap-Dupin, maire de Précy-sous-Thil, village de 700 habitants où était organisée la rencontre. "Vivre en milieu rural, c'est un choix. Nous l'avons tous fait. Mais devons-nous pour autant réduire les services et la qualité de vie de nos concitoyens ? ", renchérit Samuel Galaud, le maire de Val-Larrey, 275 habitants.

Les élus interpellent la ministre

Pendant près d'une heure et demie, les élus interpellent Mme Borne sur la place centrale de la voiture dans les campagnes, la fermeture de lignes ferroviaires ou encore les éoliennes et l'importance de l'hôpital local. Le dialogue est courtois. La ministre écoute, acquiesce parfois, prend des notes, avant de répondre.

"On ne vit pas dans une bulle. Je mesure parfaitement ce que sont les difficultés de la mobilité au quotidien et je suis parfaitement convaincue que la voiture restera la colonne vertébrale de la mobilité dans beaucoup de territoires", concède Mme Borne. "Mais il ne faut pas perdre de vue tous ceux qui ne peuvent pas utiliser une voiture", ajoute-t-elle, appelant notamment à "aider les intercommunalités à apporter des réponses fines" aux problèmes de mobilité, notamment grâce aux "nouvelles solutions": transports à la demande, autopartage ou covoiturage.

"Je ne suis pas ici pour faire la promotion des actions du gouvernement"

Une maire lit des "paroles de citoyens de sa commune". Une autre élue suggère une TVA différenciée pour les carburants, pour en faire baisser le prix dans les zones rurales. On entend parfois quelques rires. Les visages se font plus graves quand le maire d'une petite commune de 87 habitants et 70.000 euros de budget parle de ses administrés qui "tirent le diable par la queue".

"Je ne suis pas ici pour faire la promotion des actions du gouvernement, mais pour écouter les difficultés que vous vivez dans vos territoires", assure Elisabeth Borne. Et la ministre de tacler ses prédécesseurs, qui "se sont occupés de faire des projets gigantesques, des lignes de TGV". "Depuis que je suis arrivée, ce gouvernement fait radicalement autre chose. On a besoin de rééquilibrer notre territoire. On va mettre de l'argent sur l'entretien et la rénovation des réseaux, sur les réseaux ferrés."

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Le Grand Débat 2019

Emmanuel Macron s’adressera aux Français ce mardi soir à 20h00

Emmanuel Macron souhaiterait des référendums d’initiative citoyenne (RIC), réclamés par les « gilets jaunes » mais limités à des sujets locaux, un référendum d’initiative partagée simplifié et une convention citoyenne tirée au sort, selon le projet d’allocution qu’il devait prononcer ce lundi 15 avril 2019. Il s’adressera à la Nation ce mardi soir à 20h00.

Grand débat national : quel bilan pour le Doubs ?

Lancé par le gouvernement depuis le 15 janvier 2019, le Grand débat national a été mené sous plusieurs formes (cahiers de doléances, débats publics ou encore stands mobiles dans les postes et les gares). Il se terminera le 15 mars prochain.  Que peut-on en tirer ? Y a-t-il eu beaucoup de participations dans le Doubs ? Jean-Philippe Setbon, sous-préfet de l’arrondissement de Besançon, secrétaire général de la préfecture du Doubs, nous répond.

Grand Débat national : des stands mobiles installés pendant deux jours à la gare de Besançon

Après les cahiers de doléances installés dans les mairies en France dans le cadre du Grand Débat National (du 15 janvier au 15 mars 2019), c’est au tour de stands mobiles d’être mis en place. Ils sont installés ces 4 et 5 mars 2019 en gare Besançon Viotte. Lieu de passage important à Besançon, la gare compte 7500 clients par jour.

L’Adapei du Doubs s’invite dans le Grand débat national…

À l’occasion du Grand Débat national mené depuis le 15 janvier 2019 dans toutes les communes de France, l’Adapei du Doubs souhaite faire partie du paysage politique et invite au débat sur des questions de citoyenneté et plus précisément sur la place accordée aux personnes en situation de handicap. Plusieurs dates sont prévues dans le département.

Politique

Des familles de l’Adapei du Doubs demandent l’exclusion de la secrétaire de l’association, Floriane Jeandenand-Guinchard

C'est à travers un courrier adressé à la présidente de l'Adapei (Association départementale de parents et d'amis des personnes handicapées mentales), Nicole Gauthier, que les familles ont alerté sur la candidature de la secrétaire Floriane Jeandenand-Guinchard pour le rassemblement national aux prochaines législatives.

Législatives : le vice-président de GBM Gabriel Baulieu soutient Laurent Croizier

Le maire de la commune de Serre-les-Sapins et vice-président de Grand Besançon Métropole en charge des finances a publié un communiqué le 18 juin dernier dans lequel il annonce publiquement soutenir la candidature de Laurent Croizier, député sortant de la 1ere circonscription du Doubs. Dans celui-ci, il explique les raisons d’une telle "première". 

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Législatives 2024 : Macha Woronoff appelle les étudiants de l’université de Franche-Comté à voter

Alors que le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin 2024 la dissolution de l’Assemblée nationale, l’association France Universités rappelle dans un communiqué les valeurs des universités françaises. Un point de vue soutenu et partagé par Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté.

Amiante à l'école : "pas de danger pour les enfants" affirme la Ville

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenue à quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.35
légère pluie
le 22/06 à 6h00
Vent
3.8 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
96 %