Grand emprunt: 18 millions supplémentaires pour la Bourgogne et la Franche-Comté

Publié le 20/02/2012 - 16:57
Mis à jour le 21/02/2012 - 08:35

La dernière vague d’attribution de financements dans le cadre des « Investissements d’avenir » a été profitable pour les deux régions qui ont labellisé deux laboratoires et un équipement. 

dsc_3836.jpg
Claude Condé (centre) aux côtés de Sophie Bejean avec les porteurs des projets labellisés @carvy
PUBLICITÉ

« Un jour agréable » pour Claude Condé, président de l’Université de Franche-Comté, « un jour important » pour Sophie Bejean, présidente de l’Université de Bourgogne.  En tout cas, les deux étaient très heureux d’annoncer ce matin à Besançon, même si l’information était déjà tombée il y a une semaine, la validation au profit du PRES Bourgogne-Franche-Comté  (Pôle de recherche et d’enseignement supérieur) de trois nouveaux dossiers dans la cadre des « Investissements d’avenir » issus du grand emprunt de 35 milliards d’euros.

Dans la dernière vague d’attribution, Bourgogne et Franche-Comté ont décroché deux des six projets Labex (laboratoires d’excellence) déposés par le PRES. Sur 71 projets retenus au niveau national, figurent Action et Lipstic qui vont bénéficier de 14 millions d’euros de financement. Le premier est porté par le laboratoire bisontin Femto-ST dans le domaine des micro et nanotechnologies à hauteur de 8 millions d’euros et le second concerne la recherche de traitements plus efficaces et mieux tolérés contre le cancer porté par le centre de recherche Inserm de Dijon avec un apport de 6 millions d’euros.

S’ajoute aux deux nouveaux Labex, la validation d’un Equipex attribué au projet « Oscillator-IMP » équipement d’excellence pour le temps-fréquence également porté par Femto-ST et qui mobilisera 4 millions d’euros.

« C’est un bilan extrêmement intéressant qui valide l’ensemble de la démarche du PRES. L’association entre les universités de Bourgogne et de Franche-Comté a porté ses fruits, la mutualisation des efforts est payante », a souligné Claude Condé. « On s’est appuyé sur nos meilleurs équipes avec une stratégie scientifique et d’appui à l’innovation. Il y aura des retombées importantes pour la société et l’économie », a complété Sophie Bejean.

Les deux présidents d’Université ont la conviction que le fait d’avoir travaillé ensemble permet aux deux régions d’être plus visibles dans le paysage national. Au total, les projets directement portés par le PRES Bourgogne Franche-Comté bénéficient d’une manne financière de 26,1 millions d’euros. Les premiers versements pour la seconde vague interviendront au mois d’août. Des équipes de chercheurs de Besançon sont également très impliquées dans trois autres projets (Refimeve, First et Critex) liés au temps-fréquence, mais qui ne sont pas portés par le PRES

Alors que l’ensemble de la démarche des « Investissements d’avenir » touchent pratiquement à sa fin, on peut se poser la question de savoir si  la Bourgogne et la Franche-Comté s’en tirent bien. « Nous n’avons pas le même potentiel que Lyon ou Paris. On n’est pas dans les mêmes ordres de grandeurs. Nous avons été retenus grâce à nos positionnements pointus qui n’existent pas ailleurs », a conclu Sophie Bejean.

Marie-Guite Dufay : « La reconnaissance des efforts du PRES »

Le président Claude Condé a souligné l’implication des Régions dans l’accompagnement des projets. D’ailleurs Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Franche-Comté, a souligné dans un communiqué que ces nouvelles labellisations des projets Action et LipStic au titre des laboratoires d’excellence et du projet Oscillator Imp au titre des équipements d’excellence est en effet une bonne nouvelle pour la Franche-Comté.

 « C’est la reconnaissance de l’effort important mené au sein du PRES Bourgogne Franche-Comté au cours des derniers mois, mais également du travail en commun mené par l’Université de Franche-Comté, l’UTBM et l’ENSMM ».

 

  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

L'association a analysé les prix des produits bio en grandes surfaces pendant un an. Les marges brutes sont, en moyenne, 75% plus élevées que pour des produits conventionnels. L'UFC-Que Choisir pointe "les marges excessives" réalisées par la grande distribution sur 24 fruits et légumes bio.

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Pour la 15ème année consécutive, l’UNEF publie son classement des villes selon le coût de la vie pour les étudiants. Augmentation des loyers, restauration universitaire plus onéreuse, "explosion" des frais pour les étudiants étrangers: étudier en France coûtera plus cher l'année prochaine, a calculé le syndicat étudiant Unef. Sur 42 villes analysée, Besançon arrive en 34e position. Dijon, en 28e position est une ville plus chère pour les étudiants selon la même étude.

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

OFFRES D'EMPLOI • Envie de rejoindre un environnement qui bouge ? Intégrez une équipe de 50 collaborateurs au sein d’une entreprise tant grandissante que stimulante et découvrez de nouvelles possibilités avec LEO & Associés ! Plusieurs postes sont à pourvoir : Commercial clientèle Particuliers et/ou Professionnels, Chargé de clientèle Entreprise, Gestionnaire sinistres spécialisé ou non (flottes, construction), Gestionnaire administratif assurance et Assistant(e) polyvalent(e) d’accueil.

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Pour celles et ceux qui ont peur de ne pas réussir leurs saucisses, brochettes ou autres viandes, "il n'y a plus de soucis à avoir avec le barbecue Traeger", selon Aurélien Philippe, vendeur en électroménager au magasin Boulanger à Besançon qui précise que "cela ne peut pas brûler, car on ne met pas directement les aliments en contact avec la chaleur".

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le mois de mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert Beaux-Arts au centre-ville de Besançon. La case de Sophie propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.97
ciel dégagé
le 23/08 à 3h00
Vent
2.73 m/s
Pression
1024.29 hPa
Humidité
96 %

Sondage