Grand emprunt: 18 millions supplémentaires pour la Bourgogne et la Franche-Comté

Publié le 20/02/2012 - 16:57
Mis à jour le 21/02/2012 - 08:35

La dernière vague d’attribution de financements dans le cadre des « Investissements d’avenir » a été profitable pour les deux régions qui ont labellisé deux laboratoires et un équipement. 

« Un jour agréable » pour Claude Condé, président de l’Université de Franche-Comté, « un jour important » pour Sophie Bejean, présidente de l’Université de Bourgogne.  En tout cas, les deux étaient très heureux d’annoncer ce matin à Besançon, même si l’information était déjà tombée il y a une semaine, la validation au profit du PRES Bourgogne-Franche-Comté  (Pôle de recherche et d’enseignement supérieur) de trois nouveaux dossiers dans la cadre des « Investissements d’avenir » issus du grand emprunt de 35 milliards d’euros.

Dans la dernière vague d’attribution, Bourgogne et Franche-Comté ont décroché deux des six projets Labex (laboratoires d’excellence) déposés par le PRES. Sur 71 projets retenus au niveau national, figurent Action et Lipstic qui vont bénéficier de 14 millions d’euros de financement. Le premier est porté par le laboratoire bisontin Femto-ST dans le domaine des micro et nanotechnologies à hauteur de 8 millions d’euros et le second concerne la recherche de traitements plus efficaces et mieux tolérés contre le cancer porté par le centre de recherche Inserm de Dijon avec un apport de 6 millions d’euros.

S’ajoute aux deux nouveaux Labex, la validation d’un Equipex attribué au projet « Oscillator-IMP » équipement d’excellence pour le temps-fréquence également porté par Femto-ST et qui mobilisera 4 millions d’euros.

« C’est un bilan extrêmement intéressant qui valide l’ensemble de la démarche du PRES. L’association entre les universités de Bourgogne et de Franche-Comté a porté ses fruits, la mutualisation des efforts est payante », a souligné Claude Condé. « On s’est appuyé sur nos meilleurs équipes avec une stratégie scientifique et d’appui à l’innovation. Il y aura des retombées importantes pour la société et l’économie », a complété Sophie Bejean.

Les deux présidents d’Université ont la conviction que le fait d’avoir travaillé ensemble permet aux deux régions d’être plus visibles dans le paysage national. Au total, les projets directement portés par le PRES Bourgogne Franche-Comté bénéficient d’une manne financière de 26,1 millions d’euros. Les premiers versements pour la seconde vague interviendront au mois d’août. Des équipes de chercheurs de Besançon sont également très impliquées dans trois autres projets (Refimeve, First et Critex) liés au temps-fréquence, mais qui ne sont pas portés par le PRES

Alors que l’ensemble de la démarche des « Investissements d’avenir » touchent pratiquement à sa fin, on peut se poser la question de savoir si  la Bourgogne et la Franche-Comté s’en tirent bien. « Nous n’avons pas le même potentiel que Lyon ou Paris. On n’est pas dans les mêmes ordres de grandeurs. Nous avons été retenus grâce à nos positionnements pointus qui n’existent pas ailleurs », a conclu Sophie Bejean.

Marie-Guite Dufay : « La reconnaissance des efforts du PRES »

Le président Claude Condé a souligné l’implication des Régions dans l’accompagnement des projets. D’ailleurs Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Franche-Comté, a souligné dans un communiqué que ces nouvelles labellisations des projets Action et LipStic au titre des laboratoires d’excellence et du projet Oscillator Imp au titre des équipements d’excellence est en effet une bonne nouvelle pour la Franche-Comté.

 « C’est la reconnaissance de l’effort important mené au sein du PRES Bourgogne Franche-Comté au cours des derniers mois, mais également du travail en commun mené par l’Université de Franche-Comté, l’UTBM et l’ENSMM ».

  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Base de loisirs d’Osselle : qui sont les deux chefs bisontins à la tête du nouveau restaurant ?

Suite à un appel d’offres lancé par Grand Besançon Métropole en février dernier pour trouver les gérants du snack et du restaurant de la base de loisirs d’Osselle, le projet de deux chefs bisontins, déjà bien connus, a été retenu. Celui d’Adrien Rognon, gérant de la Pizzeria Piano et de Sylvain Piguet, gérant de LÔ à Besançon.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Où sortir cet été dans le Grand Besançon ?

Ce lundi matin, il était encore difficile à croire que l’été approche avec son lot d’animations de plein air… Et pourtant ! Anne Vignot, présidente de Grand Besançon Métropole, Pierre Contoz, président du musée des Maisons comtoises, Benoît Vuillemin, vice-président de GBM en charge de l’attractivité et du tourisme, Patrice Hennequin, président de l’Office de tourisme et des congrès de GBM et François Bousso, conseiller communautaire GBM délégué à l’éco-tourisme, se sont réunis pour lancer officiellement la saison touristique estivale du territoire.

Une trentaine d’entreprises de la filière horlogère réunies à Besançon ce jeudi 30 mai 2024

A l'occasion d'un événement fondateur organisé à Besançon dans les locaux de Francéclat, France Horlogerie a convié, ce jeudi 30 mai 2024, des entreprises de la chaîne de valeur horlogère française (marques de montres, fabricants de composants, sous-traitants, détail...). L'objectif ? Lancer la démarche des grappes d'entreprises.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.72
ciel dégagé
le 13/06 à 3h00
Vent
0.58 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
92 %