Grand débat national : le Parti socialiste du Doubs émet de « grands doutes » quant aux modalités

Publié le 11/01/2019 - 16:46
Mis à jour le 15/01/2019 - 09:38

Dans un communiqué de vendredi 11 janvier 2019, la Fédération du Parti socialiste du Doubs critique les modalités du Grand débat national souhaité par Emmanuel Macron et le gouvernement.

Internet clavier ordinateur
©Pixabay
PUBLICITÉ

Communiqué :

« Le Grand Débat : On ne peut pas être juge et partie

La Crise des Gilets Jaunes aura eu, entre autres, comme mérite de faire prendre conscience au président et aux élus LaRem que l’exercice solitaire du pouvoir a trouvé ses limites.

Le « circulez, y a rien à voir », l’éviction des partis politiques, des syndicats, des associations, en bref de l’ensemble des corps intermédiaires indispensables pour faire vivre notre démocratie, est revenu comme un boomerang aux principaux intéressés. Le Président a voulu passé outre ces structures, il doit à présent faire face à des manifestations spontanées et sans représentants pour négocier. Macron a donc décidé de lancer un « Grand Débat national » pour, semble t-il, être à l’écoute des Françaises et des Français. Mais attention : on donne la parole aux citoyens, mais on cadre leurs interventions. On consentira à les écouter, mais sur 4 thèmes* uniquement !  Il serait sans doute embêtant que nos concitoyens parlent du pouvoir d’achat ou du rétablissement de l’ISF !

Dans notre Département, ce sont les députés LaRem, ceux-là mêmes qui ont tout voté, ceux qui ont dit oui à toutes les mesures aujourd’hui dénoncées, qui organisent ce débat… sur 4 thèmes imposés… en limitant quelquefois à une heure top chrono le débat !

Nous émettons dès lors les plus grands doutes sur l’intérêt d’un tel débat et sur ce qu’il pourra en ressortir. De nombreuses mairies ont mis en place des cahiers de doléances où chacun a pu noter ses propres revendications, sans thème imposé. Pourquoi ne pas partir de ces cahiers ?

La démocratie est exigeante : elle demande du temps, des échanges, de la concertation ; nous en sommes très éloignés avec ce Grand Débat.

Alors, s’il vous plaît, un peu de sérieux ! Évitons un énième coup de com’ !

Et si le Président et le gouvernement décidaient déjà le rétablissement de l’ISF afin de nous prouver sa volonté d’entendre et d’agir pour tous les Français et pas seulement pour les plus fortunés. »

 

*(ndlr) Les quatres thèmes :

Comment mieux accompagner les Français dans leur vie quotidienne pour se loger, se déplacer, se chauffer ?

Comment rendre notre fiscalité plus juste, plus efficace, plus compétitive et plus lisible ?

Comment faire évoluer la pratique de la démocratie et de la citoyenneté ?

Comment faire évoluer l’organisation de l’État et des services publiques pour les rendre plus proches des Français et plus efficaces ?

1 Commentaire

toute personne, toute organisation, toute structure pourra organiser un débat dans le cadre du "Grand Débat", y compris le Parti Socialiste si ça lui chante. Les réunions proposées par la République en marche-Doubs ( et non par les députés comme dit dans le communiqué) le sont dans cet optique et n'ont pas pour vocation d'être le seul, l'unique, le vrai lieu du débat. Tordre la vérité n'a jamais fait avancé le débat.
Publié le 12 janvier à 09h51 par gentiane • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Le Grand Débat 2019

Grand débat national : quel bilan pour le Doubs ?

Lancé par le gouvernement depuis le 15 janvier 2019, le Grand débat national a été mené sous plusieurs formes (cahiers de doléances, débats publics ou encore stands mobiles dans les postes et les gares). Il se terminera le 15 mars prochain.  Que peut-on en tirer ? Y a-t-il eu beaucoup de participations dans le Doubs ? Jean-Philippe Setbon, sous-préfet de l’arrondissement de Besançon, secrétaire général de la préfecture du Doubs, nous répond.

Grand Débat national : des stands mobiles installés pendant deux jours à la gare de Besançon

Après les cahiers de doléances installés dans les mairies en France dans le cadre du Grand Débat National (du 15 janvier au 15 mars 2019), c'est au tour de stands mobiles d'être mis en place. Ils sont installés ces 4 et 5 mars 2019 en gare Besançon Viotte. Lieu de passage important à Besançon, la gare compte 7500 clients par jour.

L’Adapei du Doubs s’invite dans le Grand débat national…

À l'occasion du Grand Débat national mené depuis le 15 janvier 2019 dans toutes les communes de France, l'Adapei du Doubs souhaite faire partie du paysage politique et invite au débat sur des questions de citoyenneté et plus précisément sur la place accordée aux personnes en situation de handicap. Plusieurs dates sont prévues dans le département.

Emmanuel Macron en Saône-et-Loire ce jeudi : vivez le direct de la rencontre avec les maires

le programme de la visite • Le Président de la République se rendra jeudi 7 février 2019 en Saône-et-Loire à l’occasion du grand débat national. Il rencontrera dans la matinée Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté. Emmanuel Macron réunira les maires des communes chefs-lieux de cantons du département. Il débattra ensuite avec des jeunes du Morvan.

Dans la catégorie

Interdire les manifestations : le PCF de Besançon invite le MoDem à demander à Macron « de satisfaire les exigences des Gilets jaunes »

Deux conseillers municipaux du MoDem de Besançon, se sont adressés mercredi 20 mars 2019 au préfet du Doubs pour l'"alerter sur les conséquences des manifestations répétées des Gilets Jaunes" sur la fréquentation des commerces du centre-ville. Ils lui ont demandé "de ne plus accepter de manifestations de Gilets Jaunes au centre-ville de Besançon". Ironiquement, le Parti communiste français du Doubs se réjouit "qu'ils ne demandent pas au Préfet de mobiliser l'armée et les blindés."

L’actualité algérienne vue par un étudiant algérien à Besançon : « La chose qui nous fait et nous fera peur, c’est le système actuel de Bouteflika »

VIDEO • Mohand Takabait, 26 ans, Algérien, étudiant en mathématiques à l'Université de Franche-Comté à Besançon depuis 1 ans ½, suit avec une grande attention les évènements politiques et sociaux qui se déroulent actuellement dans son pays. Il nous livre son témoignage sur la politique du clan Bouteflika et son rêve d'avenir "libre" pour l'Algérie…

GE Belfort : « Etudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l’emploi » (Le Maire)

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a affirmé ce vendredi 22 mars 2019 qu'il allait "étudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l'emploi" à Belfort, alors que les syndicats de l'usine General Electric (GE) s'inquiètent de l'annonce prochaine d'un vaste plan de suppressions de postes.

PSA « ne peut pas laisser tomber » le site d’Hérimoncourt, estime Le Maire

Le groupe automobile PSA "ne peut pas laisser tomber" son usine historique à Hérimoncourt (Doubs), menacée par un transfert d'activités vers Vesoul, et doit "trouver une nouvelle activité" pour les salariés du site, a estimé ce vendredi 22 mars 2019 le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Bruno Le maire se déplacera en Franche-Comté jeudi 21 et vendredi 22 mars 2019

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, se rendra en Haute-Saône jeudi 21 mars et dans le Doubs vendredi 22 mars 2019. Ce déplacement s’inscrit notamment dans le cadre de la 9e Semaine de l’industrie. Du 18 au 24 mars, plus de 4 700 événements (visites d’entreprises, conférences, ateliers, job dating, journées portes ouvertes dans les écoles…) sont organisés partout en France.

« Agri-bashnig » : EELV Bourgogne Franche-Comté appelle à changer d’agriculture « pour sauver les paysans, l’environnement et la santé ! »

Dans un communiqué du 19 mars 2019, EELV s'inquiète de la campagne dite de "réhabilitation" de l’agriculture et de ses agriculteurs, "stop à l'agri-bashing", initiée par la Région Bourgogne Franche-Comté et sa présidente Marie-Guite Dufay. Les écologistes parlent d'une "mauvaise blague".

Annie Genevard demande la création d’une mission d’information sur les actes anti-chrétiens à R. Ferrand

Dans un courrier en date du 19 mars 2019, Annie Genevard, députée du Doubs Les Républicains, vice-présidente de l'Assemblée nationale et membre de la commission des affaires culturelles et Philippe Gosselin, député de La Manche LR et vice-président de la commission des Lois à l'Assemblée nationale demandent au président de l’Assemblée nationale la création d’une mission d’information sur les actes anti-chrétiens.

Venue de Jacqueline Gourault à Lure : « l’inutile valse des ministres potiches » (élus de l’opposition)

Suite à la venue en Haute-Saône et notamment à Lure de Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités territoriales, les élus de l'opposition de la ville de Lure ont tenu à exprimer leur mécontentement. La ministre n'a pas fait d'annonce qui empêcherait l'abandon du projet de reconstruction de la prison.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.32
ciel dégagé
le 23/03 à 3h00
Vent
1.32 m/s
Pression
1029.88 hPa
Humidité
78 %

Sondage